Dopage: les moyens de dissuasion expliqueraient l'absence de cas

Alors que les Jeux de Sotchi viennent d'entamer leur deuxième semaine... (PHOTO AGENCE FRANCE PRESSE)

Agrandir

PHOTO AGENCE FRANCE PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Wilson
Associated Press
SOTCHI

Alors que les Jeux de Sotchi viennent d'entamer leur deuxième semaine d'activités, le président de la Commission médicale du Comité international olympique dit ne pas être surpris du fait qu'aucun athlète n'a encore subi un test de dopage positif.

Arne Ljungqvist a émis l'opinion que le rigoureux système de tests agissait comme élément dissuasif.

Selon Ljungqvist, le CIO s'attend à ce que les athlètes ne trichent pas et ceux qui agissent de la sorte ne participent pas aux Jeux.

En date de vendredi soir, les responsables avaient mené 1799 tests sur un total prévu de 2453 pour l'ensemble des Jeux. Aucun test positif n'a été rapporté.

Ljungvist a aussi rappelé qu'un seul test positif avait été signalé lors des Jeux de Vancouver.

De telles statistiques démontrent, selon Ljungqvist, que le programme est très efficace et sert d'élément de dissuasion.

Le président de la Commission médicale du CIO a dit souhaiter que la tendance se maintienne pendant la durée entière des Jeux.




publicité

la boite:2450047:box

publicité

publicité

la boite:2478966:box

publicité

publicité

image title
Fermer