• Accueil > 
  • Vins 
  • > Du bon vin bio dans l'Outaouais 

Du bon vin bio dans l'Outaouais

  • Vignoble Les météores à Saint-André-Avellin. (Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Vignoble Les météores à Saint-André-Avellin.

    Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale

  • 1 / 4
  • Les propriétaires André Cellard et Chantal Ippersiel et leur chien Bacchus. (Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les propriétaires André Cellard et Chantal Ippersiel et leur chien Bacchus.

    Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale

  • 2 / 4
  • Vignoble Les météores à Saint-André-Avellin. (Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Vignoble Les météores à Saint-André-Avellin.

    Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale

  • 3 / 4
  • Vignoble Les météores à Saint-André-Avellin. (Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Vignoble Les météores à Saint-André-Avellin.

    Photo Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale

  • 4 / 4

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karyne Duplessis Piché
La Presse

(Saint-André-Avellin) Les collines bucoliques de Saint-André-Avellin, dans l'Outaouais, sont bien connues pour leur beauté et leur tranquillité. Ce que l'on sait moins, c'est que l'on y produit parmi les meilleurs vins du Québec. Visite au Domaine les Météores.

André Cellard et Chantal Ippersiel rêvaient depuis toujours de s'acheter un vignoble dans le sud de la France. Ils ont toutefois dû revoir leur projet après la parution du livre Une année en Provence de l'auteur anglais Peter Mayle, en 1989. Du jour au lendemain, les petits vignobles français sont devenus inabordables.

Le professeur d'histoire à l'Université d'Ottawa et la parajuriste au gouvernement du Canada ont finalement arpenté l'Outaouais pendant 10 ans à la recherche d'un lieu idéal pour cultiver la vigne. Ils l'ont trouvé à Ripon, dans la vallée de la Petite-Nation.

«Le site est exceptionnel, dit M. Cellard. Je n'aurais pas pu trouver mieux. On est dans une pente orientée plein sud. C'est idéal pour le mûrissement des raisins. On est protégé des vents du nord par une forêt et la rivière Petite-Nation forme un lac juste en bas de la colline. Ça engendre un microclimat parfait.»

La terre possède deux lacs cachés au milieu de la forêt. Selon la croyance locale, les cratères ont été creusés par une pluie de météorites. Le professeur d'histoire croit plutôt que ce sont des vestiges de l'époque glaciaire. Qu'importe, il a choisi de perpétuer la légende en appelant son vignoble les Météores.

Des hybrides bios

Les vignerons ont planté leurs premières vignes en 2006. Ils ont opté pour des hybrides, même si M. Cellard a longtemps été un amateur des rouges de Bordeaux.

«Je ne peux pas rêver de produire le meilleur cabernet-sauvignon au monde, dit-il. Mais je peux essayer de faire le meilleur vin du Québec avec un hybride.»

Avec les conseils de la firme OenoQuébec, le domaine concentre sa production sur quatre vins: un assemblage de rouge, un rosé, un blanc et, depuis l'an dernier, un rouge 100% Frontenac noir. Les résultats sont surprenants. Les vins sont gorgés de fruits et sont longs en bouche. Comme plusieurs de leurs voisins fermiers, le couple pratique aussi une agriculture biologique.

Des vignerons à temps plein

En regardant l'étendue de son domaine, M. Cellard n'en revient toujours pas d'être propriétaire de cette «mer de vignes». Une plantation soigneusement entretenue, à la main, dans laquelle il règne un ordre exemplaire. Pour réussir ce travail, les vignerons ont tous deux dû abandonner leur emploi respectif.

«Une semaine après avoir donné ma démission à l'Université, raconte M. Cellard, on a eu un gros gel printanier qui nous a fait craindre le pire pour les vignes. Je croyais avoir tout perdu, mais on s'est relevé.»

Le couple a troqué sans regret crayons et cahiers pour des sécateurs. M. Cellard avoue cependant qu'il apprend toujours les principes de la vente et du marketing. C'est peut-être pourquoi ses bouteilles sont encore difficiles à trouver.

Une grange vert lime

Si ses vins sont difficiles à trouver, le vignoble ne l'est pas. Impossible de ne pas remarquer en bordure de la route 317 la grange de couleur vert lime qui sert de chai et de salle de dégustation. Le look osé de l'édifice a été pensé par le designer Koen De Winter en échange d'une caisse de vin.

«On nous avait conseillé d'appeler un artiste qui habite tout près, Koen, pour nous aider à choisir les couleurs, relate M. Cellard. On n'avait aucune idée de qui il était. On l'a rappelé 100 fois pour qu'il nous rassure sur le choix des couleurs ou pour qu'il nous aide à poser l'affiche. Jusqu'à ce que l'on apprenne qu'il était un célèbre designer dont le travail est exposé au Musée d'art moderne (MoMA) de New York.»

Les étiquettes des bouteilles des Météores ne passent pas inaperçues non plus. En particulier celle du rouge Minotaure illustrant une réplique du célèbre animal de la mythologie qui le présente sirotant un verre de rouge. Remplies d'humour, elles ont été pensées par un autre artiste de la région, Pol Turgeon.

Pour ceux qui ne peuvent se rendre à Ripon, les vignerons seront pour la première fois à la Fête des vendanges qui se déroule les week-ends du 31 août et du 7 septembre à Magog. Leurs vins sont aussi servis aux deux adresses du pub Chez Baptiste, à Montréal, et au restaurant Moine Échanson, à Québec.

_____________________________________________________

Comment s'y rendre?

L'inauguration des derniers tronçons de l'autoroute 50, l'hiver dernier, facilite grandement la balade jusqu'à Ripon. On y est en moins de deux heures depuis Montréal et en une heure depuis Ottawa. Il faut prendre la sortie 205 de l'autoroute 50 et emprunter la route 321 Nord direction Saint-André-Avellin. Après avoir traversé le village, on poursuit sur la route 317 et on arrive au vignoble 10 minutes plus tard.

203, chemin du Lac-Grosleau, Ripon, 819-428-1652 domainedesmeteores.com

À déguster

Le rosé sec et parfumé est déjà épuisé. En revanche, le rouge à base de Frontenac noir et le blanc à base de Frontenac gris et Louise Swenson valent le détour. En plus, les vins sont disponibles en format de 375 ml. Idéal pour déguster dans les aires de pique-nique qui ne manquent pas en bordure de la rivière Petite-Nation.

ROUGE Le Frontenac noir 2011

Ce rouge 2011 est la première cuvée du vignoble à base de Frontenac noir. Exit le côté végétal souvent associé à ce cépage. On y trouve plutôt des fruits noirs, comme du cassis et des bleuets ainsi que du poivre noir. C'est rond, c'est juteux, c'est gourmand et l'élevage en barrique est bien intégré. Une découverte! 12%, vendu 20$

BLANC La Couronne Boréale 2012

Cet assemblage de Frontenac gris et de Louise Swenson est très aromatique. On sent les ananas confits, les pêches, les poires, les fleurs et une touche de fumée qui rappelle le court élevage en fûts de chêne. En bouche, l'attaque est onctueuse et c'est très long sur les papilles. Magnifique. 12%, vendu 18$.

_________________________________________________

On aime aussi...

Maintenant que vous avez le vin, il vous faut du fromage! Ça tombe bien, la fromagerie Les folies bergères est située à moins de 10 minutes du vignoble. On s'y arrête pour goûter à l'Apprenti sorcier, un fromage à pâte molle préparé avec 50% de lait de brebis et 50% de lait de vache ou pour le cheddar en grain frais du jour.

955, route 317, Saint-Sixte, 819-983-4010 lafromagerielesfoliesbergeres.ca

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer