David Lemieux se prépare à affronter Gabriel Rosado

David Lemieux... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

David Lemieux

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

En attendant de se frotter à Miguel Cotto ou à Saul «Canelo» Alvarez, David Lemieux devra passer par Gabriel Rosado.

Le contrat maintenant signé, Camille Estephan, président d'Eye of the Tiger Management (EOTTM), qui gère la carrière de Lemieux (32-2, 30 K.-O.), ne craint plus de parler de ce combat prévu pour le 6 décembre, au Barclays Center de Brooklyn. Il y a quelques semaines, Estephan n'avait pas voulu s'avancer.

«C'est que Canelo devait se battre en finale ce soir-là et il s'est blessé, a expliqué l'homme d'affaires. J'ai craint un moment que la carte ne soit annulée, mais HBO m'a confirmé qu'on trouverait une autre façon, ce qu'ils ont fait.»

C'est que la chaîne câblée américaine est entichée de Lemieux depuis sa spectaculaire victoire contre Fernando Guerrero le 24 mai dernier, qu'il a stoppé au troisième round sur les ondes du réseau concurrent, Showtime.

«On parle même de présenter le combat de Lemieux en finale maintenant que Canelo ne pourra pas être du programme, ce que j'espère», a confié Estephan.

Quand Estephan a parlé pour la première fois du prochain rival de Lemieux, il y a une dizaine de jours, il a parlé «d'un adversaire de premier plan», ajoutant à l'intention des journalistes sur place qu'ils «allaient être impressionnés et contents de cet adversaire». Mais voilà que s'amène Rosado (21-8, 13 K.-O.), un boxeur non classé qui, n'eut été de la disqualification pour dopage de J'Leon Love en mai 2013, aurait subi la défaite à ses quatre derniers combats. Protège-t-on Lemieux en vue d'un affrontement plus payant?

«Si les dirigeants de HBO nous ont proposé Rosado, c'est qu'ils lui accordent une certaine valeur et ce ne sont pas les classements qui vont changer quelque chose à cela, se défend Estephan. David va défendre son titre NABF des moyens dans ce combat. Parfois, on regarde une fiche et on se dit que le gars n'est pas très bon. Mais il faut aussi voir que Rosado s'est incliné en championnat du monde WBA et IBO face à Gennady Golovkin (son coin a jeté la serviette après six rounds), et WBO des moyens face à Peter Quillin. Contre Love, il a perdu par décision partagée avant que la décision ne soit transformée en no contest, mais on me dit qu'il méritait ce combat.»

Gabriel Rosado... (Photo: Reuters) - image 2.0

Agrandir

Gabriel Rosado

Photo: Reuters

Depuis deux ans donc, Rosado n'aura battu que Brian Vera (23-8, 14 K.-O.), par K.-O. dans un combat du Big Knockout Boxing, une fédération qui présente de la boxe alternative: sept rounds de deux minutes dans une arène circulaire d'un diamètre de 17 pieds.

«Après le combat contre Guerrero, on a vu que David était prêt pour les meilleurs dans la division. J'ai essayé de mettre un combat contre Cotto ou Canelo à l'horaire - j'admets que c'était un coup de dés - mais les finances ne fonctionnaient pas dans ces cas-là: David est trop dangereux pour ces gars pour ce qu'il rapporterait comme bourse. Ça ne fonctionne donc pas pour tout de suite.

«Il faut donc montrer David aux amateurs de boxe et aux journalistes des États-Unis. Il a déjà boxé sur ESPN, alors il a un nom. Mais malheureusement, depuis, il a connu sa contre-performance contre (Marco Antonio) Rubio. C'est là qu'on a pris les choses en mains avec David et ça fait plus de deux ans qu'il suit à la lettre le plan et on voit que maintenant, ça rapporte des dividendes énormes. Il est vraiment prêt pour les meilleurs. On veut Canelo, on veut Cotto, et la route passe par Rosado.»

Car il s'agit bel et bien d'une audition pour boxer plus souvent sur les ondes de HBO.

«On a pris ce chemin parce que autant pour affronter Canelo que Cotto, c'est présentement chez HBO que ça se passe. On verra comment le combat contre Rosado va se passer, mais on a toutes les raisons du monde d'être optimistes.»

Stiverne: près d'une entente

La saga de la défense obligatoire de titre champion poids lourd du WBC, Bermane Stiverne (24-1-1, 21 K.-O.), est sur le point de connaître son dénouement.

Ne reste plus pour que le combat ait officiellement lieu contre Deontay Wilder (32-0, 32 K.-O.) que ce dernier signe le contrat, ce qu'il n'aurait pas encore fait.

«J'attends un appel du président du WBC, Mauricio Suleiman, à ce sujet. De notre côté, tout est signé, tout est en ordre. J'espère que ça va se régler dans les prochaines 24 à 48 heures. Ce combat va arriver, mais c'est de leur côté qu'il reste des éléments à régler.»

Le combat aurait lieu le 19 ou le 20 décembre, et Québec est encore une destination possible.

«Showtime devrait acheter ce combat-là et Québec devient alors une possibilité. Yvon (Michel, de GYM) parle de tenir un gala avec Adonis Stevenson en vedette le même week-end. C'est un rêve qu'on a d'avoir Adonis et Bermane sur la même carte, mais je dois absolument avoir la signature de Wilder avant que les choses puissent avancer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer