Sassicaia 1981: toujours en vie!

Beaucoup d'amateurs - et même de simples consommateurs qui ont en réserve un... (Photomontage La Presse)

Agrandir

Photomontage La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jacques Benoît
La Presse

Beaucoup d'amateurs - et même de simples consommateurs qui ont en réserve un petit nombre de bouteilles - hésitent longuement avant d'ouvrir telle ou telle bouteille qui leur semble plus précieuse que d'autres.

Le passage du temps, espèrent-ils, la magnifiera... Ou alors, tout bêtement (cela m'arrive, aussi bien le confesser!), on laisse dormir des bouteilles qu'on aurait dû déboucher depuis longtemps!

Exemple, une certaine bouteille de ce célèbre vin de Toscane qu'est le Sassicaia, du millésime 1981, vin qui n'avait droit en ce temps-là qu'à la triviale dénomination «vino da tavola», soit vin de table en français.

Car c'est seulement en 1994 que fut créée l'appellation Bolgheri Sassicaia, à laquelle a droit uniquement ce vin, et sous laquelle il est désormais commercialisé.

L'air des vacances aidant, je me suis donc enfin décidé à ouvrir cette bouteille âgée aujourd'hui de 33 ans et dont j'imaginais, vu son âge, qu'elle aurait (comme on dit) les quatre fers en l'air!

Incroyable mais vrai! Ce vin avait parfaitement tenu, même la couleur restait d'un beau grenat soutenu, sans rien d'orangé, avec un bouquet impeccable, nuancé (tabac, cuir, etc.), rappelant nettement le bordeaux, et une bouche dotée de tannins encore fermes. Nous étions quatre, bouche bée...

Par son agent québécois, j'ai obtenu du domaine, la Tenuta San Guido, les principales données sur ce millésime.

Pour le 1981, et comme toujours pour ce vin, c'est le Cabernet Sauvignon qui dominait (90%), accompagné par 10% de Cabernet franc, avec élevage pendant 22 mois en fûts de chêne surtout français (85%) et de chêne américain (15%), dont 30% de fûts neufs dans les deux cas.

Grand vin, donc, il n'y a pas d'autres mots... Vous avez dans votre cave du Mercurey blanc 1996 Château de Chamirey? Ouvrez, il est délicieux.

Du Coteaux du Languedoc 2000 Bronzinelle? Débouchez, lui aussi a très bien tenu, mais il faut le boire.

De l'Amarone della Valpolicella Classico Superiore 1990 Il Sestante? Corsé, charnu, très cuir, on dirait presque un Barolo âgé. À boire.

Du Barsac 1990 Château Caillou? Superbe.

Bref, le vin est fait pour être bu!

+++

Pays d'Oc 2012 Grande Cuvée Mas des Tourelles, 9,95$(11975233)

Vin dans lequel dominent le Merlot (40%) et la Syrah (40%), avec aussi 10% de Petit Verdot et 10% de Marselan - un croisement de Cabernet Sauvignon et de Grenache -, d'une couleur assez soutenue, son bouquet de fruits rouges, plutôt simple, a des arômes rappelant les fraises. De corps moyen, semblant non boisé, bien qu'il bénéficie d'un élevage de quelques mois en fûts et en cuves selon son producteur, c'est un vin tout en fruit, peu tannique, facile, sans prétention, qui gagnera à être servi assez frais (13-14 degrés). Dans une fourchette de prix que la SAQ a eu tendance à négliger. 14,5% (1721 caisses). Garde: 2014-2015.

15,2

Bordeaux 2012 Mouton Cadet, 16,70$ (943)

Vin constant, ce bordeaux rouge, qu'on dit être le plus vendu au monde, reste encore une fois égal à lui-même dans ce millésime. Passablement coloré, son bouquet, aux notes légèrement grillées, donne l'impression qu'il est un peu boisé, ce qui n'est pas le cas, l'élevage étant mené en cuves inox. Fait surtout de Merlot (80%) avec 12% de Cabernet Sauvignon et 8% de Cabernet franc, moyennement corsé, il a de la chair sans être très concentré, et ses tannins font montre d'une certaine fermeté. À prix correct. 13,5% (7659 caisses). Garde: 2014-2016?

15,2

Crémant de Luxembourg Pinot blanc Poll-Fabaire,23,40$ (12239457)

Mousseux du Luxembourg que produit un regroupement de six coopératives, et fait que de Pinot blanc, c'est un vin aux petites bulles abondantes et au bouquet net, délicat, non dépourvu d'une certaine finesse. La bouche, elle, surprend par l'intensité de ses saveurs, son caractère marqué, ce à quoi le gaz carbonique contribue sans doute, et enfin par son goût bien particulier. Fort bon, mais à un prix qu'on souhaiterait un peu moins élevé. 12% (79 caisses). Garde: 2014-2016.

15,5

Arbois 2011 Chardonnay Marcel Cabelier, 19,70$ (11194672)

Vin de Chardonnay, du Jura, son bouquet est expressif, alléchant, marqué par ces notes rancio (genre noix rances) fréquentes dans les vins de Chardonnay de ce vignoble, mais également dans les champagnes. Les saveurs sont très présentes, et il a du corps, avec aussi une persistance remarquable. Vinifié et élevé en fûts, il accompagnera très bien les poissons, le poulet ou encore les fromages. Original et très bon. À noter que la distribution de ce vin ne fait que commencer. 13% (132 caisses). Garde: 2014-2018?

15,5

Napa Valley 2010 Cabernet Sauvignon Le Petit Vice,68$ (11089725)

Cofondateur de Mediagrif (informatique) dans les années 90, le Québécois Patrice Breton, 47 ans, produit sur son vignoble de la vallée de Napa (3,6 hectares), mais avec aussi des raisins d'achat (8 hectares) une gamme d'une quinzaine de vins, dont celui-ci. Très coloré, quasi opaque, son généreux bouquet, associant fruits noirs et rouges, est bien typé Californie (mûres, bleuets, etc.). Dense, corsé, bien en chair, un peu chaud sur la langue (l'alcool) sans que ce soit vraiment dérangeant, le style est californien, mais il n'a rien d'un mastodonte. 100% Cabernet Sauvignon avec élevage en fûts de chêne français, dont 85% de neufs. Très réussi. 15,2% (192 caisses). Garde: 2014-2023.

16




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer