• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Marc Bergevin: «Je ne m'attends pas à beaucoup d'échanges» 

Marc Bergevin: «Je ne m'attends pas à beaucoup d'échanges»

Le point de presse de Marc Bergevin a... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le point de presse de Marc Bergevin a attiré de nombreux journalistes, hier à Laval.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le téléphone de Marc Bergevin est plutôt silencieux à quelques semaines de la date limite des transactions, parole du directeur général du Canadien.

«Ç'a été très tranquille, a-t-il confié hier midi au Carrefour Laval, à l'occasion du lancement du logo et de l'uniforme du Rocket de Laval. Il y a encore tellement d'équipes en lice, les clubs ne bougent pas.»

Seulement 2 équipes sur 30 - les Coyotes de l'Arizona et l'Avalanche du Colorado -  ont perdu espoir de participer aux séries éliminatoires. Il y a trop d'acheteurs pour le nombre de vendeurs.

«Je ne m'attends pas à beaucoup d'échanges, a ajouté Bergevin. Avec seulement quelques clubs écartés, le prix est élevé, et ceux qui sont dans la course pour une place en séries ne veulent pas vendre.»

Certains fans du CH rêvent d'un Matt Duchene pour combler un vide au centre. Le prix fixé pour Duchene ou le capitaine Gabriel Landeskog serait un choix de premier tour et un jeune défenseur établi dans la LNH. On devine que ce défenseur devra être supérieur à Nathan Beaulieu - toujours considéré comme un cinquième défenseur, selon des hommes de hockey sondés hier par La Presse - et le choix de premier tour, parmi les 15 premiers.

Bergevin n'a pas mordu à la fameuse question de «fenêtre d'opportunité» d'une ou deux années pour remporter la Coupe Stanley afin de justifier une transaction importante. «Je vais toujours regarder pour améliorer l'équipe, et ça va toujours dépendre du prix exigé.»

Malgré les nombreuses blessures, le Canadien reste bien positionné au classement, en première position de sa division, avec presque dix points d'avance sur ses plus proches poursuivants.

«J'espérais que nos joueurs apprennent de l'expérience de l'an dernier avec nos nombreuses blessures, et ils ont bien répondu. L'an dernier, on n'a pas été capables de se rendre où on voulait aller à cause des blessures. Mais cette année, on a démontré depuis deux mois qu'on pouvait avancer malgré les blessures. 

«C'est encore très serré, il n'y a que sept points entre la 16e position et la dernière équipe en lice pour les séries, il n'y a rien de garanti, mais nous avons gardé un bon momentum dans l'ensemble, malgré des moments plus difficiles. De toute façon, il y a toujours des périodes creuses dans une saison de 82 matchs.»

Qu'a appris Bergevin de la saison difficile de l'an dernier? «J'ai appris ce que je savais déjà. Quand tu perds des joueurs clés, c'est difficile. Tampa Bay a perdu Stamkos, ils ne l'ont jamais remplacé. Los Angeles a perdu Jonathan Quick, tu ne peux pas remplacer tes meilleurs joueurs, c'est la réalité de la LNH aujourd'hui. Tu montes ton club l'été et tu espères que tout se passe bien.»

***

Même si le club-école du Canadien n'a pas participé aux séries éliminatoires depuis cinq ans, le poste de l'entraîneur-chef Sylvain Lefebvre ne semble pas en danger dans la foulée du déménagement des IceCaps de St. John's à Laval. «Mon plan, c'est de garder le même personnel d'entraîneurs», a confié Bergevin hier.

Le DG du Canadien est conscient que l'hécatombe de blessés à Montréal depuis deux ans a contribué à vider le club de Lefebvre dans la Ligue américaine. «On a rappelé 35 joueurs cette année, et ils sont troisièmes au classement.»

La tentation de former un club gagnant pour les fans de hockey de Laval n'altérera pas la philosophie de développement de l'organisation. «On pourrait former un club gagnant avec de plus vieux joueurs, mais ce sont des joueurs qui ne seront jamais avec le grand club. [Michael] McCarron est en route, ces jeunes-là ont besoin de temps de glace de qualité. C'est sûr qu'on va essayer d'avoir une équipe gagnante, mais pas aux dépens du développement des jeunes.»

Le déménagement favorisera le développement des meilleurs joueurs et facilitera le travail du DG, estime Bergevin. «Je pourrai les voir à l'oeuvre plus souvent. St. John's est une belle ville avec un bel amphithéâtre, mais c'est difficile de s'y rendre l'hiver. Laval, c'est 40 minutes en auto. Notre philosophie ne changera pas. Le but du club-école est de développer les jeunes. Les joueurs rappelés par le club pourront nous rejoindre plus facilement et auront plus d'entraînements de qualité.»

Qui dit Laval dit proximité de Montréal, avec les tentations de la ville et la présence médiatique que le déménagement comporte. «Nos jeunes sont bien encadrés, répond Bergevin. Ils ont des séances d'information sur leurs rapports avec les médias avec Donald [Beauchamp] et Dominick [Saillant] au camp d'entraînement. Ils sont bien encadrés dans l'ensemble, même si on n'a pas de contrôle sur ce qu'ils font, s'ils rentrent à 5h du matin et ce qu'ils font après.»

La présence francophone sera importante au sein du Rocket de Laval. «On a déjà 11 ou 12 Québécois avec le club-école même si l'équipe est à St. John's. C'est important pour nous, le français est notre langue maternelle et on va continuer dans ce sens-là.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer