La santé de Richard Garneau s'améliore

Le commentateur sportif Richard Garneau, photographié ici en... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le commentateur sportif Richard Garneau, photographié ici en 2006, a une carrière qui s'étale sur plus de 60 ans.

Photothèque La Presse

Partager

Sur le même thème

Le journaliste et commentateur sportif Richard Garneau, hospitalisé aux soins intensifs depuis une dizaine de jours, va un peu mieux, selon son fils Stéphane.

L'homme de 82 ans a eu un malaise cardiaque «très sérieux» entre Noël et le Jour de l'An, puis a subi une opération au coeur à la toute fin de la semaine dernière, a relaté Stéphane Garneau ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada.

Mais une complication est survenue pendant l'intervention chirurgicale, ce qui a obligé les médecins à plonger M. Garneau dans un coma artificiel.  «Il n'a pas repris conscience avant le mercredi suivant. Pendant ces quatre journées-là, on a capoté», a affirmé son fils. «Entre samedi et mercredi où il n'avait aucune réaction, on a passé par toute la gamme des émotions.

«Optimisme prudent»

Lorsque la nouvelle de l'hospitalisation de Richard Garneau a été rendue publique, une véritable vague de sympathie et de solidarité a déferlé sur les réseaux sociaux. Après 60 ans de carrière, M. Garneau la voix de M. Garneau a marqué bien des générations d'amateurs de sports.

En date d'aujourd'hui, la famille  fait «preuve d'un optimisme prudent», a affirmé son fils. «On ne peut pas s'emballer trop et on ne veut pas non plus se décourager.»

Mais le tableau était bien plus sombre il y a quelques jours à peine. Mercredi, avant que le journaliste sorte de son coma artificiel, les nouvelles étaient «catastrophiques», a affirmé l'animateur Joël Le Bigot. Stéphane Garneau a confirmé. «Entre le samedi et le mercredi où il se passait rien, je commençais à réfléchir à ce que j'allais dire à ses funérailles», lui a-t-il confié.

À présent, les proches de Richard Garneau tentent de discuter avec lui afin de vérifier à quel degré d'éveil il se trouve.

«Il faut le stimuler, il faut lui parler. [...] Je lui ai dit à plusieurs reprises que le lock-out était terminé», a blagué son fils.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer