Le Québec au Bocuse d'or

Le chef Laurent Godbout s'entraîne intensivement depuis le... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le chef Laurent Godbout s'entraîne intensivement depuis le printemps afin de remporter le Bocuse d'or.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le cinéma a Cannes ou les Oscars, l'art contemporain, Venise. La gastronomie, elle, la classique, la grande, la haute cuisine, a Lyon.

Cette semaine, dans cette ville française connue pour son andouillette et ses bistrots traditionnels appelés « bouchons » mais aussi pour les grandes tables de ses environs, en commençant par celle de Paul Bocuse, Lyon, donc, accueille toute une série d'événements culinaires de haut niveau. Et parmi eux, on assistera au Bocuse d'or, sorte d'Olympiques de la gastronomie où des chefs de toute la planète feront compétition pour être consacrés meilleurs au monde.

Cette année, grande première, un chef québécois représentera le Canada: Laurent Godbout du restaurant Chez l'épicier, dans le Vieux-Montréal.

Godbout, sélectionné pour porter les couleurs du pays en 2013, s'entraîne intensivement (avec son entraîneur Sébastien Giannini et le commis Adam Martin) depuis le printemps dernier, chaque jour, dans une cuisine de l'Académie culinaire - non loin de son resto - qui reproduit les conditions dans lesquelles, le 28 janvier, il devra préparer les meilleurs plats qu'il a jamais cuisinés de sa vie.

Au menu, entre autres: de la pintade, viande imposée, et de la truite arc-en-ciel. Les plats seront évalués par un jury de 10 chefs, présidé par Grant Achatz, du restaurant moderniste Alinea à Chicago.

Quelque 24 chefs seront en compétition les uns contre les autres et auront 5 heures et 35 minutes pour préparer tout leur repas.

Nouvelle cuisine 

Ce Concours mondial de la cuisine, c'est son nom officiel, a été fondé en 1987 par Paul Bocuse, chef français crucial à qui l'on attribue l'invention de la Nouvelle cuisine dans les années 80, mais qui a aussi marqué le répertoire gastronomique français avec des plats devenus classiques comme le potage Valéry Giscard d'Estaing ou la poularde en vessie. La compétition a lieu tous les deux ans, et les prix sont remis dans le cadre d'un vaste événement appelé le Salon international de la restauration, de l'hôtellerie et de l'alimentation.

Parmi les 14 gagnants du grand Bocuse d'or depuis sa création, on compte 7 chefs français, dont Régis Marcon et Michel Roth. Mais des Norvégiens ont aussi gagné cinq fois, un Danois, une fois et un Suédois, une fois. Une seule femme a remporté le premier prix de la grande compétition : Léa Linster, du Luxembourg.

Le Canada n'a encore jamais réussi à se rendre sur le podium, puisqu'il y a aussi possibilité de gagner un Bocuse d'argent ou de bronze.

Cette année, le Québec est aussi représenté à Lyon dans le cadre d'un autre grand événement organisé pour marquer le lancement du concours et autres festivités. Le chef Normand Laprise, du Toqué! à Montréal, a été choisi pour faire partie de la brigade de chefs étoilés qui cuisineront pour Paul Bocuse lui-même, aujourd'hui âgé de 88 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer