Andre Ward défie Sergey Kovalev pour trois titres et un statut

Sergey Kovalev et Andre Ward... (Photo John Gurzinski, AFP)

Agrandir

Sergey Kovalev et Andre Ward

Photo John Gurzinski, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

L'Américain Andre Ward veut déposséder samedi à Las Vegas le Russe Sergey Kovalev de ses ceintures de champion WBA, IBF et WBO des mi-lourds et s'emparer du titre officieux de meilleur boxeur de la planète.

Kovalev n'a peur de rien, ni de personne: «Je vais l'écraser», a promis celui qui est surnommé «The Krusher» (littéralement l'écraseur).

À 33 ans, le Russe établi en Floride, est toujours invaincu: il a remporté 30 victoires, dont 26 avant la limite. La seule tâche à son palmarès est un nul face à l'Américain Grober Young en 2011 dans un improbable combat organisé à la célèbre villa Playboy à Beverly Hills.

«Mon adversaire n'a jamais perdu, mais mon boulot est de gagner, je ne vais pas changer ma stratégie habituelle, je vais le réduire à néant», a assuré Kovalev qui a lancé sa carrière professionnelle en 2008, sans avoir fait d'étincelles chez les amateurs.

Détenteur du titre WBO depuis août 2013 après sa victoire face au Britannique Nathan Cleverly, il s'est offert les ceintures WBA et IBF en novembre 2014 en venant à bout aux points de l'inusable Bernard Hopkins, alors âgé de... 49 ans.

Depuis, «The Krusher» a remis ses titres en jeu à quatre reprises, dont deux fois contre le Canadien Jean Pascal, et les a facilement conservés.

Il aborde le 32e combat de sa carrière à la deuxième place du prestigieux classement toutes catégories du magazine de référence The Ring qui désigne officieusement le meilleur boxeur en activité.

Pour les promoteurs du combat et pour Ward qui pointe à la quatrième place de ce classement dominé par le Nicaraguayen Roman Gonzalez - invaincu en 46 combats -, «le vainqueur sera le meilleur boxeur de la planète»: «C'est difficile de le contester quand on voit nos palmarès et nos parcours», a insisté le Californien.

«On a tous les deux un bilan de 30 victoires pour aucune défaite, on a tous les deux beaucoup à perdre comme à gagner», a estimé le champion olympique 2004 des mi-lourds.

En 2015, Ward a abandonné ses titres WBA et WBC des super-moyens et est «monté» chez les mi-lourds: il a remporté ses deux premiers combats dans la catégorie, mais va affronter, de loin, son adversaire le plus redoutable.

«Je suis prêt à faire face à tout ce qu'il va me proposer, je ne suis pas juste un boxeur qui neutralise ses adversaires en esquivant leurs coups et en contrant», a-t-il insisté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer