Al Montoya n'a pas vu venir la transaction

Al Montoya conserve d'excellents souvenirs de son bref passage... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

Al Montoya conserve d'excellents souvenirs de son bref passage avec le Canadien.

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Absent du jeu depuis le 4 novembre, Al Montoya s'attendait à retrouver sa place au sein de la formation du Canadien à son retour au jeu. Mais ce n'est pas ce qui est arrivé.

Remis de sa commotion cérébrale, le gardien de 32 ans a plutôt été échangé aux Oilers d'Edmonton jeudi dernier, en retour d'un choix conditionnel de quatrième tour au repêchage de 2018. Un échange qu'il n'a pas vu venir.

«Non, je ne m'attendais pas à ça, a-t-il confié à La Presse lors d'une entrevue téléphonique. Au moment d'apprendre cette nouvelle, toute ma concentration était portée sur ma préparation en vue de mon retour au jeu. Mais ça fait partie du hockey. Dans ce milieu, il faut savoir encaisser les coups...

«Je n'avais pas entendu dire que le Canadien tentait de m'échanger, mais je voyais bien qu'il y avait, dans l'organisation, beaucoup de congestion au poste de gardien. Il y avait de toute évidence quelqu'un de trop.»

Al Montoya défend désormais les couleurs des Oilers... (Photo Jerome Miron, USA TODAY Sports) - image 2.0

Agrandir

Al Montoya défend désormais les couleurs des Oilers d'Edmonton.

Photo Jerome Miron, USA TODAY Sports

Au bout du compte, c'est un violent tir du défenseur des Jets Dustin Byfuglien qui aura mis fin au passage de Montoya à Montréal. Gravement blessé lors de ce match de novembre à Winnipeg, Montoya a tout de même pu rester devant son filet jusqu'à la fin, malgré ce violent choc à la tête.

«La rondelle est arrivée juste sur le point faible du masque. Je ne suis pas sorti du match parce que sur le coup, avec l'adrénaline à fond, tu ne t'en rends pas compte. Et puis, il y a pas mal plus de gars que vous ne le croyez qui restent dans un match et qui ne devraient pas... Dans mon cas, c'est après, en rentrant au vestiaire, que je me suis mis à aller mal, à me sentir mal et à être malade.»

Loi non écrite

Dans le sport professionnel, de manière générale, il y a tout de même cette loi non écrite qui stipule qu'un poste ne se perd pas à cause d'une blessure. C'est un peu pourquoi Montoya ne s'attendait pas à partir.

«C'est le bout qui est difficile. C'est une blessure qui est complexe, et j'aurais pu mentir, revenir au jeu après six semaines d'inactivité, quand je me suis mis à mieux me sentir. J'aurais pu le faire et précipiter mon retour, mais j'ai choisi de penser à ma santé en premier.

«Pendant ce temps, tu ne sais pas trop ce que le directeur général de l'équipe pense de la situation, mais il avait le droit de penser ce qu'il voulait. Alors oui, je croyais que mon poste allait encore être là, mais ça ne me dérange pas.»

«Je ne voulais pas courir le risque d'une blessure qui aurait pu devenir un problème à long terme si je revenais trop vite.»

Après un peu plus d'une saison avec le Canadien, Al Montoya se joint donc aux Oilers, la sixième équipe d'une carrière amorcée en 2008-2009. Il n'avait disputé que quatre matchs avec l'équipe cette saison, et il reconnaît que l'ambiance n'était pas la meilleure qui soit dans le vestiaire montréalais. «C'était devenu lourd dans le vestiaire, les défaites ont commencé à peser sur un peu tout le monde.»

Malgré tout, le gardien américain insiste pour dire qu'il va conserver d'excellents souvenirs de son bref passage dans le maillot bleu, blanc et rouge.

«Ce que je ne vais jamais oublier, c'est le Centre Bell, c'est l'ambiance là-bas les soirs de match. Cette équipe a des partisans fantastiques, un propriétaire fantastique... Ce fut une très belle expérience pour moi.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer