Et le Rocket dans tout ça?

Sylvain Lefebvre gardera-t-il son poste d'entraîneur-chef avec le... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Sylvain Lefebvre gardera-t-il son poste d'entraîneur-chef avec le Rocket de Laval?

Photo André Pichette, Archives La Presse

D'un côté de la Place Bell, c'était le branle-bas de combat. Les préparatifs d'une tournée de U2, ce n'est pas banal. Il fallait voir les yeux écarquillés d'un des joueurs à son retour au vestiaire. «J'ai vu l'écran géant. Malade!»

De l'autre côté, sur l'une des patinoires secondaires du complexe, le Rocket tient un entraînement complet, comme il s'en est fait en octobre, en novembre ou en février. «Business as usual», dira Sylvain Lefebvre, rencontré dans son bureau à sa sortie de la patinoire.

Le Canadien a conclu sa saison samedi dernier. Le club-école en fera de même samedi, pas mal dans les mêmes circonstances: une exclusion des séries éliminatoires que l'on voit venir depuis la mi-saison (pour les plus optimistes).

Sous la gouverne de Lefebvre depuis 2012, la filiale du Tricolore ratera les séries pour la cinquième fois en six saisons. Mais c'est de loin la pire des six campagnes: une fiche de 24-40-10, ce qui place les Lavallois à égalité avec les Monsters de Cleveland au dernier rang du classement général de la Ligue américaine. Tout ça pendant que l'Armada de Blainville-Boisbriand, la plus proche concurrence en fait de hockey abordable, fait partie des aspirants au titre en LHJMQ.

Pour une entrée en matière dans un nouveau marché, c'est plutôt raté...

«On voulait tous des résultats différents pour la première saison ici, c'est évident», admet Lefebvre.

Pendant ce temps, à Montréal, il y a un propriétaire, Geoff Molson, qui tape du pied. Il a fait état de son mécontentement envers le CH lors de son point de presse de lundi, et il en a fait autant avec le Rocket hier, en entrevue avec le collègue Philippe Cantin.

«On a du travail à faire, a tranché Molson. Marc [Bergevin] doit regarder un peu partout pour la performance sur la glace. Ça a été un grand succès pour nous côté business, mais pas sur la glace.»

En mars dernier, Molson déclarait que tout le monde devait être évalué. Ça inclut évidemment Lefebvre et ses adjoints, de même que Larry Carrière, directeur général. Au même moment, un entraîneur (Dominique Ducharme) et un entraîneur et DG (Joël Bouchard) sont en gestation en LHJMQ et approchent du moment où un saut dans les rangs professionnels serait logique.

Les facteurs qui pointent vers un remaniement dans la Ligue américaine sont nombreux. Lefebvre n'est pas dupe.

«C'est la même chose chaque année. Même si on a un contrat d'une, deux ou trois saisons, il n'y a rien de garanti, souligne-t-il. Nous, on prépare les deux derniers matchs, on continue à faire preuve de professionnalisme. Le reste, je ne le contrôle pas. On dit aux joueurs de se concentrer sur ce qu'ils contrôlent, mais c'est la même chose pour nous. Mais je sais que, quand une organisation vit ce qu'on vient de vivre, elle va chercher à faire des changements.»

Les bémols

Quand les États-Unis toussent, le Canada attrape la grippe, veut la maxime. La situation s'applique aussi au hockey, avec le CH qui a attrapé l'équivalent du scorbut.

Trois joueurs faisaient partie de la formation des 23 joueurs du CH en octobre et ont dû être remplacés rapidement: Mark Streit (incapable de suivre le rythme), Ales Hemsky (blessé) et Torrey Mitchell (échangé). Ajoutez à cela les autres blessés, et vous avez quatre vétérans qui ont passé l'essentiel de la saison dans la LNH: Daniel Carr, Nicolas Deslauriers, Jakub Jerabek et Byron Froese. «Ça a créé un gros trou», déplore Lefebvre.

En tout, 51 joueurs différents ont porté l'uniforme du Rocket cette saison. C'est le troisième total dans la Ligue américaine. Des huit équipes qui ont employé le plus de joueurs, une seule s'est qualifiée pour les séries: les Comets d'Utica.

L'autre aspect qui milite en faveur de Lefebvre, c'est que pour une très rare fois, des joueurs formés par le club-école ont eu un effet mesurable chez le Canadien. On pense ici à Charles Hudon, Noah Juulsen et Carr, sans oublier Jacob De La Rose, qui a connu ses meilleurs moments en fin de saison. Nikita Scherbak, s'il finit par s'établir en LNH, pourrait aussi redorer un bilan qui était plutôt maigre jusqu'ici.

«Il faut souvent se rappeler ce qu'est notre but en tant qu'entraîneur, souligne Lefebvre. On est souvent porté à mettre l'accent sur les résultats collectifs, mais notre but est d'amener des joueurs qui aident l'équipe en haut.»

C'est toutefois nettement moins (en qualité et en quantité) que ce dont le Lightning de Tampa Bay, les Ducks d'Anaheim, les Bruins de Boston et les Jets de Winnipeg, pour ne nommer qu'eux, ont hérité de leur club-école. Ces équipes participent toutes aux séries à compter de ce soir, pendant que le Canadien fait l'autopsie de sa saison.

La question consiste maintenant à savoir quelle lecture Bergevin fera de la situation. Jugera-t-il que Lefebvre a été victime des lacunes dans le recrutement des joueurs? Croira-t-il plutôt que c'est à l'étape du développement qu'il y a des défaillances? On aura une partie de la réponse à compter de dimanche, selon le sort qui attend Lefebvre.

- - -

Ni Evans ni Juulsen

Noah Juulsen et Jake Evans ne participeront pas aux deux derniers matchs du Rocket, vendredi et samedi contre les Marlies de Toronto. Juulsen n'était pas de la formation du Rocket le 26 février, à la date limite des transactions. Or, les joueurs qui ne font pas partie de la formation dans la Ligue américaine ce jour-là ne sont pas admissibles à y retourner en fin de saison. Quant à Evans, il a signé lundi son premier contrat avec le Canadien, au terme de sa carrière universitaire. Son contrat sera valide à compter de la saison prochaine, mais il aurait pu se joindre au Rocket en signant un contrat d'essai. Lefebvre a toutefois indiqué que pour des raisons médicales, Evans ne rejoindra pas l'équipe pour les deux matchs.

- - -

Lernout s'est repris

Brett Lernout a disputé les 15 derniers matchs de la saison du Canadien et s'en est plutôt bien tiré. Il n'a pas été laissé de côté une seule fois depuis son retour dans la formation, le 10 mars, et a limité les erreurs flagrantes que certains coéquipiers plus expérimentés multipliaient. «J'ai beaucoup gagné en expérience, j'ai joué de façon simple et on ne m'a pas remarqué, ce qui est une bonne chose pour moi, n'est-ce pas?», a analysé le défenseur de 22 ans. C'était un net contraste avec son premier rappel de la saison, en décembre. Il n'avait alors disputé que trois matchs, dont un atroce à Edmonton. «Je n'ai pas joué comme je l'aurais souhaité à mon premier rappel, ça n'a pas très bien été. Mais à mon deuxième rappel, j'ai montré que je pouvais jouer dans cette ligue.» Lernout participera aux deux derniers matchs du Rocket et espérera reprendre, au prochain camp, les choses où il les aura laissées. Un poste de septième défenseur sera à sa portée.

- - -

Gélinas ne regrette pas

L'été dernier, Éric Gélinas souhaitait un contrat dans la LNH, qui n'est finalement jamais venu. Fin août, il a donc accepté une entente de la Ligue américaine avec le Rocket, dans le but de remonter en LNH. Le Québécois de 26 ans a finalement passé la totalité de la saison à Laval, amassant 26 points en 63 matchs, avec un différentiel de -23. Des regrets? «Absolument pas, assure-t-il. Oui, j'aurais pu gagner plus d'argent en Europe. Mais à mon âge, je ne voulais pas jeter l'éponge. J'ai grandi en tant que joueur avec Donald [Dufresne] et Sylvain [Lefebvre], j'ai appris des choses qui ont fait une différence dans ma game. Je me suis amélioré énormément cette année.» Gélinas demeure réaliste pour la saison prochaine et sait qu'il pourrait devoir s'exiler en Europe. «Je pensais réellement recevoir une offre de la LNH l'an dernier. Là, même si ce n'est pas mon premier choix, je devrai garder les options ouvertes pour l'Europe plus tôt cet été.»




la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer