Haïti avant le Centre Bell pour Adonis Stevenson

Plutôt que de se battre au Québec le... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Plutôt que de se battre au Québec le 27 juin, Adonis Stevenson souhaite concentrer ses efforts sur la tenue d'un combat en Haïti en septembre, afin de mousser le tourisme au pays et de rappeler à ses habitants qu'il est possible d'atteindre les plus hauts sommets.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Adonis Stevenson ne se battra finalement pas au Centre Bell le 27 juin. Le promoteur Yvon Michel a annoncé hier, par l'entremise de son compte Twitter, qu'il avait contacté les responsables de l'édifice pour les aviser qu'il ne réservait plus cette date pour la présentation de l'événement.

En entrevue avec La Presse, le président du Groupe Yvon Michel (GYM) a expliqué vouloir concentrer ses efforts sur la tenue d'un combat de Stevenson en Haïti à la mi-septembre. En supposant que l'affrontement se concrétise, l'horaire du boxeur aurait été un peu trop serré au goût de son entraîneur.

Michel a également fait savoir que le pugiliste québécois de 37 ans avait subi une légère blessure à une main à la suite de son combat contre Sakio Bika, le 4 avril à Québec. Elle ne l'aurait toutefois pas empêché de se battre le 27 juin.

GYM travaille depuis un bon moment à l'élaboration de ce projet auquel Stevenson, un Haïtien d'origine, tient énormément. Mais pour que l'idée devienne réalité, les organisateurs locaux devront d'abord respecter une série de conditions d'ordre logistique.

« Il y a une volonté politique très importante là-bas, mais on part de loin. Dans toute l'histoire du pays, il n'y a jamais eu de compétition sportive internationale diffusée à l'extérieur. », explique Yvon Michel, à propos de la tenue d'un combat d'Adonis Stevenson en Haïti.

« Ils voudraient utiliser l'événement pour démontrer les qualités touristiques d'Haïti, ajoute-t-il. Quand on part en vacances dans les Caraïbes, on pense toujours à Cuba ou à la République dominicaine. Mais personne ne met dans ses objectifs d'aller en Haïti. [...] Ils voudraient aussi utiliser Adonis comme inspiration pour les gens là-bas. Ce serait l'occasion pour eux de découvrir l'un des leurs qui a atteint les plus hauts sommets. »

Si les organisateurs haïtiens satisfont à toutes les exigences, Stevenson (26-1, 21 K.-O.) pourrait faire face au Sud-Africain de 27 ans Thomas Oosthuizen (24-0-2, 14 K.-O.). L'affrontement serait présenté à l'antenne de Showtime et offert à la carte au Québec. Selon ce qui conviendra le mieux au réseau américain, le combat aurait lieu le 12, le 19 ou le 29 septembre.

Un plan B nommé Gonzalez?

Si le projet tombait à l'eau, GYM viserait plutôt la fin du mois de juillet ou le début du mois d'août pour présenter le prochain combat de Stevenson. Il se pourrait cependant que celui-ci soit disputé aux États-Unis plutôt qu'au Québec.

« Ça pourrait être au Centre Bell, mais ce ne sont pas de bonnes dates étant donné que ça tombe durant les vacances de la construction. C'est plus difficile de faire une promotion à ce moment-là », a noté Michel.

L'adversaire de Stevenson pour ce combat resterait évidemment à déterminer. Cela dit, GYM était en pourparlers avec le clan de Yunieski Gonzalez (16-0, 12 K.-O.), un Américain d'origine cubaine âgé de 29 ans, en vue du 27 juin. Il s'agirait de voir s'il est toujours disponible en juillet ou en août.

La voix est libre pour Lemieux

La volte-face de GYM pour la fin du mois de juin laisse donc le champ libre à Eye of the Tiger Management et David Lemieux. Ce dernier devait disputer son premier championnat du monde en carrière le 19 juin au Centre Bell en affrontant le Français Hassan N'Dam N'Jikam pour l'obtention du titre vacant des poids moyens de l'IBF.

Rappelons que GYM poursuit Lemieux et le président d'Eye of the Tiger, Camille Estephan, alléguant que le boxeur a rompu le contrat qui les unissait. GYM avait annoncé la tenue du combat de Stevenson le 27 juin peu de temps après qu'on a appris que Lemieux se battrait le 19.

Yvon Michel assure toutefois que sa décision n'a rien à voir avec ce litige.

« Je ne fais pas mes horaires en fonction de celui des autres, a-t-il insisté. S'il s'était battu le 19 juin, il n'aurait pas pu aller au Centre Bell, puisque les gens de l'aréna s'organisent pour ne pas avoir à vendre deux événements de boxe en même temps. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer