Eleider Alvarez n'affrontera pas Oleksandr Gvozdyk

Eleider Alvarez... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Eleider Alvarez

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Encore une fois, on ne sait plus trop où donner de la tête chez les mi-lourds à la boxe.

Résumons. Début 2018, le WBC a permis une nouvelle fois à son champion Adonis Stevenson d'éviter l'aspirant obligatoire Eleider Alvarez.

Stevenson (29-1) devait affronter le dangereux Badou Jack (21-1-3), tandis qu'Alvarez (23-0) ferait face à Oleksandr Gvozdyk (14-0). Les deux gagnants se battraient ensuite pour la ceinture.

Or hier, à la veille de l'appel d'offres pour l'organisation du combat, Alvarez s'est retiré du processus. Il n'affrontera donc pas Gvozdyk.

«Storm Alvarez a remporté trois combats éliminatoires et a des victoires sur des aspirants WBC actuels classés 9e, 10e et 12e [Jean Pascal, Lucian Bute, Isaac Chilemba], a écrit le promoteur d'Alvarez (et de Stevenson), Yvon Michel, sur les réseaux sociaux. Alvarez s'est tassé une seule fois et n'a pas reçu d'argent pour ça.»

«Aucune raison logique d'encore se battre pour le statut d'aspirant obligatoire. [Alvarez] est numéro un par son mérite. Son but est d'affronter le champion.»

Alvarez est aspirant au titre de Stevenson depuis qu'il a battu Chilemba en novembre 2015. Depuis, il a défendu ce privilège face à Bute et Pascal. Il arrive parfois que l'aspirant accepte de s'éclipser pour laisser le champion affronter un autre boxeur, mais il reçoit généralement un montant d'argent. Yvon Michel affirme que ça n'a jamais été le cas.

Maintenant, que se passera-t-il chez les mi-lourds du WBC? «Le WBC devra régler cette question en comité et décider de l'avenir de la division», a fait savoir son président Mauricio Sulaiman.

Deux scénarios se présentent. Le premier, Alvarez conserve son statut de par ses récentes victoires. Le deuxième, Gvozdyk devient de facto aspirant obligatoire. Une décision qui ne serait pas non plus farfelue car l'Ukrainien vient de battre avant la limite cinq adversaires dangereux en Nadjib Mohammedi, Tommy Karpency, Isaac Chilemba, Yunieski Gonzalez et Craig Baker.

Dans tous les cas, on surveillera les prochains gestes d'Alvarez. Devant les refus répétés de Stevenson de l'affronter, il pourrait être tenté d'améliorer son classement dans une autre association et de s'attaquer à un autre titre. Alvarez et son équipe se refusent pour l'instant à tout commentaire.




la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer