Le bourbier qui nuit au vin canadien

Les consommateurs se plaignent du manque de vins... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les consommateurs se plaignent du manque de vins canadiens sur les tablettes de la SAQ.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique Rivest

Collaboration spéciale

La Presse

J'entends souvent les consommateurs se plaindre du manque de vins canadiens sur les tablettes de la SAQ. La sélection est déjà nettement mieux qu'elle l'était il y a quelques années et les vins québécois, entre autres, profitent finalement d'une meilleure visibilité.

Mais pour les vins des autres provinces, ceux qui sont disponibles de façon continue à la SAQ sont en général issus de domaines importants, qui produisent de gros volumes. Or, la nature même de l'industrie viticole canadienne fait en sorte que la majorité des producteurs sont de taille plutôt modeste, voire petite. Ils n'ont donc pas les moyens de fournir des centaines de succursales. 

Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont absents de notre marché. Comme pour des petits vignerons d'ailleurs, on les retrouve parfois en importation privée, ce réseau parallèle qui permet d'acheter des vins non distribués dans les succursales de la SAQ.

Or, j'ai un problème ici avec le mot «importation». Alors qu'on parle sans cesse d'accords de libre-échange avec le reste du monde, en matière de vin, on n'en a même pas à l'intérieur de notre propre pays ! Ça me dépasse qu'on parle d'importation lorsqu'il est question d'acheter du vin d'une autre province. De toute façon, à mon avis, peu importe les termes utilisés, tout Canadien devrait avoir le droit de commander du vin en ligne de n'importe quel producteur au pays et de se le faire livrer à la maison.

La loi qui encadre l'importation du vin au Canada est la Loi sur l'importation des boissons enivrantes. En plus de réglementer l'importation d'alcool au pays, elle contrôle son transport interprovincial. Selon cette loi, il est illégal de transporter de l'alcool d'une province à l'autre; seules les autorités provinciales concernées, dans notre cas la SAQ, peuvent le faire.

Cette loi, comme plusieurs autres qui régissent le commerce de l'alcool au pays, remonte à l'époque de la prohibition. Elle ne correspond plus du tout à la réalité. Certains avocats croient même qu'elle est inconstitutionnelle.

Après de nombreuses pressions, une modification a été faite à cette loi en 2012. Elle permet aux particuliers de transporter, ou de faire transporter, du vin d'une province à une autre pour leur usage personnel. Est-ce qu'on peut commander du vin en ligne pour le boire dans une autre province? On peut toujours rêver...

Cette modification n'a fait que relancer la balle dans le camp des provinces en leur donnant le pouvoir d'établir des limites sur ces importations personnelles. Chaque province peut ainsi déterminer les quantités permises (seulement une bouteille au Nouveau-Brunswick; une vraie blague!) ainsi que les moyens d'accès. Et la plupart des provinces ont choisi de limiter ce moyen... au transport en personne.

Donc, oui, vous pouvez acheter du vin en Colombie-Britannique pour votre consommation à la maison, mais il faudra aller le chercher vous-même ! Et après tout ce chemin, vous n'aurez droit qu'à 12 bouteilles parce que c'est la limite qu'a imposée le gouvernement québécois.

Les seules provinces qui permettent aujourd'hui à leurs résidants de commander du vin canadien via l'internet pour se le faire livrer, tant que ça reste pour une consommation personnelle, sont le Manitoba et la Colombie-Britannique. Toutes les autres imposent d'aller chercher le vin en personne.

Permettre aux Canadiens d'acheter du vin canadien en ligne donnerait un sérieux coup de pouce à notre industrie viticole. Nous produisons de très bons vins dans quatre provinces, qui sont de plus en plus reconnus et appréciés dans le monde entier. Mais pour nous, pas moyen de s'en procurer facilement. C'est plutôt honteux. 

Libéraliser ce marché contribuerait à créer de l'engouement pour nos vins, à rendre l'industrie plus dynamique, et sûrement à faire en sorte que plus de Canadiens développent un intérêt pour le vin. Ce qui profiterait aussi aux monopoles provinciaux!

Les lois qui encadrent la vente d'alcool sont dépassées et de plus en plus contestées. Et les règlements sont souvent confus.

Des producteurs de partout profitent du flou qui entoure l'application de ces règles et offrent la possibilité d'acheter sur leur site et livrent leurs vins partout au pays. J'espère sincèrement que c'est un signe des choses à venir.

En attendant, voici quelques suggestions de très bons vins produits au Canada, mais qu'on a bien du mal à trouver chez nous. Pour ceux d'entre vous qui prendront des vacances dans nos régions viticoles!

Un rosé de Little Farm Winery, en Colombie-Britannique.... (Photo tirée du site du vignoble) - image 2.0

Agrandir

Un rosé de Little Farm Winery, en Colombie-Britannique.

Photo tirée du site du vignoble

Quatre vignobles canadiens à découvrir

Little Farm Winery - Colombie-Britannique

La vallée de l'Okanagan est de loin la plus importante des cinq régions viticoles de la Colombie-Britannique. Mais la toute petite vallée de Similkameen, au sud-ouest de l'Okanagan, fait de plus en plus parler d'elle. Elle représente moins de 10 % des vignobles de Colombie-Britannique, mais la combinaison de ses sols, de sa topographie et de son climat en fait un lieu privilégié pour la viticulture. Les vins de Similkameen peuvent être fins, élégants et complexes. On trouve un peu des vins de l'excellent producteur Orofino à la SAQ (et ils ont des chambres à louer au vignoble!), mais le petit dernier, qui vaut le coup, n'est pas offert au Québec. Little Farm Winery a planté son premier vignoble en 2009 et élabore de véritables vins de terroir, de façon très artisanale. Ses premières cuvées de riesling et de chardonnay sont très prometteuses : des vins délicieux, très purs et dénués de tout artifice (les prix varient entre 25 $ et 35 $).

Lightfoot & Wolfville - Nouvelle-Écosse

La plus petite des provinces en ce qui concerne la production viticole, la Nouvelle-Écosse produit des vins mousseux et des vins blancs de premier ordre. Le seul producteur offert à la SAQ est Benjamin Bridge, qui produit des vins effervescents de calibre mondial. Mais de nombreux autres élaborent de très bons vins et sont à découvrir, et ils sont tous relativement proches, dans un rayon de une à deux heures de route de Halifax. Parmi ceux-là, Lightfoot & Wolfville, un vignoble certifié bio et qui pratique la biodynamie, s'évertue aussi à produire des vins de terroir, dans le plus grand respect de la nature et en épousant une philosophie non interventionniste. Tous ses vins sont très bons, mais dans le millésime 2014, le Pinot Noir Ancienne (40 $) se démarque tout particulièrement.

Cabernet Franc Cuvée Madeleine du vignoble ontarien Pearl... (Photo tirée du site du vignoble) - image 3.0

Agrandir

Cabernet Franc Cuvée Madeleine du vignoble ontarien Pearl Morissette

Photo tirée du site du vignoble

Pearl Morrissette - Ontario

Présent au Québec en importation privée (via l'agence La QV), ce vignoble relativement jeune de la péninsule du Niagara (créé en 2007) s'est vite taillé une réputation enviable même si, comme ils le disent eux-mêmes, les vins ne plairont pas à tous. Pas de recette ici pour l'élaboration des vins, chaque année la nature dicte le style des différentes cuvées. Des vins élaborés dans un grand souci de transparence et d'authenticité, qui en effet peuvent présenter des arômes et des textures qui ne sont pas ceux des vins conventionnels, mais qui font preuve d'une grande pureté, d'éclat et de vitalité. Toute la gamme présentement offerte est délicieuse, mais un coup de coeur particulier pour le magnifique Cabernet Franc Cuvée Madeleine 2013 (44 $), un vin complexe et complet, qui fait preuve d'énormément d'élégance et de profondeur.

Vignoble des Négondos - Québec

Il s'agit du tout premier vignoble bio au Québec. Après des débuts pas du tout évidents - implanter un vignoble au Québec au début des années 90 n'était pas chose facile, le cultiver en bio l'était encore moins -, ils se sont hissés parmi la crème des vignerons québécois d'aujourd'hui. Tout comme le travail à la vigne (seuls des hybrides sont cultivés), celui au chai se veut le plus naturel possible. Les vins blancs et le mousseux sont toujours très bons. L'Opalinois 2015 (18 $), un vin blanc sec élaboré entièrement avec du seyval, est un très bel exemple d'un vin typiquement québécois: léger (11,5 %), frais et délicatement aromatique, il est une expression très sincère de son terroir. Et comme ils sont au Québec, si vous n'avez pas le temps d'une visite, vous pouvez commander en ligne sur le site du vignoble.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer