Marlène Harnois se battra pour le Canada à la mi-novembre

Marlène Harnois a remporté une médaille de bronze... (Photo Alberto Pizzoli, archives AFP)

Agrandir

Marlène Harnois a remporté une médaille de bronze en taekwondo aux Jeux olympiques de Londres, en 2012, sous les couleurs de la France.

Photo Alberto Pizzoli, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Médaillée d'argent olympique de taekwondo en 2012 pour la France, Marlène Harnois, suspendue deux ans par sa fédération après ses accusations de harcèlement, combattra pour son pays d'origine, le Canada, mi-novembre aux Championnats du Commonwealth.

«Je pars avec l'équipe canadienne et je combattrai avec le dossard canadien. C'est la Fédération internationale qui m'a donné l'autorisation. Cela fait deux ans que je n'ai pas combattu, j'ai hâte de remonter sur l'aire de combat. Et je veux gagner. C'est désormais ma seule façon de m'exprimer», a-t-elle annoncé mercredi à l'AFP.

La championne de 28 ans sera en lice les 15 et 16 novembre à Edimbourg. Elle ne s'est plus alignée en compétition depuis la médaille d'argent mondiale par équipes remportée avec la France en novembre 2012.

Selon les règlements français, la double championne d'Europe (-57 kg) n'a pas le droit de participer à des championnats internationaux ou des Grand Prix. Pour cela, il lui faut une lettre de «libération» de la part de la Fédération française. Le Comité olympique canadien est en pourparlers avec le Comité olympique français, selon elle. Sans cette autorisation, elle peut tirer un trait sur les Jeux olympiques de 2016.

«Je me sens bien maintenant. Quand j'ai quitté la France, c'était extrêmement douloureux, j'avais sous-estimé les conséquences mais je ne regrette rien. Je ne suis pas animée par la revanche ou l'amertume mais par la passion de mon sport», a confié celle qui s'entraîne au centre national de Pékin.

Marlène Harnois a quitté la France le 3 octobre pour s'installer à Montréal après avoir été mise sous le coup d'une suspension de deux ans, infligée le 19 juillet par la Fédération française pour propos mensongers, et effective depuis la fin novembre 2012.

Harnois avait affirmé fin mai avoir été victime de harcèlement moral de la part de Myriam Baverel, l'entraîneur national. Elle indiquait également avoir été contrainte de contracter un mariage blanc (en 2006) pour obtenir la nationalité française (en 2008). Elle a divorcé en 2009.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer