Des vins... miraculeux !

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La beauté du vin - du moins l'un de ses principaux attraits - est de n'avoir jamais fini de nous étonner...

Curieusement, je viens personnellement d'en faire, coup sur coup, deux fois l'expérience !

Premier cas : règle générale, on estime que les vins blancs de Sauvignon, de la Loire, des appellations Pouilly-Fumé et Sancerre ne peuvent guère tenir la route plus de huit à dix ans, au maximum.

Erreur... comme le montre le Pouilly-Fumé 1996 La Demoiselle Henri-Bourgeois, dégusté récemment en présence de son producteur Jean-Marie Bourgeois.

Naturellement, et tout comme le sommelier et professeur de sommellerie Don-Jean Léandri avec qui je l'ai goûté, je pensais que ce vin, avant de plonger le nez dans le verre, allait être... mort et enterré !

Stupéfaction !

Âgé maintenant de 19 ans, doté d'un bouquet très particulier, complexe, avec notamment des nuances de cire et de miel, et très minéral, mais sans (à l'aveugle) qu'on puisse penser qu'il s'agit d'un vin de Sauvignon blanc, il a - miracle ! - parfaitement tenu.

« Serré... jeune... incroyable ! », ai-je noté.

L'explication de cet incroyable potentiel de garde, selon son producteur : ce vin provient d'un sol constitué d'un mélange d'argile et de calcaire (des marnes, dit-on) du kimméridgien, riche en coquillages fossilisés. Bref, du même type que les meilleurs sols de Chablis !

Autre merveille, à laquelle je ne m'attendais nullement : la gamme actuelle des chiantis Marchese Antinori, lesquels offrent, à mon sens, une interprétation totalement innovatrice du Sangiovese.

Presque toujours, les vins de Sangiovese se caractérisent par, entre autres, des arômes de fruits cuits et des tannins fermes, souvent même rudes et agressifs, astringents.

Rien de tel désormais dans les chiantis de ce domaine, aux arômes purs, de fruits rouges, pleins d'éclats, aux tannins serrés et à la fois bien enrobés.

Bref, jamais je n'aurais cru, quant à moi, qu'un viticulteur pourrait obtenir de tels résultats avec le Sangiovese.

L'exemple le plus percutant en est le Chianti Classico Gran Selezione 2009 Badia a Passignano (voir la recommandation de la semaine) qui est, tout bonnement, un grand vin.

Chianti Classico 2012 Peppoli Marchese Antinori, 24,75 $ (10270928)

Fait principalement de Sangiovese (90 %), avec également un peu de Merlot et de Syrah (10 %), ce vin déploie un séduisant bouquet de fruits rouges, aux arômes purs, et qui a du charme sans être très complexe. Tout au plus moyennement corsé, on retrouve en bouche la même pureté aromatique, avec des saveurs de fruits rouges, le tout bâti sur des tannins fins et serrés. L'élevage est mené en foudres de chêne de Slovénie. Bien malin qui dirait, à l'aveugle, qu'il s'agit d'un chianti. Savoureux. 13 % (235 caisses).

Garde : 2015-2019 

NOTE: 16,2

Sancerre 2013 Les Baronnes Henri Bourgeois, 26,85 $ (303511)

Très beau Sancerre, fait bien sûr que de Sauvignon blanc comme le veut l'appellation, non boisé, et dont le bouquet, qui ne manque pas d'élégance, a entre autres le grand mérite, tout en étant typé Sauvignon blanc, d'être dépourvu de tout excès aromatique. Sancerre de corps moyen, équilibré, ses saveurs sont nettes, et on retrouve sur le plan gustatif la même distinction qu'au nez. Très réussi. 13 % (310 caisses).

Garde : 2015-2019.

NOTE: 16,5

Douro 2009 Coroa D'Ouro Pocas, 14,95 $ (743252)

Vin rouge portugais, du Douro, d'une couleur pourpre-prune assez soutenue, son bouquet de fruits rouges, et de bon volume, est expressif, avec des notes épicées bien présentes quoique ce vin ne soit pas boisé. Plus que moyennement corsé, tannique sans être rugueux, son goût est particulier et il a une bonne persistance. Le plus étonnant : il tiendra, comme le montrent le 1992 et le 1996 goûtés à la même occasion. Touriga Nacional, Touriga Franca, Tinta Barroca et Tinta Roriz. Une petite merveille. 13 % (1490 caisses).

Garde : 2015-2021

NOTE: 16

Chablis 2014 La Vigne de la Reine Château de Maligny, 24,75 $ (560763)

La couleur est légèrement verdâtre, le bouquet plutôt délicat, typé chablis, et pourvu de cette note minérale caractéristique qui fait saliver ! Non boisé, comme toujours avec ce domaine, c'est un vin tout au plus de corps moyen, un peu austère, très sec, et doté d'une persistance remarquable. Puis (tant mieux, à bien y penser), dépourvu de ce côté gras et flatteur qu'ont acquis les vins de ce producteur dans les derniers millésimes. Impeccable. 12,5 % (141 caisses).

Garde : 2015-2018.

NOTE: 17

Champagne Blanc de Chardonnay Tribaut Schloesser, 35,75 $ (12398491)

Champagne fait que de Chardonnay, un blanc de blancs comme on dit, son beau bouquet se présente avec quelques notes biscuitées (ou briochées) discrètes, auxquelles s'ajoute un effluve rancio. Vin qui a du corps, équilibré, ses saveurs sont relevées, avec tout ce qu'il faut d'acidité et un arôme rappelant la pomme en fin de bouche, de même qu'une bonne persistance. Il y a des champagnes blancs de blancs plus consistants, mais... beaucoup plus chers. Très bon. 12,5 % (623 caisses).

Garde : 2015-2020

NOTE: 16,5

12-13 CORRECT 14-15 BON 16-17 TRÈS BON 18-19 EXCELLENT 20 EXCEPTIONNEL

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer