Impact: belle complicité et applaudissements

Kyle Bekker (18) et Eric Alexander (29) à... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Kyle Bekker (18) et Eric Alexander (29) à l'entraînement.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le vent a tourné pour Eric Alexander et Kyle Bekker. Peu utilisés la saison dernière, les deux milieux de terrain ont tiré profit de la nouvelle donne de 2016 pour gagner des points dans l'esprit de leur entraîneur-chef.

La formation montréalaise ne pourra toutefois pas compter... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

La formation montréalaise ne pourra toutefois pas compter sur le milieu de terrain Eric Alexander, puisqu'il a été échangé vendredi au Dynamo de Houston en retour d'un montant d'allocation général et ciblé.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Kyle Bekker (18) a inscrit le deuxième but... (Photo Eric Bolté, USA TODAY Sports) - image 1.1

Agrandir

Kyle Bekker (18) a inscrit le deuxième but de l’Impact, samedi dernier au Stade olympique, à l’occasion de la visite du Crew de Columbus.

Photo Eric Bolté, USA TODAY Sports

Avec la blessure de Marco Donadel, le retour progressif de Patrice Bernier et les performances trop inconstantes de Calum Mallace, le duo de milieux défensifs a profité des deux derniers matchs pour afficher une belle complicité.

«Ils ont tous les deux une certaine qualité avec le ballon. Ils ont compris comment bouger ensemble et comment bouger quand l'autre a le ballon ou être bien en appui, a insisté Mauro Biello. Ils ont appris leur rôle quand ils n'avaient pas le ballon et ils savent changer immédiatement leur mentalité en transition [défensive].»

«Nous sommes contents de ce qu'ils ont offert lors des deux derniers matchs.»

«Je joue avec [Kyle] depuis près d'un an et nous passons beaucoup de temps ensemble. Il joue un style similaire, donc il comprend où je suis positionné et c'est la même chose pour moi», a sobrement ajouté Eric Alexander.

En 2015, le milieu américain n'a jamais su trouver sa place dans l'équipe après avoir suivi l'épopée de Ligue des champions dans la peau d'un spectateur. Cette année, il a disputé toutes les minutes de jeu disponibles, démontrant son calme en possession et en offrant de belles prestations sur le front défensif.

Bekker, de son côté, possède un style plus offensif et est logiquement plus enclin à faire des courses vers l'avant. On se souvient, au mois de septembre dernier, de son important but contre les Earthquakes de San Jose. L'Ontarien peut faire des dommages sur des frappes lointaines et, si nécessaire, sur les coups de pied arrêtés.

«J'essaie de bien lire le jeu et d'aller en avant quand la situation le permet. Je trouve, qu'avec Eric, nous avons développé une bonne entente. Ç'a été facile de jouer à ses côtés, a expliqué Bekker dont la célébration du but, samedi, laissait transparaître une grande émotion. [...] Mais que ce soit avec lui ou avec un autre, le plus important, en milieu, est de garder une bonne structure collective.»

Comme la saison dernière, il y a donc embouteillage dans ce secteur de jeu tandis que Donadel, qui a enchaîné un deuxième entraînement hier, s'apprête à retrouver sa place. Bernier et Mallace, de leur côté, se sont retrouvés sur le banc lors des deux derniers matchs. Le premier peut toujours apporter son calme et son expérience, tandis que le second est surtout vanté pour ses aptitudes physiques.

«Mallace est un joueur avec plus de volume qui est capable de couvrir plus de terrain que mes autres milieux, a détaillé Biello. Ça donne des options en fonction de l'adversaire ou des situations, comme celle où je veux fermer un match. Il amène une autre présence au niveau physique.»

Les jeunes applaudis

Réunis en cercle avant l'entraînement, les joueurs montréalais ont applaudi Jean-Yves Ballou-Tabla et David Choinière, hier. Les deux pensionnaires du FC Montréal disputent de plus en plus de séances avec l'équipe première.

«C'était leur premier match professionnel [samedi], et Ballou a marqué un beau but. Il faut féliciter les jeunes parce qu'ils poussent. Bravo à eux pour ce départ, et j'espère qu'il y en aura d'autres, un jour peut-être avec l'équipe première», a mentionné Bernier.

Les deux jeunes joueurs ont surtout eu la chance de se retrouver dans la même équipe que Didier Drogba, hier. «On savait qu'ils allaient travailler très fort à côté de lui et qu'ils allaient apprendre. En même temps, c'est une expérience qui peut les aider à grandir», a assuré Biello.

«Ce n'est pas tous les jours que tu as la chance de t'entraîner dans la même équipe que Didier Drogba. Tu voyais qu'à chaque arrêt de jeu, il y avait un petit conseil de Didier.»

Avec des températures plus confortables, l'Impact a finalement enlevé les toiles qui recouvraient le terrain naturel de la Caserne Letourneux. Du coup, Drogba, également applaudi par ses coéquipiers, a disputé son premier entraînement collectif de la saison en sol montréalais.

Quel rôle tiendra-t-il, samedi, à Chicago? Les prochains jours, avec des exercices à 11 contre 11 sur un terrain plus grand, donneront de meilleures indications, même si on peut déjà lui prédire un rôle de joker.

Entraînement écourté pour Ontivero

On le sait, Lucas Ontivero est encore loin d'avoir atteint son plein potentiel physique. Sa situation ne s'est pas améliorée, hier, lorsqu'il est retourné au vestiaire au beau milieu de l'entraînement.

«Il a senti une petite douleur, et on lui a dit d'arrêter l'entraînement, a expliqué Biello, qui ne connaissait pas encore la nature du pépin physique. Il a démontré de bonnes choses dans les derniers matchs avec sa vivacité et sa capacité à déséquilibrer.

«Avec un peu plus de chance dans sa finition, il aurait déjà deux ou trois buts. On est content de son niveau, c'est un jeune joueur avec un grand potentiel.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer