L'Impact échange Felipe aux Red Bulls

Felipe Martins... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Felipe Martins

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'entraînement venait à peine de débuter quand Frank Klopas a pris Felipe par les épaules. En retournant au vestiaire, dans les profondeurs du Stade olympique, l'entraîneur-chef lui a confié qu'il venait d'être échangé aux Red Bulls de New York et qu'il allait lui manquer.

Quelques minutes plus tard, cet épisode a pris tout son sens: Felipe était l'une des pièces permettant à l'Impact de mettre la main sur le défenseur Ambroise Oyongo, le milieu de terrain Eric Alexander, une place de joueur international et de l'argent d'allocation - qui a ensuite servi dans l'acquisition de Dominic Oduro. L'Impact a également mis son premier rang de la liste d'allocation dans la balance.

Quelle était l'influence de Felipe?

Dans un groupe aux allures de plus en plus différentes, Felipe était l'un des cinq joueurs présents depuis le jour 1 du club en MLS. Le milieu brésilien de 24 ans a même été la bonne surprise de la saison d'expansion quand il a été aligné en soutien de Marco Di Vaio dans un 4-2-3-1.

Mais malgré une utilisation toujours conséquente depuis, dans un rôle de meneur ou de relayeur, son influence s'est lentement étiolée. Jusqu'à se demander où il pourrait trouver sa place cette année. Pouvait-il se satisfaire d'être la doublure de Nacho Piatti ou de perdre du temps de jeu au profit des Nigel Reo-Coker ou Marco Donadel? 

En bout de ligne, Felipe ne semblait pas malheureux de devoir changer d'air. Au fil des derniers mois, les sourires se sont espacés sur le visage du joueur. «Personne ne sait par quoi je suis passé et personne ne le saura. À un moment donné, quelque chose doit changer dans la vie et c'est le changement dont j'avais besoin. Je garderai toujours de bons souvenirs de ce club et des gens que je quitte», a-t-il lancé en remerciant les partisans montréalais. 

En 93 matchs, Felipe a inscrit 12 buts et délivré 24 passes décisives.

Quel est le lien entre Felipe et les Red Bulls?

Les chemins de Jesse Marsch et Felipe se sont d'abord croisés en 2011 quand le premier entraîneur de l'Impact dans la MLS faisait du dépistage en Suisse. Tandis qu'on tentait de lui vanter les charmes d'un autre milieu offensif brésilien, Marsch a craqué pour celui qu'il embauchera finalement au mois de décembre. 

L'Américain, désormais à la tête des Red Bulls, n'a pas oublié ce que Felipe a apporté lors de sa première saison. Voilà pourquoi les premières rumeurs d'une transaction entre l'Impact et les Red Bulls n'avaient rien de saugrenu. Les discussions se sont probablement intensifiées à partir du camp d'évaluation des recrues et du repêchage. «C'est un nouveau départ, même si je possède plus d'expérience, de confiance et de compréhension sur cette ligue. Jesse a eu une grand part dans mon succès, et j'ai hâte de commencer à m'entraîner, d'être en forme et d'avoir une bonne saison», a énuméré Felipe.

«Marsch le voulait, a confirmé le directeur technique de l'Impact, Adam Braz. Et quand on voit l'ensemble de la transaction, c'est quelque chose que l'on ne pouvait pas refuser. On est vraiment contents.»

Qui sont les joueurs acquis par l'Impact?

La transaction a permis à l'Impact d'acquérir Oyongo (23 ans), un jeune arrière gauche, et Alexander (26 ans), un milieu qui peut évoluer autant dans l'axe que sur les ailes. Le premier dispute actuellement la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) avec le Cameroun, tandis que le second, qui a aussi porté les couleurs du FC Dallas et des Timbers de Portland, devrait arriver au cours des prochains jours.

«Alexander est un joueur expérimenté malgré son jeune âge. Cela fait plusieurs années qu'il est dans la MLS. Oyongo est un arrière très offensif qui a beaucoup de vitesse et d'habiletés techniques, a analysé Klopas. C'est le genre de joueurs que l'on recherchait.»

Ils sont désormais trois à prétendre au poste d'arrière gauche, ce qui laisse augurer d'autres changements d'ici le début de la saison. Élément à ne pas sous-estimer, Oyongo, qui aurait récemment reçu des offres d'Espagne, d'Italie et d'Écosse, pourrait voir sa valeur grimper en flèche après la C.A.N. L'un de ses proches a, par ailleurs, indiqué à L'Équipe qu'il était surpris et très déçu par la transaction des Red Bulls («Ce n'est pas juste, pas correct et incompréhensible»).

«Avec ses matchs avec la sélection nationale, il va peut-être penser à des options en Europe, a consenti Braz. Mais pour le moment, il va venir ici et c'est un gars qui va bien faire pour l'équipe.»

Quelques heures après cette première transaction, l'Impact a ajouté une pièce offensive avec l'acquisition de Dominic Oduro, du Toronto FC, en échange d'un montant d'allocation. Âgé de

29 ans, le Ghanéen - que Klopas a connu à Chicago - est réputé pour ses accélérations. Il a inscrit 48 buts en 9 saisons avec le FC Dallas, les Red Bulls, le Dynamo de Houston, le Fire, le Crew de Columbus et le Toronto FC.

«Cette transaction nous permet d'avoir plus de profondeur de qualité en attaque, s'est réjouit Braz. Il s'agit d'un joueurd'expérience, qui a marqué plusieurs buts en MLS, et qui a un profil offensif différent.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer