Décès du chroniqueur gastronomique Jean-Pierre Coffe

Crâne rasé, ses célèbres lunettes rondes et colorées... (PHOTO AFP)

Agrandir

Crâne rasé, ses célèbres lunettes rondes et colorées sur le nez, ce bon vivant piquait volontiers des colères.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le chroniqueur gastronomique français Jean-Pierre Coffe, qui a collaboré avec de nombreux médias et était dernièrement l'un des chroniqueurs d'une émission très populaire de la radio privée RTL, est mort à l'âge de 78 ans, a annoncé mercredi la radio.

Jean-Pierre Coffe continuait à venir chaque semaine à l'émission Les Grosses Têtes animée par Laurent Ruquier et il y était encore allé ces derniers jours, a précisé RTL.

«Le compagnon de Jean-Pierre Coffe m'autorise à vous confirmer sa disparition», a également tweeté Laurent Ruquier, ajoutant: «J'aimerais tant qu'il m'engueule encore», en référence aux fameux coups de gueule du critique gastronomique.

Selon plusieurs médias, Jean-Pierre Coffe s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi dans sa maison de Lanneray, près de Châteaudun, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Paris, dans des circonstances qui n'ont pas été divulguées.

«C'est de la merde!»: Jean-Pierre Coffe ne mâchait jamais ses mots pour dénoncer la «malbouffe», cheval de bataille de l'animateur qui fut également restaurateur et comédien.

Crâne rasé, ses célèbres lunettes rondes et colorées sur le nez, ce bon vivant piquait volontiers des colères, comme ses célèbres sorties contre le jambon sous vide.

Peu de médias ont échappé à ses coups de gueule poussés pendant une trentaine d'années aussi bien à la télévision (il a commencé sur Canal + en 1984 et a passé près de dix ans sur France 2 au côté de Michel Drucker) qu'à la radio (dont RTL et France Inter avec l'émission culinaire Ça se bouffe pas, ça se mange!).

Convaincu que l'on pouvait bien manger pour pas cher, Jean-Pierre Coffe appelait les consommateurs à «changer leurs habitudes alimentaires», à privilégier les produits de saison, à renouer avec le plaisir de cuisiner.

L'animateur, qui affirmait toujours payer l'addition dans les restaurants parce que «la liberté est à ce prix-là», a également signé une soixantaine d'ouvrages sur la cuisine et le jardinage, et des livres de recettes.

Dans une autobiographie parue en mai 2015, Une vie de Coffe, il évoquait son enfance difficile, mais aussi sa souffrance quand son ex-femme avait décidé d'avorter, ainsi que sa bisexualité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer