Michel Therrien: «On ne pense qu'au prochain match»

«Je prends les matchs un à la fois»,... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

«Je prends les matchs un à la fois», a répondu Therrien, lorsque questionné sur la série de succès de sa troupe.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne

Michel Therrien doit se sentir comme les membres d'une équipe de baseball qui sont sur le point d'assister à un match sans point ni coup sûr de la part de leur lanceur: n'en parlons pas, afin d'éviter de jeter un mauvais sort.

L'entraîneur-chef du Canadien est aux guides d'une formation qui a réalisé ce que les grandes dynasties des années 50 et 70, menées par les géants qu'ont été Toe Blake et Scotty Bowman, n'ont jamais pu faire: gagner six matchs d'affilée pour amorcer une saison.

Pourtant, lorsque Therrien a rencontré les membres des médias après le triomphe de 4-1 de ses ouailles face aux Red Wings de Detroit, samedi soir au Centre Bell, on a plutôt eu l'impression que le Canadien affichait six séquences d'une victoire!

«Je prends les matchs un à la fois, a répondu Therrien, lorsque questionné sur la série de succès de sa troupe. Les joueurs profiteront d'un congé bien mérité dimanche, et nous reprendrons le boulot lundi matin en préparation pour notre prochain match. C'est ma philosophie...

«On ne parle jamais de la séquence. On ne pense qu'au prochain match», a-t-il renchéri.

Quoi qu'il en soit, le Canadien joue du hockey inspiré et accumule les victoires grâce à la contribution de tous et chacun.

Lors du match d'ouverture, à Toronto, ce furent Max Pacioretty et P.K. Subban. Trois jours plus tard, à Boston, Alex Galchenyuk et Lars Eller ont sonné la charge. Le lendemain, à Ottawa, Tomas Plekanec a pris les choses en main, avant que l'autre Tomas, Fleischmann celui-là, ne fasse la différence à Pittsburgh mardi dernier.

Puis, lors du match inaugural du Canadien devant ses partisans, jeudi, David Desharnais et Carey Price ont été les têtes d'affiche d'un gain de 3-0 contre les plus que respectables Rangers de New York.

Samedi, ce fut le tour de Jeff Petry, un Américain de la grande région de Detroit avec lequel la direction des Red Wings n'a jamais eu le temps d'entreprendre des pourparlers. Petry, qui s'est entendu avec le directeur général Marc Bergevin avant l'ouverture du marché des joueurs autonomes, a inscrit le but gagnant et joué un solide match en défensive.

«Nous formons un bon groupe de joueurs, et c'est la principale raison pour laquelle je suis revenu ici. Les gars sont dévoués et unis, et c'est plaisant de se présenter à l'aréna», a confié le défenseur de 27 ans, auteur de son premier but de la saison.

Le filet de Petry a été réalisé en supériorité numérique, qui a produit deux buts lors d'un même match pour la première fois depuis le 28 mars 2015, dans une victoire de 3-2 face aux Panthers de la Floride. Avant d'affronter les Red Wings, le Canadien n'avait marqué que deux fois en 21 tentatives avec l'avantage d'un homme.

«Le jeu de puissance a été très bon, a analysé Therrien, après la rencontre. Il nous a marqué deux gros buts. On a eu la chance de le pratiquer un peu ce matin [samedi matin]. Je pense que ça a fait du bien de revenir à la base. C'est beau en parler, c'est beau de faire des X et des O, la meilleure recette c'est de le pratiquer. Les gars ont appliqué les principes de base qu'on recherchait. Mais on a été très agressifs aussi. On a été très agressifs pour aller au filet, pour diriger les rondelles au filet, de sorte que nous avons obtenu le succès recherché.»

Seule formation affichant un dossier parfait dans la LNH, le Canadien aura une belle occasion de s'approcher davantage du record absolu de dix victoires en début de saison, qui appartient conjointement à Toronto (1993) et à Buffalo (2006), en accueillant d'abord les Blues de St. Louis mardi soir.

La formation de Ken Hitchcock se présentera à Montréal en conclusion d'un périple de six matchs en dix jours, et ce sans les services de leur centre numéro un, Paul Stastny, blessé au bas du corps vendredi à Vancouver.

Le Tricolore complétera sa semaine en rendant visite aux Sabres de Buffalo, vendredi, puis en recevant les Maple Leafs de Toronto samedi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer