• Accueil > 
  • Sports > 
  • Rio 2016 
  • > Michael Phelps recourt à la médecine chinoise pour récupérer 

Michael Phelps recourt à la médecine chinoise pour récupérer

Les ventouses médicinales («cupping» en anglais) sont censés... (REUTERS)

Agrandir

Les ventouses médicinales («cupping» en anglais) sont censés créer pendant quelques minutes une succion qui attire le sang dans le muscle. Cela laisse des traces durables sur la peau.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Des traces violettes sur tout le corps: mais qu'est-il arrivé à Michael Phelps? Non, le nageur aux 23 médailles olympiques n'a pas rencontré de vampires à Rio; l'Américain utilise plutôt un remède de médecine chinoise pour récupérer plus vite.

«J'utilise cette technique depuis un moment, mais je n'ai jamais eu de si gros (hématomes)», a expliqué Phelps lundi après sa série du 200 m papillon, ajoutant que cela faisait «le plus mal» aux épaules.

Les ventouses médicinales («cupping» en anglais) sont censés créer pendant quelques minutes une succion qui attire le sang dans le muscle. Ce qui permettrait de réduire la fatigue du muscle et d'accélerer la récupération. Ce sont les fragiles veines capillaires qui créent les marques en éclatant sous la pression.

«Je fais ça avant chaque compétition», assure l'Américain, pourtant gentiment moqué par le patron de la haute performance de la Fédération américaine.

««Mike» ressemble à un dalmatien, mais c'est juste une autre technique pour récupérer», plaisante Keenan Robinson.

Aux États-Unis, la technique du «cupping» a séduit les stars. Gwyneth Paltrow, Victoria Beckham et Jennifer Aniston arborent les marques en public. Phelps en a fait un élément de sa performance.

«Les muscles des athlètes doivent avoir la tension parfaite. Si c'est trop tendu d'un côté, neurologiquement, ça peut empêcher les autres muscles de fonctionner à plein rendement», assure le kiné de Phelps, Kevin Rindal. «C'est du réglage de précision.»

«Il y a une dimension psychologique», reconnaît-il. «C'est comme quand on voit des gens avec plein d'épingles dans le corps, pour que le corps se sente bien. Mais «Mike» est probablement le meilleur pour vous dire ce qui tient du vaudou et ce qui marche vraiment.»

Sa 23e médaille olympique, son 19e titre dimanche, avec le 4x100 m américain, en est sans doute la meilleure preuve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer