Roman Hamrlik: «Montréal s'ennuie de Markov»

Après sa carrière de 20 ans dans la Ligue... (Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse)

Agrandir

Après sa carrière de 20 ans dans la Ligue nationale, Roman Hamrlik s'est établi à Saint-Bruno avec sa femme Cynthia, une Québécoise, et leurs deux enfants.

Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse

Roman Hamrlik a disputé 1508 matchs dans la LNH, en saison et en séries. Il a gagné presque 57 millions de dollars au cours de sa carrière.

Aujourd'hui, il profite de sa retraite, sans modération.

«Je ne travaille pas de 9 à 5, j'ai du temps, mais j'aimerais avoir plus de temps», lance-t-il à la blague.

L'ancien défenseur s'est établi à Saint-Bruno avec sa femme Cynthia, une Québécoise, son fils de presque 6 ans et sa fille de 18 mois. À la maison, on parle un heureux mélange de français, d'anglais et de tchèque (Hamrlik confirme qu'il ne contribue pas beaucoup au français)!

Hamrlik se dit encore partisan du Canadien malgré sa saison décevante. De nature optimiste, il juge même que l'équipe a bien fait les choses au cours des dernières saisons. En fait, il ne ressent aucune inquiétude, car «le Canadien a le meilleur gardien au monde».

Incapable de s'entendre avec le Canadien sur les... (Photo Aaron Doster, Archives USA TODAY Sports) - image 2.0

Agrandir

Incapable de s'entendre avec le Canadien sur les termes d'un nouveau contrat l'été dernier, Andrei Markov a décidé de tourner le dos à la LNH pour poursuivre sa carrière en Russie.

Photo Aaron Doster, Archives USA TODAY Sports

Il a toutefois eu beaucoup de difficulté à comprendre le départ d'un de ses bons amis, Andrei Markov, son coéquipier de 2007 à 2011.

«Il a été ici 17 ans. C'est difficile de parler pour lui. Il approchait des 1000 matchs avec la même équipe. Moi, si j'avais été dans cette situation, j'aurais voulu rester sans penser à l'argent tant que ça. C'est mon opinion, mais Markov a pris sa décision et on doit la respecter.»

Pour le Tchèque, toute cette histoire est une question d'affaires. Il refuse toutefois de croire que l'un des meilleurs joueurs qu'il ait côtoyés ne sera plus jamais lié au Canadien.

«Montréal s'ennuie de lui. Je suis sûr que ça va bien en Russie [26 points en 49 matchs] et qu'il avait ses raisons de retourner à la maison.»

«Ça n'a pas fonctionné [pour Markov] avec le Canadien, mais peut-être va-t-il revenir? [Andrei] pourrait aider les plus jeunes.»

Pour le reste, Hamrlik peut facilement se mettre à la place des joueurs de l'équipe, dont certains comme Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Carey Price sont ses anciens coéquipiers. Il connaît la sensation de perdre à Montréal, même s'il n'a jamais raté les séries dans l'uniforme tricolore.

«C'est le meilleur endroit pour jouer au hockey, je peux vous l'assurer, mais il y a aussi beaucoup de pression.»

Le défenseur tchèque Roman Hamrlik a disputé 1508... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Le défenseur tchèque Roman Hamrlik a disputé 1508 matchs dans la LNH, dont quatre saisons dans l'uniforme du Canadien de Montréal.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Québécois à temps plein

«Quand je jouais, j'avais une autre famille, une fille d'un premier mariage, je ne la voyais pas beaucoup. J'ai maintenant la chance d'être avec ma famille, de passer du temps avec elle. J'aime préparer mes enfants le matin, les amener à la garderie, jouer au hockey, suivre des cours de golf. Le golf est ma nouvelle passion. Le temps passe si vite.»

Hamrlik n'avait pas prévu revenir au Québec à sa retraite, le destin en aura décidé ainsi. La conclusion logique d'une carrière qui a débuté au vieux Forum en 1992, lorsqu'il est devenu le premier choix de l'histoire du Lightning.

«C'est ici à Montréal que j'ai vécu mes quatre plus belles années. J'ai pu jouer avec une équipe qui a une telle histoire. En plus, j'ai rencontré mon épouse. Je suis heureux ici, j'essaie seulement de survivre au froid.»

On ne joue pas 20 saisons dans la LNH sans apprendre un truc ou deux. Hamrlik n'hésite donc pas à communiquer son savoir à l'occasion de cours de hockey réservés aux défenseurs dans la région de Chambly. Il songe même à s'intéresser plus sérieusement au métier d'entraîneur quand ses enfants seront plus vieux.

En attendant, le vieux routier a un conseil pour les joueurs du Canadien: ne lisez rien à votre sujet.

«C'est difficile, surtout pour les attaquants. On attend d'eux qu'ils marquent des buts. Ils tiennent le bâton serré. Ils lisent trop sur eux dans les journaux et sur les médias sociaux. J'ai joué si longtemps, j'ai appris à me concentrer sur le match et non sur les partisans.»

Parmi ces attaquants qui en arrachent, il y a bien sûr Pacioretty. Hamrlik l'a connu lorsqu'il avait 20 ans à peine, à sa saison recrue dans la LNH. Ils se croisent encore l'été venu.

Pour Hamrlik, aucun doute que Pacioretty mérite son titre de capitaine. Il est un bon meneur et un bon joueur, juge-t-il. «J'espère qu'il va rester ici.»




la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer