• Accueil > 
  • Vins 
  • > Petits formats, grand plaisir 

Petits formats, grand plaisir

Chablis premier cru Fourchaume Château de Maligny 2010.... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Chablis premier cru Fourchaume Château de Maligny 2010.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partager

Karyne Duplessis Piché
La Presse

(Montréal) Les grandes réceptions des Fêtes sont terminées, on peut maintenant arroser les soirées de janvier avec un peu plus de modération. Optez pour des demi-bouteilles.

Règle générale, on consomme l'équivalent d'une demi-bouteille de vin ou 375 ml pendant un repas. Si l'on est peu nombreux autour de la table et que l'on souhaite déboucher différents vins au cours de la soirée, l'achat de petites bouteilles s'avère intéressant. En particulier pour les vins mousseux qui se conservent moins longtemps une fois débouchés.

«Lorsqu'on est deux ou trois, il n'est pas nécessaire d'acheter une grosse bouteille de mousseux, explique le rédacteur en chef du site Vinquebec.com, Marc André Gagnon. Le format 375 ml permet de boire chacun une flûte. C'est suffisant pour lancer le repas.»

Le prix de la demi-bouteille est toutefois moins avantageux. Il est souvent plus économique de se procurer une bouteille standard de 750 ml que celle de 375 ml du même vin, en matière de quantité. L'écart entre les deux formats, toutes proportions gardées, varie de quelques sous à une dizaine de dollars.

La Société des alcools du Québec (SAQ) explique cette différence par les coûts de production plus élevés pour les bouteilles de petits formats.

«Tout ce qui n'est pas dans un format standard, que ce soit une petite bouteille ou un magnum, occasionne plus de coûts, explique la porte-parole de la SAQ, Linda Bouchard. Car la chaîne d'embouteillage est différente et le prix de la petite bouteille vide est moins avantageux pour les producteurs.»

Si la demi-bouteille est plus chère, elle permet malgré tout de goûter de grands vins en payant moins. On peut en effet se procurer de très bonnes cuvées, vendues à plus de 25$ en format régulier, à 13$ ou à 15$ en petit format.

Les collectionneurs le savent bien: les petites bouteilles ne sont pas idéales pour la garde. Dans un format de 375 ml, il y a moins de vin. L'impact de l'air sur le liquide est donc plus grand. Résultat: le vin vieillit plus vite.

«Pour que le vin évolue de façon gracieuse, on privilégie une évolution lente, explique la sommelière Véronique Rivest. Et dans une bouteille de petit format, l'évolution est rapide. Je garderais donc ces bouteilles un maximum de quatre ou cinq ans.»

Il y a cependant quelques exceptions. Les vins doux naturels et les portos, qui possèdent déjà un très bon potentiel de garde, vieillissent bien dans une demi-bouteille. Tant mieux, car on boit rarement d'un coup une bouteille de 750 ml de ces vins de dessert.

La SAQ a augmenté sa sélection de vins de 375 ml pour la période des Fêtes. Il reste encore sur ses tablettes plusieurs petites bouteilles.

Bulles

Un cava simple, croquant, avec des bulles bien faites, voilà la signature de la maison espagnole Codorniu. Ce mousseux est élaboré selon la méthode traditionnelle (la deuxième fermentation a lieu en bouteille comme en Champagne). À servir à l'apéritif ou en cocktail. (Goûté en format 750 ml)

Codorniu Clasico Seco Cava mousseux, 7,65$ (00170803)

La très respectée maison champenoise Bollinger exécute avec brio cette cuvée spéciale. En bouche, on remarque peu l'effervescence tellement ce champagne est rond, épicé et que ses bulles sont délicates. Un coup de coeur! (Goûté en format 750 ml)

Bollinger Special Cuvée Brut Champagne, 36,50$ (11154646)

Blanc

Vous souhaitez accompagner vos huîtres avec un peu de blanc avant le repas? Voici un Chablis premier cru d'une grande finesse qui mettra en valeur vos coquillages. Il est soyeux et très long en bouche. Délicieux.

Chablis premier cru Fourchaume Château de Maligny 2010, 19,50$ (00894709)

Rouge

La plupart des vins de l'année 2009 à Bordeaux sont gourmands, onctueux et remplis de fruits. Cette cuvée du Château Treytins n'échappe pas à la tendance. C'est une jolie cuvée. L'attaque est croquante. Le bois est intégré. Savoureux.

Château Treytins Lalande-de-Pomerol 2009, 12,45$ (00912840)

Le cinéaste Francis Ford Coppola exécute avec brio cette cuvée de merlot en Californie. En bouche, c'est rond, charmeur, on goûte les fruits mûrs et la finale est chocolatée. L'accord sera réussi avec les plats de viande.

Merlot Blue Label Francis Coppola Diamond Collection 2010, 14,85$ (10969894)

Ce Brunello di Montalcino est juteux, épicé et complexe sur les papilles. On reconnaît des notes de thé noir et sa finale rappelle le kirsch.À près de 19$ la demi-bouteille, son prix semble élevé. Pourtant, ce format est moins cher que le même vin de 750 ml vendu à 42,50$.

Caparzo Brunello di Montalcino 2007, 18,45$ (11617840)

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer