Les joueurs du Canadien rendent hommage à Jean Béliveau

Michel Therrien a offert ses condoléances à Élise... (Photo: PC)

Agrandir

Michel Therrien a offert ses condoléances à Élise Béliveau, lundi au Centre Bell.

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis, Robert Laflamme
La Presse Canadienne
Montréal

Les joueurs du Canadien sont allés offrir leurs condoléances à la famille de Jean Béliveau au Centre Bell, lundi matin, avant de se diriger à Brossard pour la séance d'entraînement.

L'entraîneur Michel Therrien a dit espérer que les jeunes joueurs de l'équipe aient saisi toute l'importance de l'héritage que laissent d'anciens joueurs comme M. Béliveau.

«Jouer pour le Canadien de Montréal, faire partie du Canadien de Montréal, ça vient avec un héritage, a-t-il élaboré après la séance. Nos jeunes joueurs n'ont pas connu M. Béliveau personnellement, mais ils ont pu comprendre l'ampleur de l'héritage d'anciens joueurs comme lui. Il y a une histoire derrière le Canadien, et ce sont ces gars-là qui l'ont créée. Nous sommes privilégiés de faire partie de l'histoire du Canadien de Montréal.»

Sur le plan personnel, Therrien s'est dit choyé d'avoir pu côtoyer ce «grand homme, qui était très simple».

«Je le connaissais depuis mon premier passage à la barre du Canadien (au début des années 2000). Il était toujours disponible pour discuter ou te donner des mots d'encouragements. C'était tellement un grand homme, un homme qui dégageait le respect, une grande aura. J'ai été privilégié de faire sa connaissance.»

Au nom de ses coéquipiers, l'attaquant Max Pacioretty a transmis à l'épouse de M. Béliveau, Élise, ainsi qu'à sa fille Hélène et ses petites-filles Mylène et Magalie tout le respect qu'on voue à l'endroit de l'ancienne grande vedette de l'équipe.

«J'ai été impressionné par la grande force de Mme Béliveau, a relevé Paciorettty, qui a conversé avec elle pendant un bon moment. Elle m'a dit que Jean ne souffrait plus au moins et j'ai été étonné combien elle est positive. Ça va de pair avec l'attitude que son mari avait. C'est une journée que je n'oublierai pas de sitôt. Elle fera de moi une meilleure personne, un meilleur athlète et un meilleur coéquipier.»

L'attaquant Pierre-Alexandre Parenteau a dit être devenu émotif à la vue de Mme Béliveau qui se tenait debout près du cercueil de son mari.

«Nous avons pu rencontrer la famille en privé, c'était bien de nous le permettre, a souligné Parenteau. De voir son épouse à ses côtés, c'était touchant à voir. Elle a également passé toute la journée de dimanche à recevoir les condoléances de tout le monde.»

Parenteau a parlé de «tout un monsieur» qui incarnait le parfait gentilhomme par la façon qu'il parvenait à vite tisser des liens avec les gens.

«Plusieurs joueurs peuvent s'inspirer de lui», a-t-il soumis.

Visite des Canucks

Après le Canadien, les membres des Canucks de Vancouver, les visiteurs au Centre Bell mardi, sont passés à la chapelle ardente.

Pour l'attaquant québécois Alexandre Burrows, c'était important d'offrir ses sympathies à la famille. Burrows a raconté avoir pris goût au hockey à cause de la passion qu'avait sa grand-mère pour le CH - et particulièrement pour le Gros Bill.

«C'était le joueur préféré de ma grand-mère, a évoqué le patineur originaire de Pincourt. Elle m'en parlait avec passion quand j'étais jeune et c'est peut-être l'une des raisons pourquoi je suis tombé en amour avec le hockey. Elle me disait qu'il était incroyable dans sa manière de se comporter avec les gens, ainsi que sur la patinoire. Elle l'écoutait beaucoup, à tous les samedis soirs, autant à la radio qu'à la télévision. C'était une grande partisane.»

L'entraîneur anglophone Willie Desjardins s'est remémoré de bons souvenirs du célèbre no 4 du CH, soulignant au passage son bagage familial québécois.

«(Béliveau), c'est un nom légendaire. Ma famille vient de Saint-Jérôme et pour mon père, Jean Béliveau était le meilleur, a confié Desjardins. Quand j'ai commencé à jouer au hockey, je portais le no 4 en son honneur. Il n'est pas seulement un grand joueur, mais aussi un gentleman. De plus, c'était un gagnant dans l'âme.

«C'est triste de voir le no 4 sur ce siège vide derrière le banc du Canadien. C'est une perte immense pour le monde du hockey. D'un autre côté, son héritage vivra pour toujours parce qu'il a donné tellement à notre sport.»

L'ancien attaquant du Canadien Chris Higgins a profité de l'occasion pour rendre hommage à celui qui a remporté la Coupe Stanley 10 fois comme joueur, en plus des trophées Art Ross (1), Hart (2) et Conn Smythe (1).

«Après son décès, mon père m'a appelé pour qu'on en parle, a souligné Higgins, qui a joué pour le CH de 2003 à 2009. Je me souviens que (M. Béliveau) était toujours dans l'entourage de l'équipe, au bout du corridor qui menait à la patinoire. L'un des plus beaux moments de ma famille s'est produit lorsqu'elle l'a rencontré. Il a pris le temps de discuter avec (mes quatre frères et soeurs), et je trouve que ç'en dit long sur le genre d'homme qu'il était.»

Même Henrik Sedin, qui ne connaissait pourtant pas M. Béliveau avant d'entamer sa carrière en Amérique, a admis avoir été soufflé par l'ampleur de l'événement.

«C'était très important d'être ici, a dit le joueur étoile des Canucks. On réalise (en visitant la chapelle ardente) à quel point il était important pour cette ville et l'ensemble de la province. C'était très émouvant de rencontrer les membres de sa famille.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer