La valse des millésimes

Sur le même thème

Dégustation de Château Mouton-Rotschild 2008 en avril dernier,... (Photo: AFP)

Agrandir

Dégustation de Château Mouton-Rotschild 2008 en avril dernier, à Pauillac.

Photo: AFP

 

Jacques Benoit
La Presse

Les viticulteurs, et les organismes qui les représentent, tel le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), ont l'art de dorer la pilule dans la façon de présenter leur plus récent millésime.

Exemple, 2007, jugé très ordinaire pour les bordeaux rouges, et que le CIVB, au printemps 2008, décrivait comme «un millésime de talent»...

 

Traduction libre: les viticulteurs ont dû ramer comme des forçats pour réussir à produire des vins acceptables!

N'empêche, et même s'il a été également de qualité moyenne pour la Bourgogne, 2007 a donné de très bons résultats dans plusieurs autres vignobles - de France, d'Italie, d'Allemagne, etc.

Le tableau des millésimes ci-dessous en donne une première idée, ce à quoi s'ajoute l'état actuel des vins pour les millésimes précédents, jusqu'à 1992 inclusivement.

Mais, comme pour tous les autres tableaux du genre, ces indications, il faut le rappeler, sont d'ordre très général, car il y a forcément, et toujours, des exceptions.

Ainsi, et alors qu'on pouvait s'attendre à ce que ce soit un vin sur son déclin, ou même imbuvable, le Coteaux du Languedoc 1994 Grande Cuvée Domaine de l'Hortus, dégusté tout récemment, était d'une parfaite fraîcheur. Tout en fruit, avec un bouquet éclatant qui, curieusement, rappelait beaucoup les très bons bourgognes rouges.

Autrement dit, les Coteaux du Languedoc 1994 de qualité ne sont pas tous... tombés dans leurs bottes, selon une vieille expression imagée que l'on n'entend plus guère.

Pour 2007, les plus grandes réussites, selon ce qu'on en sait jusqu'ici, ont été le fait de la Toscane et du Piémont dans le cas de l'Italie, et, pour la France, du Sauternais, de l'Alsace, de la vallée du Rhône et enfin du Languedoc-Roussillon.

«Finalement, on se retrouve avec le millésime le plus aromatique depuis longtemps», souligne à propos des 2007 du Sauternais Béatrice Lurton, propriétaire du célèbre Château Climens, que cite le journaliste français Jacques Dupont dans son guide des Bordeaux 2007 du magazine Le Point.

Pour la vallée du Rhône, il faut le rappeler, c'est avant les appellations méridionales (au sud), dont Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Côtes du Rhône et Côtes du Rhône Villages, etc., qui ont particulièrement réussi leurs vins en 2007.

Couleur, densité en bouche, éclat du fruit - tout y est. Même chose pour le Languedoc-Roussillon, quoique, curieusement, on trouve sur le marché des vins rouges, à la fois du Rhône et du Languedoc, qui ont des tannins verts, à l'astringence désagréable.

Dans le nord, notamment pour ce qui est des appellations Crozes-Hermitage, Cornas, Saint-Joseph, etc., et même si les 2007 sont de qualité, on juge que 2006 a été, globalement, un meilleur millésime.

Le Beaujolais a eu longtemps l'habitude de se glorifier de produire, une fois tous les trois ans, le millésime du siècle!

Or, depuis que ces vins retrouvent peu à peu leur place et (pour ainsi dire) leur dignité, ce vignoble a baissé le ton. «Je donne 18 à 19 sur 20 à 2005, puis 15 à 16 à 2006, qui est très bon, mais avec 2007 on est en dessous», dit à ce sujet l'un de ses meilleurs viticulteurs, Jean-Paul Brun.

Enfin, soit dit en passant, et tout comme l'indique le tableau ci-dessous, les meilleurs vins rouges de Cabernet Sauvignon, de Californie, tiennent étonnamment bien la route.

Véronique Rivest

Le communiqué publié par l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec ne le précisait pas...

Toujours est-il que Véronique Rivest, Meilleur sommelier du Canada 2006 (le concours a lieu tous les trois ans), a remporté le dimanche 31 mai la deuxième place au concours du Meilleur sommelier des Amériques, à Buenos Aires, en Argentine, tout juste derrière l'autre Québécoise, Élyse Lambert, médaillée d'or. Bref, un doublé pour les sommelières d'ici! Élyse Lambert est déjà assurée de sa participation au concours du Meilleur sommelier du monde 2010 au Chili, alors que Véronique Rivest tentera à l'automne de remporter de nouveau le titre de Meilleur sommelier du Canada, ce qui lui assurerait de s'envoler elle aussi vers le Chili.

 

Dégustés pour vous

Costières de Nîmes 2007 Domaine des Cantarelles. Joli vin rouge de la vallée du Rhône, d'une couleur soutenue, de Grenache et de Syrah, puis élevé en cuves, dont le bouquet, que domine (discrètement) la Syrah, est net, quoique peu complexe. Un peu plus que moyennement corsé, plutôt unidimensionnel également en bouche, il brille néanmoins par la qualité de son fruit - le millésime parle. 13,5% d'alcool (486 caisses). C, 518720, 11,80$, **, 14,8/20,$, 2009-2010.

Chablis 2007 Domaine Millet. Un chablis... on ne peut plus chablis. Une couleur or fin à reflets verdâtres, un bouquet distingué, fin, marqué par une note minérale, une bouche aux saveurs étonnamment relevées, vive et à l'acidité juste assez relevée - tout y est. 12,5% d'alcool. Très bon (59 caisses). S, 10792216, 23,15$, ***, 16,8/20,$$ 1/2, 2009-2013.

Marlborough 2007 Pinot noir Framingham. Vin de Pinot noir de Nouvelle-Zélande, rouge clair, au séduisant bouquet de petits fruits rouges, très Pinot noir, de corps moyen, et aux saveurs pleines d'éclat, tendre, charmeur. À Signature seulement, hélas! 14% d'alcool. Savoureux (43 caisses). 11076633, 24,90$, *** 1/2, 17,2/20,$$$, 2009-2013.

Jumilla 2005 Crianza Sierra Carche. Très - très - beau vin rouge espagnol, fait à parts égales de Syrah et de Merlot, bien coloré, élevé en fûts de chêne français et américain, et qu'on pourrait prendre à l'aveugle pour un vin du sud de la vallée du Rhône. Le bouquet est ample, très fruits rouges, épicé (le bois), la bouche charnue, corsée, avec des tannins solides, mais enrobés, qui ne sont pas sans rappeler Châteauneuf-du-Pape. 14% d'alcool. Sérieux (62 caisses). S, 11034919, 32,75$, *** 1/2, 17,7/20,$$$1/2, 2009-2014.

 

 

LA RECOMMANDATION DE LA SEMAINE

Vin que produisent trois amis, tous trois vinificateurs d'autres vins, le Coastal Region 2007 Cabernet Sauvignon Man Vintners, d'Afrique du Sud, d'un pourpreprune soutenu sans que ce soit un vinopaque, a ce bouquet ample, très mûr, expressif, propre à beaucoup de vins rouges de pays chauds. On retrouve la même maturité sur le plan des saveurs, avec des notes de cuir, de figues fraîches et séchées, le tout campé sur des tannins gras, aimables. 20% de la cuvée est élevée en fûts de chêne américain. Rien de particulièrement distingué, mais on en a largement pour ses sous. 14% d'alcool (1367 caisses).

C, 10802832, 13,70$, ** 1/2, 15,8/20,$ 1/2, 2009-2012.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer