Guérir le genou... et la tête de Carey Price

L'entraîneur des gardiens de but du Canadien, Stéphane... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

L'entraîneur des gardiens de but du Canadien, Stéphane Waite, assure avoir supervisé toutes les étapes finales de la réadaptation de Carey Price.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Terrebonne) Stéphane Waite n'a pas l'habitude de chômer l'été, lui qui tient annuellement une école de gardiens de but. Mais cette année, il y avait aussi la remise en forme d'un certain gardien à son agenda pour la saison estivale.

Et pour les étapes finales de la réadaptation de Carey Price, l'entraîneur des gardiens du Canadien assure avoir tout fait. Tout ? Pas tout à fait...

« La seule chose que je n'ai pas faite, c'est de rentrer dedans. Je n'oserais pas !, a lancé Waite, rencontré hier à l'Invitation Michel Therrien.

« Du reste, il n'est pas à l'abri d'une blessure, comme tous les joueurs. On va toucher du bois, mais s'il se produit autre chose, ce ne sera pas à cause de cette blessure. Il est en parfaite forme. »

Il y avait du travail physique à faire avec Price, afin de s'assurer que le ligament collatéral interne de son genou droit était pleinement guéri. Pour y parvenir, Waite a soumis le gardien à des exercices dans un contexte dit « non contrôlé » (out of control).

« À la fin de la saison, on faisait des exercices, mais en contrôle, donc il n'y avait rien d'inquiétant, explique le Sherbrookois. Là, on a fait des exercices out of control, on a même reproduit les mouvements qu'il faisait quand il s'est blessé. Tout était parfait. »

Mais il y avait aussi un travail psychologique à accomplir. Après une saison cauchemardesque, au cours de laquelle Price s'est blessé à deux reprises et n'a disputé que 12 matchs, il fallait que l'homme masqué reprenne confiance en son corps. Ce qu'il a réussi, croit Waite.

« On voulait qu'il puisse faire les mouvements les plus extrêmes. Mentalement, c'était important qu'il sache qu'il peut faire n'importe quoi, que tout est beau. »

« C'est important pour un athlète, même si la rééducation va bien, de faire les mouvements sur la glace. Tu as un doute dans ta tête tant que tu ne les as pas faits. »

Quel danger à la Coupe du monde?

Le premier véritable test pour Price viendra toutefois le mois prochain, à l'occasion de la Coupe du monde. Il partagera alors le travail avec Braden Holtby et Corey Crawford devant le filet du Canada, et la hiérarchie entre les trois hommes demeure à déterminer.

Sa présence soulève toutefois des inquiétudes chez bien des partisans, qui voient ce tournoi comme un risque inutile. C'est que Price a été incapable de terminer en santé trois des quatre dernières saisons (2013, 2013-2014 et 2015-2016), chaque fois en raison de blessures au bas du corps.

Waite sera à Toronto avec Équipe Canada à titre de consultant pour les gardiens.

« Il ne risquera pas plus de se blesser que s'il jouait des matchs préparatoires avec le Canadien. »

« Au fond, ses matchs préparatoires, il les jouera avec Équipe Canada, explique Waite. Dans les matchs préparatoires, il y a des jeunes qui veulent se faire un nom, qui foncent au filet. Ça aussi, ça peut être dangereux. Le risque est le même.

« Avec le nombre de matchs qu'il a ratés l'an passé, ce sera le fun pour lui d'avoir des matchs de gros calibre. Ça lui donnera une petite avance sur les autres gardiens qui n'y seront pas. Ce n'est pas très demandant, car on va jouer six ou sept matchs, selon où on se rend. Ce n'est pas plus demandant que s'il faisait un camp avec le Canadien. C'est seulement positif. »

Moins de matchs

Et une fois que la saison s'amorcera, l'idée sera de ménager le numéro 31. « On ne veut pas qu'il joue 70 matchs par année comme d'autres gardiens le font. C'est trop pour n'importe quel gardien, pas juste Carey », martèle Waite.

En 2013-2014, par exemple, Price avait amorcé 59 matchs, mais avait raté 8 matchs de suite après s'être blessé à Sotchi. Il aurait donc facilement pu atteindre le chiffre des 65, en plus de ses départs aux Jeux olympiques. Cette saison-là avait pris fin pour Price quand Chris Kreider l'avait fauché dans le premier match de la finale de l'Est.

La saison suivante, Price avait disputé 66 rencontres, de même que les 12 matchs du CH en séries.

On sent visiblement que Waite aimerait voir un nombre de départs plus près de 60 que de 70. Un plan qui, assure-t-il, était déjà en place la saison dernière.

« Sauf qu'il a arrêté de jouer en novembre !, rappelle-t-il. On vise un certain nombre de matchs, de là l'importance du substitut, que ce soit Al Montoya ou Mike Condon. On n'a rien appris de nouveau avec la blessure, on avait un plan pour en faire une utilisation intelligente.

« Pour le reste, Carey prend soin de son corps, il ne pourrait pas prendre plus soin de son corps que ce qu'il fait déjà. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Max Pacioretty a retenu la leçon

    Hockey

    Max Pacioretty a retenu la leçon

    Max Pacioretty est le premier à le reconnaître, il ne l'a pas eu facile à sa première saison à titre de capitaine du Canadien. »

  • Michel Therrien: «Je n'avais pas de problème avec P.K.»

    Hockey

    Michel Therrien: «Je n'avais pas de problème avec P.K.»

    L'eau a peut-être coulé sous les ponts depuis la transaction qui a envoyé P.K. Subban aux Predators de Nashville contre Shea Weber. Mais en été,... »

  • Aucun stress pour Shea Weber

    Hockey

    Aucun stress pour Shea Weber

    Nombreux sont les partisans du Canadien qui attendent Shea Weber avec une brique et un fanal, encore courroucés par l'échange qui a envoyé P.K.... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer