Boxe: les professionnels admis aux JO dès cet été

Le boxeur professionnel britannique Amir Khan, médaillé d'argent... (Photo Andrew Couldridge, Reuters)

Agrandir

Le boxeur professionnel britannique Amir Khan, médaillé d'argent en 2004 à Athènes, a annoncé vouloir «combattre pour le Pakistan», le pays de ses parents, aux Jeux olympiques de Rio.

Photo Andrew Couldridge, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Eric Bernaudeau
Agence France-Presse
Lausanne, Suisse

Les boxeurs professionnels pourront désormais combattre aux Jeux olympiques et ce dès cet été à Rio: une petite révolution qui divise le monde de la boxe, où l'olympisme a été pendant près d'un siècle la chasse gardée des amateurs.

Le dernier bastion est tombé: la boxe était en effet la dernière discipline olympique qui n'acceptait pas les pros... Cette ère est donc révolue. Réunis en congrès extraordinaire à Lausanne (Suisse), les membres de l'Association internationale de boxe amateur (AIBA) se sont prononcés en faveur de l'admission des boxeurs professionnels au tournoi olympique à 95%, par 88 voix pour et 4 abstentions.

«Parmi les 28 sports présents aux Jeux olympiques d'été, la boxe était le seul sport qui n'admettait pas les professionnels», a rappelé le président de l'AIBA, le Taïwanais Ching-Kuo Wu, interrogé par l'AFP. «En cela, nous suivons donc les recommandations de l'Agenda 2020», adopté en décembre 2014 par le CIO à l'initiative de son président Thomas Bach.

Cette décision tourne une page vieille d'un siècle, où les JO ont souvent constitué l'antichambre réservée aux amateurs, dont certains sont devenus ensuite de grands champions chez les pros comme Muhammad Ali - à l'époque Cassius Clay - (or chez les mi-lourds à Rome en 1960), Sugar Ray Leonard (or à Montréal en 1976, super-légers) ou encore Oscar De La Hoya (or à Barcelone en 1992, légers).

Mais cette petite révolution fait grincer quelques dents...

«Ridicule» et «stupide»

L'ancien champion du monde des poids lourds Myke Tyson avait jugé à la fin mai l'idée «ridicule» et «stupide» lors d'un événement en Chine. «Ce projet est dangereux: la volonté est de monétiser la boxe olympique», avait lui estimé début mars le Britannique David Haye, ex-champion du monde WBA des lourds.

Mais la boxe a entrepris de se réformer depuis plusieurs années: les femmes ont été admises aux JO en 2012, les casques chez les hommes ont été retirés pour les JO de Rio (comme c'était le cas jusqu'en 1984). Elle poursuit donc sa mue.

Certains, plus rares, se réjouissent de cette évolution comme le boxeur britannique Amir Khan, médaillé d'argent en 2004 à Athènes. Professionnel depuis 2015, Khan s'est réjoui mercredi de cette décision», et annoncé lors d'un évènement à Karachi vouloir «combattre pour le Pakistan», le pays de ses parents.

Si l'ensemble des professionnels pourront désormais prétendre disputer les Jeux olympiques, ils devraient cependant être rares cet été à Rio car peu devraient avoir le temps de se préparer et de disputer le dernier tournoi qualificatif prévu du 3 au 8 juillet prochain à Vargas, au Venezuela.

«Cette décision d'éligibilité des professionnels est un premier pas, ajoute M. Wu. Dans un mois, nous avons le tournoi de qualification au Venezuela. Cela laisse le temps aux fédérations nationales d'inviter les boxeurs professionnels».

Pas de stars à Rio?

Reste que pour voir les stars de la boxe dès cet été à Rio, les chances sont minces: il est en effet trop tard pour nombre d'entre eux pour se préparer dans les temps et disputer le dernier tournoi qualificatif.

Le planning de Klitschko (médaillé d'or aux JO d'Atlanta en 1996 en tant qu'amateur) - qui avait assuré en mars qu'il irait à Rio si la réforme était adoptée - semble en effet déjà bouclé avec un combat le 9 juillet contre le Britannique Tyson Fury pour leurs retrouvailles à Manchester pour les ceintures WBA et WBO.

Le Philippin Manny Pacquiao, qui rêvait de représenter son pays aux Jeux olympiques, a finalement annoncé à la fin mai qu'il y renonçait, préférant se concentrer sur sa nouvelle charge de sénateur.

À l'instar de Mike Tyson, qui a prédit que des professionnels se feraient battre par des amateurs, certains observateurs anticipent des difficultés pour les pros à soutenir le rythme des amateurs, lors de combats plus brefs (3 rounds de 3 minutes chez les amateurs contre 12 chez les pros) ou l'explosivité et la rapidité l'emportent sur la puissance.

«Dans mon esprit, ce que dit Tyson est très positif», a encore réagi M. Wu. «Il estime que les boxeurs professionnels ne peuvent pas battre les boxeurs AIBA, cela signifie que tous nos boxeurs sont très forts».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer