Michaël Bournival espère une offre du Canadien

Michaël Bournival a vécu des moments très difficiles... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Michaël Bournival a vécu des moments très difficiles à la suite de la commotion cérébrale qu'il a subie probablement en milieu de saison.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Michaël Bournival fait-il encore partie des plans dans le camp du Canadien de Montréal? Pour le moment, le principal intéressé ne connaît toujours pas la réponse à cette question.

Bournival, qui est sans contrat en vue de la prochaine saison, a bel et bien rencontré le directeur général Marc Bergevin après l'élimination du Canadien, mais aucune discussion de contrat n'a eu lieu. Pour l'heure, le joueur de presque 23 ans ignore les plans de la direction montréalaise à son sujet.

«J'ai parlé avec Marc Bergevin, mais il ne s'est dit rien de spécial, a expliqué Bournival en entrevue téléphonique avec La Presse. Ce n'est pas à moi de dire ce qui va se passer, je ne peux pas répondre à ces questions-là. J'espère que oui, j'espère que je serai de retour avec le Canadien. J'aime jouer ici, ma famille est ici, et j'espère que ça va durer. Mais ces questions-là ne sont pas pour moi.»

Une saison à oublier

Michaël Bournival le reconnaît sans hésiter: la saison 2014-2015 aura été très difficile pour lui. Très difficile sur la glace, où il a dû se contenter de seulement 29 matchs dans le maillot du Canadien, pour une maigre récolte de 5 points. Mais la saison a été tout aussi difficile pour lui à l'extérieur de la glace en raison d'une grave blessure à la tête.

Bournival a d'ailleurs confirmé à La Presse que c'est une commotion cérébrale qui l'a poussé au repos forcé lors de la deuxième moitié de la saison.

«Une commotion cérébrale, c'est très imprévisible... Avant de retourner avec les Bulldogs à Hamilton [le 2 mars], on m'a dit que j'étais correct. Mais ça a duré environ deux mois. Une fois rendu à Hamilton, les symptômes ont commencé à empirer, j'avais toujours des étourdissements. Vers le début, quand c'est arrivé, je ne me doutais de rien, mais c'était de pire en pire par la suite. Avec le Canadien, je voulais jouer quand même, mais après mon retour à Hamilton, c'était devenu insupportable. C'est là que j'ai réalisé que quelque chose ne fonctionnait pas, et j'ai su que je devais tout arrêter.»

Encore aujourd'hui, Michaël Bournival ignore la date exacte à laquelle ses problèmes de santé ont commencé. «C'est dur à dire précisément, mais c'est peut-être arrivé en Floride contre les Panthers, quand j'ai joué avec le Canadien là-bas pendant les Fêtes [le 30 décembre]. J'ai chuté sur la tête lors de ce match-là, et je me souviens d'avoir été sonné sur le coup. Le lendemain, j'avais mal à la tête.»

Encourageant

La bonne nouvelle pour le jeune attaquant, c'est qu'il est maintenant entièrement remis de cette commotion cérébrale, la deuxième de sa carrière depuis qu'il est passé chez les professionnels, en 2013. Il a d'ailleurs obtenu le feu vert des médecins du Canadien en fin de saison, et il compte reprendre sous peu l'entraînement en vue du calendrier 2015-2016.

Ne lui reste plus qu'à connaître un détail important: l'identité de l'équipe qui va l'employer la saison prochaine, puisqu'il pourrait cet été devenir joueur autonome avec compensation.

«Je n'ai aucune idée de ce qui va arriver, et c'est la première fois que je me retrouve dans une situation comme celle-là, a-t-il expliqué. C'est sûr que la saison qui vient de se terminer ne s'est pas passée comme je l'aurais voulu. Mais des fois, il faut faire un pas en arrière pour mieux se remettre à avancer.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer