Oublions la démarche du viticulteur

Aux yeux de certains consommateurs, et même de sommeliers, il suffit qu'un vin... (Photos La Presse)

Agrandir

Photos La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jacques Benoit
La Presse

Aux yeux de certains consommateurs, et même de sommeliers, il suffit qu'un vin soit élaboré sans usage de soufre - on le dit «nature» en pareil cas - pour qu'il soit jugé bon... même s'il est en réalité imbuvable.

Autrement dit, ce n'est plus ce qui est dans la bouteille qui compte, mais plutôt la démarche de son producteur!

Ce travers, car c'en est un manifestement, est plus répandu qu'on ne le pense...

La démarche du viticulteur (les cépages qu'il cultive, ses méthodes de culture, les rendements qu'il obtient, sa façon de vinifier et d'élever son vin, etc.) a naturellement son intérêt.

Puisque, bien sûr, c'est de cet ensemble de facteurs que dépendent la nature et le niveau qualitatif du produit fini, c'est-à-dire de son vin.

Mais c'est au vin lui-même que le consommateur et encore davantage le journaliste du vin doivent avant tout s'intéresser, plutôt qu'à la démarche de son producteur.

«Tout est dans la bouteille», dit-on souvent dans le milieu du vin.

Bref, le résultat doit primer la démarche.

Pour prendre les choses par l'autre bout, on peut dire que, dans le cas du journaliste spécialisé, le seul client auquel il se doit de rendre des comptes est son lecteur. Lecteur auquel il est tenu de donner l'heure juste, dans la mesure, pourrait-on dire, de ses capacités gustatives.

Le vin est-il bon? Bon jusqu'à quel point? Quelles sont ses qualités? A-t-il des défauts? Etc. C'est essentiellement à ces questions qu'il doit répondre.

En d'autres termes, il doit éviter de faire passer au premier plan la démarche du viticulteur, par exemple en justifiant des défauts au motif du respect de ses méthodes de travail.

Phénomène courant: presque immanquablement, plus un viticulteur s'explique et s'étend sur sa démarche (je ne nommerai personne...), plus longuement il pérore avant qu'on passe à la dégustation, plus son vin risque de décevoir.

Pays D'Oc 2013 Syrah Naturae Gérard Bertrand 18,95$ (12184821)

Très coloré, quasi opaque, ce vin dit «nature», sans soufre ajouté et ne renfermant donc que le soufre naturellement produit au cours de la fermentation, se présente avec un bouquet large, plutôt unidimensionnel, de fruits noirs, donnant l'impression que ce vin vient tout juste d'être retiré de la cuve de fermentation. La bouche suit, concentrée, dense, relativement corsée, bâtie sur des tannins aimables et tout d'un bloc. Élevage en cuves inox. 13,5% (244 caisses). Garde: 2014-2016?

14,8

Vacqueyras 2011 Bonpas 24$ (11676655)

À l'aveugle, on pourrait penser avoir affaire à un Châteauneuf-du-Pape... Vin rouge bien coloré, corsé, son bouquet de petits fruits rouges, marqué par une note un peu sucrée, est nettement dominé par le Grenache. Mêmes arômes de fruits rouges en bouche, avec tout ce qu'il faut de matière et des tannins ne manquant pas de fermeté, ce vin laissant dans l'après-goût des arômes rappelant les conifères fréquents dans les Châteauneufs-du-Pape. 60% Grenache, 20% Syrah et 20% Mourvèdre, avec élevage de moins de 10% de ce vin en pièces bourguignonnes (228 L). 14% (520 caisses). Garde: 2014-2018.

16,8

Costières de Nîmes 2012 Les Galets Dorés Château Mourgues Du Gres 16,85$ (11095877)

Vin blanc de la vallée du Rhône, non boisé, au bouquet relevé par une note discrète de fruits exotiques (ananas) et ne manquant pas de nuances. Tout au plus moyennement corsé, peu acide, il a une assez bonne persistance. Facile et plaisant. 60% Grenache blanc, 20% Roussanne et 20% Vermentino, l'élevage étant conduit en cuves inox. Fort bon. 13,5% (130 caisses). Garde: 2014-2015.

15,5

Madiran 2010 Vieilles Vignes Domaine Labranche Laffont 23,20$ (914192)

Un vrai Madiran! ... Quasi opaque, le vin s'affiche avec un bouquet de grande ampleur, très fruits noirs, tout d'un bloc en ce moment, avec un boisé peu perceptible. Élaboré avec uniquement du Tannat, très concentré sans être massif ou lourd, c'est un vin puissant, dense, aux tannins à la fois substantiels et bien enrobés. L'élevage est mené en fûts de chêne français dont 25% de neufs. Impeccable. Pour amateurs de vins aux larges épaules. 14,5% (109 caisses). Garde: 2014-2019.

16,5

Margaux 2010 Château Angludet 48$ (11520642)

Très beau bordeaux, d'un millésime exceptionnel pour le Bordelais, sa robe (comme on dit) est très foncée sans être opaque, son bouquet encore très jeune, de bon volume, avec des notes un brin chocolatées (c'est le bois). Relativement corsé, pourvu de toute la matière souhaitable, ses tannins sont très serrés, très... 2010, avec quelque chose d'un peu austère. Très réussi, et encore une fois fidèle à lui-même. Cabernet Sauvignon, Merlot et Petit Verdot y sont associés, l'élevage étant effectué en fûts, dont le tiers de fûts neufs. 13,5% (108 caisses). Garde: 2014-2023.

17,2




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer