• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > L'Impact s'explique mal la contre-performance face au New York City FC 

L'Impact s'explique mal la contre-performance face au New York City FC

Laurent Ciman... (Photo Paul Chiasson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Laurent Ciman

Photo Paul Chiasson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne

L'Impact ne pouvait se permettre d'encaisser une défaite mercredi soir face au New York City FC, mais la formation montréalaise a offert une autre performance décevante.

Manque d'énergie, revirements à répétition, peu de cohésion dans la transition vers l'offensive... la troupe de Mauro Biello a connu une soirée à oublier et on s'expliquait mal cette contre-performance après la rencontre.

«Je pense que c'était le cas et ça ne fait aucun sens à mes yeux, a dit le gardien Evan Bush au sujet du manque de désir de victoire chez l'Impact lors du revers de 1-0. Je ne le comprends pas et je ne sais pas quelle est la solution.»

L'Impact a été dominé notamment au niveau de la possession (58-42), des tirs (22-10), des tirs cadrés (6-3), des chances ratées (7-1) et des duels gagnés (57-52).

Cette contre-performance est survenue une semaine après que l'équipe eut surpris tout le monde en mettant fin à une série de quatre défaites en gagnant 5-3 face au Toronto FC, la meilleure équipe du circuit qui n'avait pas perdu en deux mois et demi. L'Impact avait ensuite encaissé un revers de 2-0 contre l'Atlanta United, dimanche.

«Quand tu as encaissé quelques défaites, oui, nous avions eu un 'boost» contre Toronto, mais nous avons été assommés à Atlanta contre une bonne équipe, a noté le capitaine de l'Impact, Patrice Bernier, qui a été le seul joueur avec Bush à rencontrer les médias après la rencontre de mercredi. Là, nous étions à domicile. Nous avons perdu trop de points à domicile. Et lors de certains des derniers matchs, ce n'est pas nécessairement le schéma, c'est l'exécution et c'est l'envie. C'est ça qui a fait défaut.

«Nous n'étions pas sur la même longueur d'onde comme ç'avait été le cas contre Toronto. Notre jeu était décousu, manquait d'exécution, de cohésion.»

Questionné à savoir s'il y avait un malaise dans le vestiaire ou des divisions alors que l'équipe se retrouve maintenant à quatre points des Red Bulls de New York et d'une place en séries avec trois matchs à jouer - quatre dans le cas des Red Bulls -, le gardien Evan Bush a tenté de relativiser la situation.

«C'est difficile à dire, a-t-il d'abord répondu. Il y a tellement de cultures différentes dans ce vestiaire, il y aura toujours des groupes. Ce n'est pas un problème tant que nous restons unis et que ça se transpose sur le terrain, tant que nous sommes une seule entité qui travaille ensemble.

«Oui, les dernières semaines ne paraissent pas bien. Nous avons gagné quatre matchs de suite, nous étions partis pour la gloire. Nous avons perdu un match et ç'a fait boule de neige. C'est difficile à expliquer.»

Du côté de Bernier, qui prendra sa retraite à la fin de la saison, le message était plus urgent.

«S'il y a des gars qui ont abandonné, qu'ils le disent, a-t-il affirmé. Nous devons y aller avec ceux qui veulent aller jusqu'au bout.»

Une défaite samedi contre les Rapids du Colorado combinée à une victoire des Red Bulls face au Toronto FC pourrait confirmer l'élimination de l'Impact. Le onze montréalais aura ensuite deux semaines de congé avant de disputer ses deux derniers matchs en 2017.

«Les joueurs devront travailler pour eux-mêmes, a affirmé Biello. Ils vont travailler pour leur job. C'est ce qui est important maintenant. À la fin, les gars qui veulent rester ici, qui veulent jouer pour cette équipe, ils doivent tout donner.»

«Personnellement, j'approche chaque match avec la conviction que nous pouvons gagner, a insisté Bush. Ça peut paraître difficile au quotidien à l'entraînement, mais c'est la moindre des choses de croire que vous pouvez gagner chaque match. Que vous soyez premiers ou derniers, dans la course ou non, si vous n'y croyez pas, alors vous n'avez pas l'âme d'un compétiteur et vous ne méritez pas de jouer.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer