Le Canadien, l'équipe de Gallagher

Avec les blessures à Max Pacioretty et Carey... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Avec les blessures à Max Pacioretty et Carey Price, en plus du départ de Tomas Plekanec, Brendan Gallagher est, plus que jamais, un modèle pour les plus jeunes, par son expérience et par sa fougue.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TAMPA) Brendan Gallagher occupe un rôle primordial au sein du Canadien de Montréal. Peu importe la situation, malgré l'adversité de la présente saison, il n'a jamais baissé les bras. Et il déteste perdre.

Jeudi soir, contre les Panthers de la Floride,... (Photo Robert Mayer, USA TODAY Sports) - image 1.0

Agrandir

Jeudi soir, contre les Panthers de la Floride, Brendan Gallagher a tout donné pour tenter de déjouer le gardien Roberto Luongo, en vain.

Photo Robert Mayer, USA TODAY Sports

Avec les blessures à Max Pacioretty et Carey Price, en plus du départ de Tomas Plekanec, Gallagher est maintenant, avec Alex Galchenyuk, celui qui a porté l'uniforme du Canadien le plus longtemps. Plus que jamais, il est un modèle pour les plus jeunes, par son expérience et par sa fougue. Le Canadien, c'est maintenant en grande partie son équipe.

À un tel point que son leadership fait penser qu'il a tous les attributs pour devenir un jour capitaine dans la LNH. Aimerait-il hériter d'un tel rôle ?

« Je n'y pense pas. J'ai pu jouer pour de bons meneurs, j'ai appris d'eux. Chacun doit avoir son propre style de leadership. Pour moi, je ne vais jamais demander à quelqu'un de faire quelque chose que moi-même, je ne ferais pas. Je mène par l'exemple. J'ai appris à utiliser ma voix à travers les années. »

« Il y a plusieurs autres bons meneurs dans ce vestiaire. Porter le C vient avec de la pression, mais ça n'incombe pas à un seul joueur. »

- Brendan Gallagher

Dans une cause en apparence perdue, en retard 4-0 contre les Devils mardi, c'est lui qui a marqué le premier but du Canadien après un effort individuel. Contre des Panthers qui dominaient tous les aspects du jeu jeudi, on l'a vu plonger pour essayer de récupérer des rondelles libres. Même Roberto Luongo a salué son effort d'un petit coup de bâton. En plus, il est en voie de connaître la meilleure saison offensive de sa carrière, sans négliger ses responsabilités défensives.

Tout ça est d'autant plus louable que Claude Julien a révélé hier que Gallagher n'était pas à 100 %, comme plusieurs de ses coéquipiers. C'est exactement ce que Gallagher veut dire quand il parle de « mener par l'exemple ».

« La raison pour laquelle nous sommes dans la LNH, c'est que nous sommes compétitifs. Les jeunes ne sont pas différents, ils veulent gagner. Mais parfois, il faut apprendre à perdre avant d'apprendre à gagner, et c'est le genre de leçons que nous devons tirer comme groupe. Tu dois trouver les solutions pour changer les choses, et la frustration ne servira à rien. Tu dois être tanné de perdre pour trouver la solution. »

TANNÉ DE PERDRE

Et Gallagher est tanné de perdre. Il suffit de le voir, de lui parler après une défaite pour comprendre que ça lui fait mal. Gallagher est le premier à admettre qu'il a eu beaucoup de difficulté, à travers les années, à voir le positif dans la défaite. Il a toutefois appris peu à peu à contrôler un peu mieux ses émotions.

« Ç'a toujours été mon problème, je déteste perdre. Je dois jouer avec émotion, mais parfois, après les matchs, tu dois garder ton calme et comprendre que la frustration ne te mènera nulle part. J'apprends encore. »

- Brendan Gallagher

Gallagher nous a même révélé, sourire en coin, le truc qu'il s'était imposé pour gérer ses sautes d'humeur. Il l'appelle « la règle des deux heures ». Grosso modo, il s'accorde le droit d'être en colère deux heures après une défaite. Après tout, juge-t-il, tu n'as pas le droit d'oublier si vite ce qui vient de se passer. Après ces deux heures cependant, il se met à chercher des solutions.

Le Canadien connaît une saison de misère, et on pointera au bilan de fin d'année une série de raisons pour expliquer cette déconvenue. Un fait demeure, le Canadien n'aurait pas autant de problèmes si tout le monde jouait avec le même feu sacré que le petit numéro 11. Sent-il parfois que l'effort n'est pas le même pour tous ses coéquipiers ?

« Tout le monde a une raison différente d'être ici. Je ne suis pas le plus fort, je ne suis pas le plus gros, je n'ai pas le meilleur tir. Je suis ici car je veux me battre plus fort que d'autres pour gagner mes batailles. Quand tu utilises tes forces, tu as du succès. Il faut comprendre que c'est quand on joue le mieux que les résultats suivent. »

Ce sont les mots d'un leader.

«« Parfois, il faut apprendre à perdre avant d'apprendre à gagner, et c'est le genre de leçons que nous devons tirer comme groupe. »

- Brendan Gallagher»





publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer