Glen Gulutzan: «On était pathétiques»

L'entraîneur-chef des Flames, Glen Gulutzan, en avait long... (Photo Eric Bolte, USA TODAY Sports)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Flames, Glen Gulutzan, en avait long à dire après le match...

Photo Eric Bolte, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les joueurs de quatrième trio des Flames auront sans doute droit à un entretien avec leur entraîneur-chef. Glen Gulutzan était hors de lui après la défaite de 5-1 de son équipe, hier soir.

«On était pathétiques. C'était une performance pathétique. On n'a jamais répliqué. Nos meilleurs joueurs n'ont rien fait. Quelqu'un doit se lever», a dit le pilote des Flames.

Gulutzan en avait surtout contre le premier but que son équipe a accordé, but inscrit par Andrew Shaw avec 43 secondes à écouler à la première période. Il n'a pas aimé le jeu du trio de Lance Bouma, Matt Stajan et Alex Chiasson sur la séquence qui a précédé le but.

«C'est toujours la même histoire. On a eu les meilleures chances dans les 15 premières minutes. On étire une présence, ce sont nos joueurs de quatrième trio qui sont là, ils décident de tenter une dernière attaque, parce qu'ils ont marqué tellement de buts. Ils rentrent au banc, les laissent arriver avec vitesse. C'est ce qui est arrivé sur le premier but.»

Gulutzan s'en est aussi pris à Johnny Gaudreau, censé être son meilleur attaquant, mais qui se cherche dernièrement avec seulement trois points à ses 11 dernières sorties.

«On a eu nos occasions de revenir dans le match. On est en avantage numérique, Johnny perd la rondelle à la ligne bleue, ça crée un revirement et ils marquent. Ensuite, on est à 5 contre 3, un de leurs joueurs perd son bâton, et on n'est même pas capables de tirer au but. Ce n'est pas comme si on avait un mauvais avantage numérique, on tourne à 20%!»

Trop de surnombres

Chez les joueurs, Chad Johnson a été le plus tranchant dans ses propos. Le gardien des Flames n'a pas très bien paru sur le but de Tomas Plekanec en désavantage numérique en début de deuxième période. Mais il a aussi souvent été victime des chances de qualité que ses coéquipiers permettaient.

«En tant que gardien, tu dois trouver une façon de faire des arrêts sur des échappées et des 2 contre 1, car c'est ce qu'on donne en ce moment, a déploré Johnson. Oui, on obtient plus de chances de marquer que l'autre équipe, mais obtient-on des échappées, des 2 contre 1? Non. C'est frustrant pour moi et pour les autres.

«C'est décevant. On peut dire qu'on joue du bon hockey parce qu'on génère des chances, mais les erreurs que l'on fait sont majeures. Tu peux obtenir 50 tirs, mais si tu donnes des échappées, c'est un autre match. C'est frustrant, il faut rester positif, tout le monde devrait l'être. Je ne sais pas quoi dire de plus.»

C'était une troisième défaite de suite par un écart de quatre buts pour les Flames, qui ont été rossés 4-0 par les Maple Leafs lundi et 7-3 par les Oilers samedi. Ils disputeront leur prochain match demain, à Ottawa, contre les Sénateurs. D'ici là, ils devaient profiter d'une journée de congé aujourd'hui, mais les joueurs pourraient devoir revoir leurs plans, car Gulutzan a l'intention d'annuler le congé.

«On a des questions de logistique à régler. On prend le train, mais notre équipement reste ici. On cherche une solution.»

Rappelons que Gulutzan en est à sa première saison à la barre des Flames, après que l'équipe eut congédié Bob Hartley le printemps dernier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer