Un capitaine de la génération de Carey Price

Carey Price estime que Max Pacioretty possède les... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Carey Price estime que Max Pacioretty possède les qualités nécessaires pour être un bon capitaine.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En huit saisons avec le Canadien, Carey Price a connu deux capitanats, ceux de Saku Koivu et de Brian Gionta. Il s'apprête maintenant à vivre le règne de Max Pacioretty.

Le gardien du Tricolore s'est adressé hier aux médias pour la première fois depuis que l'équipe a confirmé que Pacioretty porterait désormais le «C».

Et pour la première fois de sa carrière, Price composera avec un capitaine de sa génération. Koivu était bien en selle quand Price est arrivé à Montréal. Quand Gionta a été nommé, en 2010, Jaroslav Halak venait tout juste de partir et le numéro 31 tentait de reprendre sa place comme gardien numéro 1 du CH.

Cette fois, seulement 15 mois séparent Price et Pacioretty. Les deux joueurs ont grandi ensemble dans l'organisation, et l'homme masqué est bien placé pour parler du nouveau capitaine.

«Patch est celui qui a gagné le plus rapidement sa maturité parmi le groupe de ma génération, a estimé Price. Il a une bonne tête de hockey, il est à son affaire et ça déteint sur les autres. C'est un bon choix.

«Patch a les qualités pour être un bon meneur.»

Sans surprise, le gagnant des trophées Vézina et Hart a aussi donné sa bénédiction à l'ajout de Brendan Gallagher dans le groupe d'adjoints. Un autre «bon choix».

«Il a montré de la maturité. Ses habitudes de travail montrent le genre de joueur qu'il est.»

L'envers de la médaille

Price a aussi pu voir de plus près le nouveau format de prolongation qui sera adopté cette saison dans la LNH: le jeu à trois contre trois. Cet aspect du jeu a été mis à l'épreuve dans la rencontre intraéquipe de dimanche, au Centre Bell.

Évidemment, les gardiens ne seront pas exactement friands de ces situations, qui n'ont rien pour les favoriser. «J'ai très peu d'expérience, à l'exception du hockey d'été!», a-t-il rappelé.

Le gardien a toutefois vu le verre à moitié plein et a préféré rappeler les conséquences positives qu'il pourrait tirer de ce changement.

«On ne sait jamais, ça me donnera peut-être la chance d'obtenir quelques aides de plus!»

À une époque où le jeu est moins ouvert que jadis, Price ne compte que 11 mentions d'aide en 435 matchs dans la LNH. Avec ses habiletés à passer la rondelle, le jeu à trois contre trois pourrait effectivement lui sourire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Canadien: le portrait se précise

    Hockey

    Canadien: le portrait se précise

    C'était le 24 septembre 2014. Ce matin-là, on passait de trois à deux groupes chez le Canadien. D'un côté, un groupe A, qui ressemblait drôlement à... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer