Lancement d'une application pour «bénir» ses amis

À l'origine de cette idée, Sébastien Poncelet, 40... (123RF)

Agrandir

À l'origine de cette idée, Sébastien Poncelet, 40 ans, entrepreneur catholique, qui, à la tête d'une petite équipe de quatre personnes, veut «propager le bien dans le monde».

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ROUEN

Prendre une photo, la bénir et l'envoyer avec son téléphone intelligent vers ceux à qui on veut du bien: voilà ce que va permettre l'application «Godblessyoo», qui sera lancée lundi par une entreprise de Mont-Saint-Aignan, au nord de Rouen.

À l'origine de cette idée, Sébastien Poncelet, 40 ans, entrepreneur catholique, qui, à la tête d'une petite équipe de quatre personnes, veut «propager le bien dans le monde».

«Contrairement aux idées reçues, la bénédiction n'est pas réservée aux seuls prêtres», explique le concepteur de «Godblessyoo» («Dieu vous bénisse») au cours d'une présentation mardi soir, rappelant que nos aïeux bénissaient des amis de passage, une pratique que l'on rencontre encore aux États-Unis.

L'application, qui permettra des «messages positifs, spirituels, bienvenus dans cette période troublée» pourra être téléchargée gratuitement sur les téléphones de système Android ou IOS (Apple). La manipulation est aisée: on prend une photo directement ou depuis sa galerie d'images, on la «bénit» avec le doigt puis on l'envoie.

Sur son écran on peut faire soit un signe de croix, soit dessiner un ictus (deux courbes horizontales qui se croisent, figurant un poisson stylisé, signe chrétien très ancien que préfèrent les protestants) ou encore un coeur pour les non-croyants.

«Le destinataire recevra en surimpression le signe sur la photo, laquelle sera géolocalisée et nominative», indique Sébastien Poncelet.

La petite entreprise entend bien développer son application au-delà des frontières hexagonales. «Elle a été conçue pour l'international et nous pensons faire un carton en Afrique, en Amérique Latine et aux États-Unis», pronostique le l'entrepreneur dont l'optimisme semble à toute épreuve.

Le modèle économique sera celui d'un réseau social dont la valeur se mesure au nombre d'utilisateurs. La petite entreprise en attend 146 000 en 2017 (12 500 en France) et vise les 26 millions en 2020 (143 700).

La petite équipe compte bien aller présenter sa trouvaille technologique au pape François, dès le début de 2017. Elle compte sur le père Geoffroy de la Tousche de Dieppe, expert pour l'Église en réseaux sociaux, qui suit le projet depuis le début et qui a ses entrées au Vatican.

Pourquoi ne pas avoir prévu un signe pour les musulmans ? «En raison du rapport de l'islam avec l'image», explique le père de la Tousche. «Mais dans cette religion aussi on bénit et il faudra trouver quelque chose pour eux», promet-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer