Le mot tabou

Marc Bergevin a finalement compris ce printemps que... (Photo Graham Hughes, archives la Presse canadienne)

Agrandir

Marc Bergevin a finalement compris ce printemps que les succès éventuels du CH allaient passer par une reconstruction. Il a laissé une grande place aux jeunes joueurs de son organisation en fin de saison et évité de se lancer dans une surenchère ces dernières semaines pour boucher des trous.

Photo Graham Hughes, archives la Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Brendan Shanahan n'a pas joué avec les mots à sa nomination à titre de président des Maple Leafs de Toronto, en avril 2014.

Les fans des Leafs allaient devoir être patients. Après des décennies d'insuccès, Toronto amorcerait sous l'impulsion de Shanahan une reconstruction afin d'assurer un avenir meilleur.

Les Maple Leafs se lançaient dans le vide. William Nylander et Mitch Marner n'étaient pas encore repêchés. Auston Matthews venait de terminer sa première saison avec l'équipe de développement américaine chez les U17, U18 et U20. Il sortait un an plus tôt des rangs Midget en Arizona!

On a échangé des joueurs surpayés associés à l'ancienne garde: Phil Kessel, Dion Phaneuf, Jonathan Bernier, Cody Franson. On a aussi profité des mauvaises saisons de l'équipe pour repêcher trois fois dans le top dix en 2014 (Nylander, 8e), 2015 (Marner, 4e) et 2016 (Matthews, 1er).

Quatre ans plus tard, les Maple Leafs de Toronto sont devenus un modèle. John Tavares vient de les choisir, au grand dam des fans du Canadien qui en rêvaient l'hiver dernier.

Marc Bergevin a finalement compris ce printemps que les succès éventuels du CH allaient passer par une reconstruction. Il a laissé une grande place aux jeunes joueurs de son organisation en fin de saison et évité de se lancer dans une surenchère ces dernières semaines pour boucher des trous.

Son geste le plus significatif? Refuser de céder son troisième choix au total aux Sabres de Buffalo pour Ryan O'Reilly, même si le vide est criant au centre à Montréal. Les Sabres étaient même plus gourmands, dit-on.

Buffalo a finalement eu son prix hier. Les Blues ont cédé des choix de première et deuxième ronde, en plus de l'un de ses meilleurs espoirs, Tage Thompson, 20 ans, un ailier de 6 pieds 5 pouces capable de jouer au centre repêché en première ronde il y a deux ans.

Les joueurs autonomes les plus intéressants n'étaient pas intéressés à se joindre au Canadien. Bergevin a évité de gaspiller de l'argent avec des plans B, C ou D.

Bergevin a aussi agi en prévision de l'avenir en acceptant un vilain contrat, celui de Steve Mason, pour mettre la main sur un jeune joueur de 25 ans, Joel Armia, dont le potentiel reste encore à développer.

Ryan Poehling (25e au total en 2017) et Jesperi Kotkaniemi (3e au total en juin) représentent l'avenir du CH au centre. À ce duo pourrait s'ajouter Jacob Olofsson, repêché en deuxième ronde la semaine dernière avec le choix obtenu des Maple Leafs de Toronto pour Tomas Plekanec.

Olofsson a cartonné au camp de développement du Canadien ce week-end. Il joue au centre lui aussi. Mesure 6 pieds 3 pouces. Il a obtenu 21 points en 43 matchs à Timra, en Suède, l'ancien club d'Henrik Zetterberg.

La direction de l'équipe tente aussi activement d'échanger son capitaine Max Pacioretty. Une transaction avec les Kings de Los Angeles a failli aboutir, mais les négociations de contrat entre Pacioretty et les Kings ont fait chou blanc.

Après le départ de Pacioretty, le noyau à l'attaque de l'équipe sera constitué de jeunes âgés entre 22 et 25 ans: Jonathan Drouin, Brendan Gallagher, Max Domi, Phillip Danault, Charles Hudon et Artturi Lehkonen. Bergevin n'exclut pas Kotkaniemi de l'équation. Poehling, lui, a décidé de retourner à l'université pour au moins une année supplémentaire.

Victor Mete, 20 ans, et Noah Juulsen, 21 ans, contribueront à rajeunir la défense. Xavier Ouellet, 24 ans, acquis hier, sera à surveiller au camp. Il pourrait s'épanouir dans un environnement favorable.

Malgré tout, Marc Bergevin refuse d'employer le mot reconstruction. Une méthode pourtant si utile aux Maple Leafs de Toronto et aux Jets de Winnipeg, entre autres. Il évoque même son espoir de participer aux séries l'an prochain.

En agissant ainsi, il envoie un message contradictoire aux partisans et implante des attentes. Pourtant, à moins d'une surprise de taille, Montréal devrait terminer à nouveau en bas de classement l'an prochain. La saison ne sera pas moins excitante pour autant avec l'enthousiasme semé par les jeunes.

Ça ne serait pas une mauvaise nouvelle en soi puisque l'équipe pourrait ainsi en profiter pour repêcher à nouveau parmi les cinq ou sept premiers en 2019.

Bergevin préfère le mot «réinitialiser» (reset) à l'expression reconstruction et cite en exemple les Bruins de Boston.

La comparaison est boiteuse cependant. Le Canadien a son Zdeno Chara en Shea Weber; son Tuukka Rask en Carey Price. Mais le DG du Canadien semble oublier que lors de son année de «réinitialisation» en 2015, les Bruins comptaient encore sur deux centres dans la force de l'âge, Patrice Bergeron et David Krejci. Sans oublier Brad Marchand à l'aile.

Ils ont certes échangé Milan Lucic et le jeune défenseur Dougie Hamilton pour amasser une somme impressionnante de choix au repêchage, mais ça n'a pas empêché les Bruins de surpayer des joueurs autonomes au cours de leur processus, Matt Beleskey en 2015 (19 millions pour cinq ans) et David Backes en 2016 (30 millions pour cinq ans). Ce que Marc Bergevin a sagement choisi de ne pas faire.

N'ayez pas peur des mots, messieurs. L'année prochaine pourrait être très difficile. Il faudra peut-être aussi envisager échanger Shea Weber et, ou, Carey Price, pour obtenir d'autres jeunes et d'autres choix, si l'offre est alléchante.

Ainsi le Canadien fera peut-être des jaloux en 2021 et 2022. Kotkaniemi, Poehling, Olofsson, seront établis. Domi, Drouin, Mete, Juulsen et Lehkonen dans la force de l'âge. Le Canadien aura peut-être ajouté un Jack Hughes, un Bowen Byram, un Kaapo Kappo, un tobias Bjornfort ou un Dylan Cozens lors du repêchage de 2019.

Qui sait si le gros joueurs autonomes de 2022, Johnny Gaudreau ou Filip Forsberg, s'ils se rendent à cette étape, ne choisiront pas alors le Canadien, comme vient de le faire John Tavares avec Toronto?




Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer