La menace d'un attentat plane sur Sotchi

La station balnéaire, au bord de la mer... (Photo Mikhail Mordasov, AFP)

Agrandir

La station balnéaire, au bord de la mer Noire, est située dans le Caucase, une région politiquement instable où Moscou cherche à imposer son autorité depuis nombre d'années.

Photo Mikhail Mordasov, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sotchi est actuellement l'endroit le plus sûr au monde, clament à la fois les autorités russes et le Comité international olympique. De son côté, le gouvernement américain a mis en garde les compagnies aériennes cette semaine. Des individus voyageant à destination de la ville russe pourraient cacher des explosifs dans des tubes de dentifrice. Au moins un groupe terroriste a déjà annoncé son intention de perpétrer un attentat pendant les Jeux olympiques. Quatre mots pour comprendre la menace.

Caucase

Le choix de Sotchi pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver en a surpris plusieurs. Selon un leader de l'opposition russe, «Poutine a trouvé le seul endroit en Russie où il ne neige pas en hiver». Mais la décision du président russe cache aussi des motifs géopolitiques. La station balnéaire, au bord de la mer Noire, est située dans le Caucase, une région politiquement instable où Moscou cherche à imposer son autorité depuis nombre d'années. Des groupes rebelles mènent une lutte de tous les instants contre la Russie et réclament la création de l'Émirat du Caucase, qui engloberait ainsi un vaste territoire entre les mers Noire et Caspienne.

Oumarov

En juillet dernier, Dokou Oumarov, surnommé le ben Laden russe, a invité ses troupes «à faire tout en leur pouvoir pour faire dérailler les Jeux». À la fin décembre, Volgograd, l'ancienne Stalingrad, au sud de Moscou, a été le théâtre de deux attentats-suicides. Selon plusieurs experts, il est peu probable cependant que des terroristes réussissent un attentat à l'intérieur du périmètre de sécurité autour de Sotchi, qui couvre une zone de 4000 km2. Plus de 100 000 policiers et militaires ont été déployés dans la région. Mais à l'extérieur du périmètre, tout est possible, signale Daniel Treisman, professeur à l'Université de Californie, en entrevue au magazine Mother Jones.

Atlanta

Atlanta est la dernière ville olympique à avoir subi un attentat terroriste pendant des Jeux olympiques. Le 27 juillet 1996, une bombe explose en plein coeur du village olympique, faisant 2 morts et 111 blessés. L'auteur de l'attaque, Eric Rudolph, est finalement arrêté six ans plus tard. Il a été condamné à la prison à vie en 2005. Militant chrétien extrémiste, Rudolph est aussi responsable de deux attentats contre des cliniques d'avortement en 1997 et 1998. Au moment des Jeux, le président du comité organisateur, Billy Payne, s'était vanté qu'Atlanta était alors l'endroit le plus sûr sur la planète.

Munich

C'est à Munich, en Allemagne, que la fameuse trêve olympique de l'ère moderne est mise à l'épreuve pour la première fois par des terroristes. Au matin du 5 septembre 1972, un groupe terroriste palestinien, Septembre noir, s'introduit dans le village olympique pour prendre en otages plusieurs membres de la délégation israélienne. Pour s'assurer d'être pris au sérieux, les terroristes exécutent deux athlètes israéliens. Ils réclament la libération de plus de 200 prisonniers palestiniens retenus en Israël. En soirée, alors que les terroristes sont à l'aéroport avec leurs otages, les autorités allemandes passent à l'attaque. Avant d'être capturés ou tués, les huit terroristes auront le temps d'exécuter leurs neuf otages. Au total, les Jeux ont été suspendus pendant 34 heures par le CIO.

Sources : AFP, Le Monde, Libération, Mother Jones




publicité

la boite:2450047:box

publicité

publicité

la boite:2478966:box

publicité

publicité

image title
Fermer