Dans les garde-mangers en 2018

Selon les analystes de Mintel, les consommateurs sont... (Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Agrandir

Selon les analystes de Mintel, les consommateurs sont toujours plus curieux de la provenance de leurs aliments.

Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les citrouilles de l'Halloween ne sont pas encore ramassées que les spécialistes des tendances nous annoncent déjà leurs prédictions pour 2018. C'est la firme Mintel, bien connue pour ses analyses de marketing alimentaire, qui ouvre le bal avec ses traditionnelles prévisions de l'année à venir, pour l'ensemble des marchés. Alors, que retrouvera-t-on dans les garde-mangers du monde en 2018?

Des aliments honnêtes

Selon les analystes de Mintel, les consommateurs sont toujours plus curieux de la provenance de leurs aliments. Il faut donc s'attendre à voir la traçabilité faire un pas en avant. Des informations sur l'ensemble de la chaîne de fabrication pourraient être affichées sur les produits. «Les consommateurs veulent une transparence totale de la part des fabricants d'aliments et de boissons», dit l'analyste Jenny Ziegler, de Mintel. Ils demandent désormais la même transparence pour tous les types de produits, pas uniquement pour les aliments haut de gamme.

De la texture

On dit qu'on mange d'abord avec les yeux, mais tous les sens sont sollicités lorsqu'il est question d'alimentation. Pour attirer l'attention des consommateurs, certains fabricants n'hésiteront pas à travailler la surface de leurs produits. Oreo va plus loin, cite en exemple Mintel, en ajoutant des petits bonbons qui pétillent dans une version de ses biscuits. La création intitulée Firework (feu d'artifice) est réservée au marché américain pour l'instant. Heureusement, diront les nutritionnistes, que peu oseront contredire...

Le saumon génétiquement modifié (celui de grande taille... (Photo Barrett & Mackay Photography, archives The New York Times ) - image 2.0

Agrandir

Le saumon génétiquement modifié (celui de grande taille sur la photo) est arrivé dans les poissonneries québécoises à l'insu des consommateurs cette année.

Photo Barrett & Mackay Photography, archives The New York Times 

La science

Les géants de l'agroalimentaire ont tous leur division de recherche, et l'on pourrait voir le fruit de leur travail dans les épiceries prochainement. Un exemple? Mintel cite la viande artificielle, au coeur du développement de quelques entreprises, mais dont on n'a toujours pas vu le bout du nez dans les supermarchés. Le hic, c'est que les consommateurs sont très réfractaires à ces aliments nés dans un laboratoire. Déjà, le saumon génétiquement modifié, arrivé dans les poissonneries québécoises à l'insu des consommateurs cette année, fait saliver une (large) minorité de Canadiens, selon un sondage commandé par Agriculture Canada. 

Des produits personnalisés

Cela a plus à voir avec la façon de magasiner qu'avec les produits en tant que tels : le commerce en ligne et les services de repas sur abonnement ont fait que les consommateurs aiment bien qu'on leur facilite la vie et qu'on fasse une partie du travail pour eux. Un exemple: les promotions ciblées d'après l'historique d'achat. Dans cette même philosophie, les produits «doudous», dont les ingrédients répondent à la fois aux critères de goût et de nutrition, et qui sont donc rassurants d'une certaine manière, sont aussi promis à un bel avenir, prédit Mintel.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer