Petit guide de gestion de la pilosité

La virilité passe aujourd'hui par une savante gestion... (ILLUSTRATION DAVID LAMBERT, LA PRESSE)

Agrandir

La virilité passe aujourd'hui par une savante gestion du poil. En apparence, du moins.

ILLUSTRATION DAVID LAMBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La virilité passe aujourd'hui par une savante gestion du poil. En apparence, du moins. Finie, l'époque où le corps de l'homme pouvait être laissé en jachère, comme celle où on l'a voulu glabre : les toisons reprennent du poil de la bête, mais elles sont bichonnées, sculptées, maîtrisées au poil près. Et cela, de la tête aux fesses.

Flatter sa virilité dans le sens du poil

Il semble que l'homme moderne doive savoir manier sa tondeuse à poils aussi habilement que sa tondeuse à gazon. Pile poil dans les tendances, le « manscaping », ou toilettage masculin, fait des adeptes. Conseils de pros pour une déforestation en règle.

Deux sourcils valent mieux qu'un

Si la nature vous a doté d'un sourcil unique, sachez qu'un esthéticien saura facilement le découper en utilisant une cire chaude ou la pince à épiler pour retirer les quelques poils qui surplombent le haut de votre nez. Ne sourcillez pas s'il vous propose du même coup de nettoyer vos arcades sourcilières. L'intervention a pour effet d'ouvrir le regard et de le faire paraître moins lourd, explique Luc Paquin, massothérapeute et spécialiste en « manscaping » à l'institut de beauté pour hommes Mann.

L'opération est délicate, précise-t-il, car des sourcils trop minces et trop sculptés donnent un air féminin au visage. Il est donc plus sage de s'en remettre à un professionnel et d'entretenir ensuite l'endroit à la pince à épiler ou, mieux, de prendre un autre rendez-vous.

Si les sourcils sont trop fournis ou que quelques poils sortent du lot, vous saurez vous débrouiller seul, cette fois, en peignant les sourcils vers le haut pour couper les poils qui débordent de l'arcade au ciseau.

Nez, narines, oreilles...

Les hormones font en sorte que la pilosité augmente sur ces régions du corps avec l'âge. Injuste, mais normal. Ne coupons pas les cheveux en quatre et osons cette question : qui aime un nez ou des oreilles poilus ? Contentons-nous simplement de répondre à la question en vous proposant d'explorer cette possibilité, qui est d'éliminer les indésirables au laser, à l'électrolyse ou avec la pince à épiler.

Quant aux poils qui débordent des narines, vous pourrez vous en acquitter en les coupant au ciseau ou à l'aide de tondeuse réservée à cet usage, propose Luc Paquin, spécialiste en toilettage masculin. Évitez la pince à épiler qui prolonge le supplice. « En institut, on les enlève plutôt à la cire chaude, ce qui est plus rapide et plus efficace aussi. La cire se contracte en refroidissant, et on peut alors attraper les poils qui sont à l'intérieur de la narine sans tirer la peau », explique-t-il.

Poils au cou, rasez tout

Cette zone est généralement laissée au coiffeur. On la rafraîchit d'un petit coup de rasoir au moment de faire sa barbe. Facile. Passons à l'étape suivante.

Épaules et dos, zones interdites

Lorsqu'on fait référence au dos, l'épilation est un incontournable, selon askmen.com. « Aucune femme n'a un penchant pour les poils de dos. Ils ne font que vous faire paraître plus vieux et moins propre », y lit-on. Le jugement est sans pitié, certes, mais ceci explique peut-être cela : la grande majorité des clients qui se pointent pour un toilettage veulent faire épiler leurs poils aux épaules et au dos, selon les esthéticiens consultés. Parfois, on demande également de poursuivre avec un dépoilage des fesses.

L'entretien à la cire se fait toutes les quatre à cinq semaines. « Le but est d'arracher la racine du poil quand elle est encore faible pour qu'elle le devienne de plus en plus. On ne peut le faire disparaître, mais avec les années, la pilosité s'amenuise », affirme Luc Teasdale, esthéticien chez Physotech.

Des aisselles à nettoyer

En 2016, un poil follet qui sort de la manche d'un t-shirt devrait être éliminé sans pitié. Nul besoin de l'exterminer à la racine, cependant. On le décapitera plutôt de sang-froid à la tondeuse ou au ciseau, pour éviter qu'il ne s'échappe au moindre mouvement.

Chacun cherche son shag

Certains le font encore épiler pour mettre en valeur leurs muscles, mais de manière générale, les gens vont garder un peu de poil au poitrail, constatent les esthéticiens Luc Paquin et Luc Teasdale.

C'est ici que vous dégainez votre tondeuse à poil, messieurs !

SABOT 1 : utilisez-le sur les côtés du torse où le poil se porte court.

SABOT 2 : il fait la transition entre les poils des côtés et ceux des pectoraux ou des abdos.

SABOT 3 : plus long au milieu du tronc, le poil reste doux pour la ou le partenaire, tout en créant l'illusion de muscles plus imposants.

L'effet global : une silhouette qui paraît affinée et plus athlétique. Compliqué, mais tout de même bien pensé, il faut l'avouer. La région est sensible, raison pour laquelle on déconseille ici l'épilation à la cire, qui risque de causer des poils incarnés.

Les fesses et le pubis

Après le dos, c'est le plus souvent pour un « nettoyage » du pli interfessier qu'on vient recevoir des soins chez Mann. L'intervention devient de plus en plus populaire pour des raisons d'hygiène, disent les clients. « L'endroit va rester plus propre sans poil, croit Luc Paquin, en émettant une autre hypothèse : c'est peut-être aussi parce que les gens sont plus ouverts et explorent davantage sur le plan sexuel dans leur couple. Souvent c'est la partenaire qui le demande. »

Toujours est-il qu'on demande à faire table rase sur les parties génitales - scrotum, périnée, pénis et entre-fesses - en les épilant complètement. On pourra le faire soi-même au rasoir, dans la douche. Mais pour des raisons de sécurité, il est recommandé de faire le deuil d'un pli interfessier immaculé.

Sur le pubis, la pilosité est généralement préservée pour éviter un look juvénile. On la rafraîchira cependant d'un coup de tondeuse en appliquant la même règle de dégradé que pour le torse.

Les jambes, vraiment ?

À moins d'être cycliste, nageur ou drag-queen, il n'est pas nécessaire d'intervenir ici. Rangez votre tondeuse et offrez-vous une pause bien méritée.

Les règles de base : 

• Le résultat devrait avoir l'air naturel. Évitez les lignes définies et les transitions trop abruptes entre les différentes régions du corps.

• Prendre les choses en main quand il question de cire dépilatoire n'est peut-être pas votre meilleure option. Tenez-vous-en aux outils que vous maîtrisez bien comme le rasoir et la tondeuse, et laissez le reste aux spécialistes qui sont de plus en plus nombreux à offrir des soins spécialement pour hommes.

• Vous battre contre ce que la nature vous a donné est un combat sans fin. Si vous êtes doté d'une pilosité abondante, vous munir d'une bonne tondeuse est bien sûr une option, mais vouloir un corps lisse comme celui que vous aviez à 12 ans, non. Habitez votre toison, messieurs !

Pour un toilettage sans reproche, suivez les étapes proposées par le site Manscaping.

On tourne autour du poil

Démodée ces dernières années, la pilosité refait surface. Même si l'homme, pour l'arborer, doit se transformer en bonzaï.

Moins abondants dans le bas du corps, les poils migrent graduellement vers le visage au prix d'efforts considérables.

Depuis l'apparition de l'homme métrosexuel dans les années 90, on les a éliminés pour ne pas masquer les progrès faits au gym ou pour avoir l'air plus jeune. Car il faut bien admettre que les poils blancs trahissent les années qu'on tente de cacher derrière sa cravate.

Aujourd'hui, on n'extermine plus le poil. On le dompte.

On s'en sert pour donner des formes à son corps, pour créer l'illusion de muscles proéminents ou d'un corps plus mince. L'exercice est certes moins éreintant, mais est-il plus simple pour autant ?

L'homme mutant

« C'est bien que les hommes commencent à prendre soin d'eux et qu'ils aient enfin des endroits où ils peuvent recevoir des soins adaptés à leurs besoins », souligne Luc Paquin, spécialiste en « manscaping » chez Mann, où l'on constate une augmentation de la clientèle depuis quatre ans.

Le secteur de la beauté, autrefois réservé principalement aux femmes, s'ouvre en effet à une clientèle de plus en plus docile. Et dans cette quête d'esthétisme au masculin, le poil est un enjeu évident. Un élagage commandité par Gillette ?

Le nombre de nouveaux produits spécialisés dans le toilettage pour hommes - des cires aux crèmes dépilatoires, en passant par les tondeuses et outils de toutes sortes - laisse supposer qu'il y a ici un marché qui trouve preneur.

L'homme moderne devient clairement plus coquet et n'échappe plus aussi facilement aux diktats de la mode que par le passé. Que ce soit pour se faire plaisir, ou pour faire plaisir aux autres.

«Le corps de l'homme contemporain n'est plus destiné au marché du travail, mais à ses partenaires sexuels.»

Mariette Julien
Professeure au département de marketing de l'UQAM

La volonté de séduire et de se rendre plus attrayant sur le plan sexuel passe maintenant par une aseptisation du corps, selon elle, et par une maîtrise de son animalité. Le poil, dans ces circonstances, doit être domestiqué.

L'industrie de la porno, qui présente des corps lisses et juvéniles, ne serait pas étrangère au phénomène. Et pour les hommes, une autre donnée s'ajoute et fait pression. Prenons les oreilles en exemple. Elles paraîtront forcément plus imposantes si les cheveux sont courts tout autour. Il en va de même pour les parties intimes.

Deux tendances

« On assiste à deux tendances actuellement, observe Mme Julien. D'une part, le corps se donne en spectacle à travers tout un travail du corps qui englobe le phénomène des tatouages. Et pour le montrer, il faut le dégarnir. Il y a, en contrepartie, un retour au naturel dans lequel le poil s'inscrit. » Un naturel poilu, mais pas trop touffu, et velu surtout aux bons endroits.

Qu'en est-il vraiment ?

« Ça me fait rire quand on parle de tendances, lance Luc Teasdale, du spa Physotech. Je me demande toujours qui décide que c'est ça, la nouvelle mode ! En réalité, chacun fait à sa façon. Aujourd'hui, c'est ce qui te fait plaisir à toi et à ton copain ou à ta copine. C'est vraiment un choix individuel. »

Force est d'admettre, toutefois, que certaines tendances se dégagent. Car la gestion du poil n'est plus qu'un signe de coquetterie masculine, il est un indice qui permet d'exprimer qui on est et à quel groupe on appartient.

Hipster, lumber, bear, métrosexuel... Choisissez votre toison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer