Seul sur la glace avec Sidney Crosby à Mont-Tremblant

Guillaume Ouimet travaillait ses feintes, seul, le matin... (Photo fournie par Guillaume Ouimet)

Agrandir

Guillaume Ouimet travaillait ses feintes, seul, le matin du 9 janvier à Mont-Tremblant, quand il a reçu la visite d'un certain Sidney Crosby...

Photo fournie par Guillaume Ouimet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un jeune homme de Mont-Tremblant a patiné dehors pendant plus d'une heure avec le capitaine des Penguins de Pittsburgh.

Sidney Crosby et Guillaume Ouimet ont patiné ensemble... (Photo fournie par Guillaume Ouimet) - image 1.0

Agrandir

Sidney Crosby et Guillaume Ouimet ont patiné ensemble pendant plus d'une heure.

Photo fournie par Guillaume Ouimet

Guillaume Ouimet aime se retrouver seul à l'aube sur la patinoire extérieure de son coin, à Mont-Tremblant.

« J'aime y aller le matin parce qu'il n'y a personne et que les gars de l'aréna font une super job le soir d'avant, la glace est très belle le matin, explique le jeune homme de 19 ans, cégépien et joueur de niveau junior AA à Tremblant. J'aime ça patiner le matin, c'est tranquille, ça me permet de déconnecter de tout. »

Guillaume travaillait ses feintes, seul, le mardi 9 janvier, lorsqu'il a vu une jeep se garer à un jet de pierre de la patinoire. Qui donc allait troubler sa quiétude ?

Quand il a vu l'homme s'approcher, il a d'abord cru avoir la berlue. Le meilleur joueur de hockey du monde, Sidney Crosby, marchait en direction de la patinoire...

« Je l'ai reconnu tout de suite au loin. J'étais sous le choc. Par réflexe, je me suis présenté », raconte Guillaume Ouimet.

Crosby a jeté un coup d'oeil à la glace et aux environs. « Je voyais qu'il inspectait la glace. Il me demandait si d'autre monde allait arriver. Je lui ai répondu que ça devrait être tranquille et je lui ai demandé s'il voulait patiner avec moi. Il a regardé autour, puis il m'a dit qu'il allait chercher son équipement dans la jeep. Il est revenu avec sa copine et son équipement de hockey. »

Quand Crosby est revenu, Ouimet, élève en sciences de la nature, lui a proposé de se rendre à l'aréna pour qu'on leur ouvre un vestiaire.

« À cette heure-là, la cabane est encore fermée. Je connais les gars et je savais qu'ils allaient se faire un plaisir de l'accueillir. Il faisait quand même froid, au moins - 15. Mais il a insisté pour mettre ses patins dans un banc de neige à côté de la patinoire, comme un enfant de 10 ans l'aurait fait. »

AUTHENTICITÉ

Guillaume et Crosby ont patiné ensemble pendant plus d'une heure.

« Il ne voulait pas partir. Sa blonde disait qu'ils devaient aller ailleurs, mais il a repoussé deux fois pour rester une dizaine de minutes chaque fois. Comme un enfant. [...] C'est ironique parce qu'il m'expliquait qu'il avait de la misère à sortir du coin gauche parce qu'il se faisait toujours harponner par les défenseurs. Il a pris les bottes de sa blonde pour faire des cônes et on a pratiqué ça. Tu comprends pourquoi c'est le meilleur joueur au monde. »

« J'ai été frappé par son humilité. Il me parlait comme si on se connaissait depuis toujours », dit le jeune homme.

La copine de Crosby les regardait et prenait des photos. « Heureusement, parce que mon téléphone était mort à cause du froid ! », raconte Guillaume.

Le jeune homme a été surpris par l'authenticité de Crosby. « Il aurait pu aller dans le Sud, sur la plage, il m'expliquait à quel point ça lui manquait, les patinoires extérieures. À Pittsburgh, il n'y en a pas. Nous sommes ensuite allés visiter l'aréna. Il a encore été très gentleman. Je lui parlais en anglais, mais il a pris la peine de parler une dizaine de minutes en français. Il n'a jamais montré le moindre signe d'impatience. Il appréciait le moment. »

Les deux sont ensuite allés visiter le vestiaire des Diables de Mont-Tremblant, l'équipe dont Ouimet porte les couleurs. « Il s'est assis sur un banc dans la chambre sans rien dire pendant quelques minutes. Sa blonde m'a dit qu'il était nostalgique. Tu voyais que plein de souvenirs se bousculaient dans son esprit. C'était impressionnant. »

DIFFICILE À CROIRE...

Que faisait-il à Tremblant ? « Au début, je pensais qu'il était chez Mario Lemieux, qui a une maison à Tremblant. Mais non. Il emmenait sa copine pour la première fois. Il a fait du chien de traîneau la veille. Il a dit qu'il n'avait pas le droit de skier, mais qu'il allait le faire à sa retraite. »

Guillaume Ouimet a reçu les photos deux jours plus tard. « Mes parents m'ont cru, mais pas certains de mes amis. Ils disaient que c'était impossible que j'aie passé une heure seul avec Crosby dehors sur la patinoire. Ils m'ont finalement cru quand ils ont vu les photos deux jours plus tard... »

Avant de parler à La Presse, le jeune homme a réécrit à la copine du capitaine des Penguins pour lui demander s'il pouvait raconter son histoire aux médias. Le plus grand joueur au monde a acquiescé, avec plaisir.




publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer