Zika: risque négligeable pour les visiteurs des JO de Rio

Un agent de la santé porte un seau... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Un agent de la santé porte un seau de poissons guppy pour les placer dans de l'eau stagnante afin qu'il y consomment des larves de moustiques Zika, dans le quartier Tijuca, dans le nord de Rio de Janeiro.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les personnes se rendant en août aux jeux Olympiques de Rio ont un risque négligeable d'être contaminées par le virus Zika mais, en cas d'infection, elles ne devraient pas propager l'épidémie dans le monde, selon une étude publiée lundi.

Ces travaux, présentés dans la revue médicale américaine Annals of Internal Medicine, confirment les conclusions de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des autorités sanitaires américaines.

Ces dernières avaient rejeté un appel de plus de 200 scientifiques pour annuler ou reporter les jeux.

Dans le pire des scénarios, de trois à 37 personnes parmi les milliers qui vont faire le déplacement à Rio pour les JO-2016 - athlètes, spectateurs, vendeurs ambulants, journalistes - ramèneront le Zika dans leur pays d'origine, selon l'étude.

«C'est important de comprendre le faible niveau de risque présenté par les jeux Olympiques parmi de nombreux autres facteurs pouvant contribuer à la propagation internationale du Zika», a souligné Joseph Lewnard, chercheur de la faculté de santé publique de l'Université de Yale.

L'étude s'appuie sur un modèle mathématique prenant notamment en compte de récents cas de transmission à Rio, les conditions météorologiques saisonnières ou encore les flux de voyageurs.

C'est actuellement l'hiver dans l'hémisphère sud donc les conditions sont nettement moins propices aux moustiques, principaux vecteurs du virus qui peut aussi se transmettre par relation sexuelle.

Par ailleurs, plus de la moitié des visiteurs viendront de pays à revenus élevés où le risque de propagation est très faible, ont noté les scientifiques.

Et environ 30% arriveront d'Amérique Latine où le virus est déjà bien établi. Par conséquent, le retour de quelques personnes infectées ne fera pas de différence, ont-ils estimé.

«Cette étude fournit des données qui, associées à d'autres provenant de scientifiques brésiliens, montrent que ces inquiétudes (concernant une propagation, NDLR) sont très exagérées», a pointé le Dr Albert Ko, professeur d'épidémiologie à l'Université Yale.

Selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les 350.000 à 500.000 visiteurs attendus au Brésil pour les jeux Olympiques (5-21 août) et para-olympiques (7-18 septembre) représentent moins de 1% de tous les voyageurs internationaux se rendant dans des zones affectées par le Zika dans le monde.

Le Zika est lié à de graves malformations congénitales, dont la microcéphalie du foetus. Chez l'adulte, il peut provoquer dans de rares cas le syndrome de Guillain-Barré, qui s'accompagne parfois de paralysie passagère.

Mais pour la grande majorité, l'infection provoque des symptômes bénins qui passent souvent inaperçus.

Plusieurs athlètes n'iront pas à Rio, notamment de nombreux golfeurs comme les Australiens Jason Day et Marc Leishman, ou encore le Britannique Rory McIlroy et le Fidjien Vijay Singh. La numéro un mondiale, la Néo-Zélandaise Lydia Ko, a en revanche fait savoir qu'elle participerait.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer