Quatre entraîneurs en un an pour Anthony Duclair

Anthony Duclair a récolté 11 points en 18... (Photo Jay LaPrete, AP)

Agrandir

Anthony Duclair a récolté 11 points en 18 matchs avec les Coyotes de l'Arizona cette saison.

Photo Jay LaPrete, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Anthony Duclair s'est présenté au camp des Rangers de New York en septembre 2014, il écoutait les ordres d'Alain Vigneault. Quand les Rangers lui ont permis de se joindre à Équipe Canada junior (ECJ), il a alors dû composer avec Benoît Groulx.

Après avoir remporté la médaille d'or, Duclair a été invité à terminer la saison avec les Remparts de Québec, où son entraîneur-chef avait pour nom Philippe Boucher.

En septembre dernier, à son arrivée au camp des Coyotes de l'Arizona, Dave Tippett devenait donc son quatrième entraîneur-chef en 12 mois!

«C'est correct, ça vient avec la business du hockey, tu dois être prêt à ça, laisse tomber Duclair, que nous avons rencontré au Centre Bell après l'entraînement des siens, hier, à 48 heures d'un duel contre le Canadien. Mais c'était une aventure incroyable. Regarde l'an passé, j'ai presque tout vécu. J'étais pas mal content de ça. Ça va juste me donner de l'expérience pour l'avenir.»

Car du vécu, le Québécois en a accumulé, l'an passé: ses premiers pas dans la Ligue nationale au Madison Square Garden, la conquête de l'or avec ECJ, un renvoi dans les rangs juniors, une transaction (au niveau de la LNH, pendant qu'il était junior) et une présence en Coupe Memorial.

Aujourd'hui, de toutes ces expériences, c'est celle qui semblait alors la plus lointaine qui a le plus grand impact. S'il était resté avec les Rangers, il aurait dû déloger de nombreux vétérans pour jouer au sein des trois premiers trios. Chez les Coyotes, le voici amené à jouer 15 minutes par match, dont plus de trois en avantage numérique.

«Quand je me suis fait échanger, c'était une grosse surprise, a admis Duclair. En même temps, j'ai compris l'échange. Ils ont obtenu un défenseur élite, Keith Yandle. J'ai donc regardé seulement le côté positif. J'arrivais dans une situation où j'avais la chance de faire ma place à 20 ans, d'avoir plus de temps de glace. C'était un scénario parfait et je suis très content d'être ici.»

Amitié retrouvée

À Glendale, Duclair a en outre la chance de renouer avec Max Domi, son ami et compagnon de trio du dernier Mondial junior.

Avec Sam Reinhart, Duclair et Domi ont formé un trio explosif pour Équipe Canada, les trois comparses totalisant 29 points en sept matchs.

«Quand il a été échangé ici, on était assez enthousiastes, a expliqué Domi. Il avait goûté à la LNH, l'an passé, et moi, je voulais faire ma place ici. C'était assez spécial quand on a réalisé qu'on jouerait ensemble. On est les meilleurs amis hors de la glace et ça se voit sur la patinoire.»

Il aurait d'ailleurs été tentant pour Tippett de les réunir au sein d'un même trio. Mais à l'exception de quelques avantages numériques, on les a très peu vus ensemble: seulement 36 minutes à forces égales.

«On voulait plutôt les stabiliser avec de bons vétérans et pour équilibrer notre attaque. Les deux sont de bons jeunes, mais les vétérans les aident beaucoup», a expliqué Tippett.

Cela dit, lors du dernier match des Coyotes, lundi, à Brooklyn, Duclair et Domi ont eu droit à une présence ensemble à forces égales en fin de match... et ils ont préparé le but de Martin Hanzal! On verra si Tippett souhaitera répéter l'expérience demain à Montréal.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer