Six vins à prix raisonnable...

Les grands vins sont chers, très chers... et de plus en plus chers vu la hausse... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les grands vins sont chers, très chers... et de plus en plus chers vu la hausse continue de la demande, notamment de pays d'Asie tels que la Chine et le Japon.

Ainsi, les plus célèbres domaines du Bordelais, au nombre d'environ 200, ont beau augmenter sans cesse leur prix (avec parfois des pauses comme c'est le cas en ce moment pour ce qui est des 2012, un millésime jugé de qualité moyenne), les vins continuent à se vendre!

Reportons-nous au début des années 80, au moment où apparurent sur le marché les bordeaux 1982. Millésime, rappelons-le, que l'Américain Robert Parker fut d'abord le seul à porter aux nues...

Or - de quoi avoir le tournis! -, même les vins les plus réputés ne coûtaient pour ainsi dire rien, encore à cette époque!

Exemple ultime: le Pomerol 1982 Château Pétrus, noté 100 sur 100 par Robert Parker, qui coûtait, au Québec, la folle somme de 64$ la bouteille!

Le prix du même vin dans le millésime 2012, offert par la SAQ en primeur (pendant que l'élevage est toujours en cours), est de 849$, contre plus de 1000$ précédemment dans le cas de grands millésimes comme 2010 et 2009.

Ce qui voudra dire, pour ce qui est du 2012... plus de 100$ le verre, étant donné qu'une bouteille standard (750 ml) contient grosso modo huit verres de vin.

Autrement dit, de tels vins sont aujourd'hui réservés - le mot n'est pas trop fort! - à une clientèle très fortunée!

Retournons la proposition... Donc, est-il encore possible, en 2013, de bien boire à moins, disons, de 20$ la bouteille?

La réponse est oui, comme le montrent à l'évidence les six vins dont il est question plus bas.

Aucun de ces vins n'a droit au titre de grand vin, mais tous six sont des vins de qualité et, comme on dit, tous se détachent du lot. À commencer par le premier, à savoir un simple beaujolais...

-----

2-13 CORRECT

14-15 BON

16-17 TRÈS BON

18-19 EXCELLENT

20 EXCEPTIONNEL

-----

(De gauche à droite sur la photo)

Beaujolais 2011 L'Ancien Jean-Paul Brun,17,45$ (10368221)

Il en reste peu, trop peu, quoique la SAQ en ait passé une autre commande (224 caisses pour la mi-août), mais ce sera dans ce cas du 2012. Fait que de Gamay, naturellement peu coloré, ce vin, d'un viticulteur exemplaire - Jean-Paul Brun -, brille dès l'abord par le charme, la netteté et l'éclat de son bouquet, associant fruits rouges et fruits noirs. Plutôt léger, souple, tendre, il confirme en bouche ce qu'annonce le bouquet. Bref, il pourrait faire la leçon à des vins rouges d'appellation Bourgogne! Délicieux. 12% (42 caisses). Garde: 2013-2014.

16,5

Cahors 2010 Petit Clos Triguedina, 17,25$ (10778967)

Vin de Malbec (80%), auquel s'ajoute 20% de Merlot, il est riche en couleur, bien qu'il n'ait rien d'opaque, avec un bouquet de bonne ampleur, de fruits noirs, plutôt retenu, marqué par des arômes très Cahors genre truffes noires. Ne manquant pas de corps, charnu, on retrouve les mêmes arômes de fruits noirs en bouche, avec des tannins à la fois fermes et sans rugosité, ce à quoi contribue de toute évidence le Merlot. Élevage en fûts pour une partie non précisée de l'assemblage. Très bon. 14% (98 caisses).

16,2

Vinho Regional Alentejano 2010 Tinto da Anfora, 14,20$ (11223592)

Vin rouge portugais qui, à l'aveugle, aurait de quoi embêter le meilleur des dégustateurs... D'un pourpre-grenat assez foncé, il se présente avec un bouquet aux notes comme de tabac, harmonieux, mais qui laisse perplexe, vu qu'on se demande, en vain, quels sont les cépages entrant dans son élaboration. Nettement plus que moyennement corsé, équilibré, ses tannins n'ont rien d'agressif. Très bon et à prix doux. Fait de quatre cépages, notamment 50% de Tempranillo. Élevage en fûts de chêne français et américain. 14% (152 caisses). Garde: 2013-2016.

16,2

Coteaux du Languedoc 2010 Montpeyroux Domaine d'Auplilhac, 20$ (856070)

Beau vin rouge du Languedoc dans lequel entrent pas moins de cinq cépages, surtout du Mourvèdre, de la Syrah et du Carignan (80% de la cuvée), d'une couleur quasi opaque, au bouquet ample, avec la Syrah qui tend à dominer. La bouche suit, dense, d'une bonne concentration et relativement corsée, l'élevage étant mené en foudres et en fûts. Très bon. 14% (123 caisses). Garde: 2013-2017.

16,8

Savoie 2011 Jean Perrier et Fils, 15,20$ (856997)

Vin rouge de Pinot noir, d'un rouge clair un peu bleuté... très bourgogne pour ce qui est de la couleur. Le bouquet, de fruits rouges, plutôt simple, est typé Pinot noir, mais sans que ce soit très manifeste. Souple, peu tannique et peu corsé, il est élevé en cuves inox et laisse, curieusement, comme un arôme de pommes en fin de bouche. Fort bon, et fort correct pour le prix. 12% (121 caisses). Garde: 2013-2014.

15,8

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La recommandation de la semaine

    Jacques Benoit

    La recommandation de la semaine

    Nouvellement inscrit au répertoire général, ce très joli bordeaux d'appellation Médoc, tout au plus moyennement corsé et aux tannins aimables, aux... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer