Mikhail Sergachev en apprentissage

Vanté depuis le début du camp, Mikhail Sergachev... (PHOTO KEVIN HOFFMAN, USA TODAY SPORTS)

Agrandir

Vanté depuis le début du camp, Mikhail Sergachev a eu droit à un dur retour à la réalité lors du premier match de la saison.

PHOTO KEVIN HOFFMAN, USA TODAY SPORTS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Pas facile pour un défenseur de se faire une place dans la LNH à 18 ans. Marc Bergevin et Michel Therrien ne cessent de le répéter. Et les deux derniers jours ont constitué un bon rappel en ce sens.

Erik Karlsson... (photo PATRICK WOODBURY, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Erik Karlsson

photo PATRICK WOODBURY, LeDroit

Vanté depuis le début du camp, Mikhail Sergachev a eu droit à un dur retour à la réalité. Après avoir connu quelques difficultés à Buffalo jeudi, il s'est retrouvé à l'entraînement vendredi au sein du quatrième duo de défenseurs, avec Zach Redmond. Rien d'officiel, mais c'était un indice du sort qui pourrait attendre Sergachev ce soir, lors du duel contre les Sénateurs d'Ottawa, si Jeff Petry peut revenir au jeu.

Au cours des 20 dernières années, seulement deux défenseurs ont joué plus de 40 matchs dans la LNH à 18 ans, selon les données du site Hockey-Reference : l'exceptionnel Aaron Ekblad en 2014-2015 en Floride et Zach Bogosian en 2008-2009 à Atlanta. Il doit sans doute y avoir une raison...

Michel Therrien a rappelé vendredi les nombreux apprentissages qui attendent un jeune défenseur à peine adulte dans le circuit Bettman.

« Il a joué son premier match. Maintenant, il sait c'est quoi, le rythme de la LNH. Le fait d'être entouré d'une équipe de la Ligue nationale, de voir comment ça se déroule. Jean-Jacques [Daigneault] a passé du temps avec lui ce matin pour regarder ses présences, pour lui montrer où il doit s'améliorer. Ça fait partie du processus pour un jeune », a expliqué l'entraîneur-chef du Canadien.

L'EXPÉRIENCE DE KARLSSON

Dans le vestiaire des Sénateurs, il y a Thomas Chabot, qui a un an de plus que Sergachev, repêché au premier tour en 2015, qui attend toujours de disputer son premier match de la saison. Ça n'aura pas lieu ce soir, a confirmé Guy Boucher.

Erik Karlsson... (photo PATRICK WOODBURY, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Erik Karlsson

photo PATRICK WOODBURY, LeDroit

Comme Sergachev, Chabot est toujours d'âge junior. S'il ne peut pas rester dans la LNH pour la saison, il devra retourner dans la LHJMQ. En attendant, c'est un apprentissage qui se fait dans un contexte ultraprotégé.

« On a un nouveau système, il y avait l'excitation du premier match. Même les vétérans ont eu des difficultés, a rappelé Boucher. Ce ne serait pas fair de placer un jeune dans ce contexte. »

Dans ce même vestiaire, il y a aussi un certain Erik Karlsson, qui a fait ses premiers pas dans la LNH à 19 ans. C'était en 2009-2010, un an après qu'il eut été repêché au 15e rang par les Sénateurs. Cette année-là, il avait amassé 26 points en 60 matchs, avant de se développer comme peut-être le meilleur défenseur offensif au monde.

Qu'y a-t-il de si difficile pour un défenseur d'âge junior dans la LNH ?

« La marche est haute, a estimé Karlsson, qui avait pourtant joué au niveau professionnel en Suède. Quand tu es jeune, tu dois réaliser qu'il y a des choses que tu ne pourras pas faire aussi bien que tu le souhaiterais. L'idée est de ne pas précipiter les choses. Dans le junior, tu es une vedette, tu peux faire certaines choses. Puis, tu arrives ici, tu en es incapable, même si tu as la volonté. Ça peut être frustrant. Mais si tu es prêt à prendre le temps de franchir cette étape, ça ira. »

APPRENDRE À SE PROTÉGER

L'autre apprentissage que Sergachev fait à la dure, c'est de se protéger.

Il était revenu du tournoi des recrues blessé, après avoir été frappé un brin sournoisement par Vincent Dunn. À Québec, lors d'un match préparatoire contre les Bruins de Boston, il avait aussi été bousculé par Jimmy Hayes, un gaillard de 6 pi 6 po. Jeudi, à Buffalo, c'est le robuste Nicolas Deslauriers qui l'a rudoyé à plus d'une reprise, lui servant notamment une bonne mise en échec en zone neutre.

Max Pacioretty venait tout juste de fêter son 20e anniversaire quand il a donné ses premiers coups de patin dans la LNH en saison. Le commentaire qui revenait constamment dans son cas était son incapacité à se protéger des adversaires mal intentionnés. Il se souvient notamment d'un bon coup d'épaule de Dion Phaneuf, mais ce n'était pas un cas exceptionnel.

« Je sais que je me faisais beaucoup frapper, se souvenait Pacioretty, après l'entraînement de vendredi. C'est un apprentissage que de connaître les différentes zones sur la patinoire. Le style de jeu est tellement différent entre la LNH et le junior ou le collège. C'est un aspect du hockey qu'il faut apprendre, et ça vient seulement avec l'expérience. »

« C'est évident qu'en passant du junior au professionnel, tu affrontes des hommes et les adversaires sont plus gros. Mais tu dois surtout apprendre à éviter la grosse mise en échec. Ta grosseur importe peu, tu dois comprendre le jeu. Et tu ne peux pas comprendre ce qu'est le hockey professionnel tant que tu n'y as pas joué », a expliqué Pacioretty.

Sergachev est-il vulnérable sur la patinoire, comme pouvait l'être Pacioretty à une autre époque ? Michel Therrien assure que non. « Je n'ai pas senti ça [jeudi] », a dit l'entraîneur-chef. Qu'il réponde par l'affirmative aurait toutefois été surprenant...

« J'ai trouvé qu'il devait s'habituer au rythme de la Ligue nationale, a-t-il expliqué. C'est un rythme très élevé. Le camp, c'est à un niveau. En saison, c'est à un niveau. Aux Fêtes, c'est encore à un autre niveau et en séries, c'est pas mal à 100 %. C'est une question de s'adapter au rythme devant toi. »

Reste à voir s'il pourra s'adapter au rythme dans le feu de l'action, ou si cet apprentissage passera par un peu d'observation du haut de la passerelle. Voire par une année de plus de formation chez les juniors.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer