Comment reconnaître un mauvais vin?

Tous les goûts sont dans la nature. Pour certains, les rouges très chargés en... (Illustration Marie Leviel, La Presse)

Agrandir

Illustration Marie Leviel, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Karyne Duplessis Piché

Collaboration spéciale

La Presse

Tous les goûts sont dans la nature. Pour certains, les rouges très chargés en alcool ou sucrés sont mauvais. Pour d'autres, les vins acides en bouche sont désagréables.

«Un mauvais vin, c'est un vin qu'on n'aime pas», résume la sommelière Véronique Rivest.

N'empêche, les experts se basent sur certains critères pour juger de la qualité d'un vin. Le principal est l'équilibre, dit le rédacteur en chef du site Vin Québec, Marc André Gagnon.

Pour qu'un vin soit équilibré, les saveurs sucrées, acidulées et amères ne doivent pas prendre le dessus l'une sur l'autre, explique le père de l'oenologie moderne, Émile Peynaud, dans son livre Le goût du vin. Il en va de même pour ses arômes et ses tannins.

Les sauvignons blancs, par exemple, sont souvent caractérisés par des odeurs herbacées et celle d'«urine de chat». À petite dose, ces arômes plaisent en général. S'ils sont toutefois trop prononcés, la majorité des dégustateurs seront d'avis que le vin est mauvais.

M. Gagnon suggère un truc simple: «Si un vin vous fait grimacer, il est mauvais.»

Les défauts

Si votre vin a un goût de vinaigre ou une forte odeur de bouchon, il est plus que mauvais, il est défectueux, nuance Véronique Rivest.

La spécialiste constate que ces anomalies sont de moins en moins fréquentes. Les avancées scientifiques des dernières décennies auraient donc permis de résoudre la plupart des problèmes de vinification.

Les vins défectueux sont certes plus rares, mais ils ne sont pas absents des tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ). Si votre rouge dégage une odeur d'humidité, de moisi ou de champignon, n'hésitez pas à le retourner: il est bouchonné.

La SAQ échange toute bouteille défectueuse achetée il y a un an ou moins, peu importe la raison (mauvais goût, mauvaise odeur, etc.). Il suffit qu'elle soit remplie aux trois quarts. Pour un remboursement, la société d'État exige la facture.

Dans le cas des vins qui ont séjourné quelques années en cave après leur achat, la SAQ les échange ou les rembourse seulement s'ils sont bel et bien bouchonnés (défaut du bouchon).




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer