• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Le règlement sur les plongeons fait mal à l'orgueil, admet Prust 

Le règlement sur les plongeons fait mal à l'orgueil, admet Prust

Brandon Prust... (Photo Robert Mayer, USA Today Sports)

Agrandir

Brandon Prust

Photo Robert Mayer, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne

Le Canadien n'a pas rendu P.K. Subban disponible aux médias, jeudi, en lien avec l'amende de 2000 $ US que la LNH lui a imposée la veille pour réaction exagérée.

On peut comprendre le défenseur vedette d'avoir voulu éviter de commenter la sanction plutôt malaisante pour lui. D'autant qu'il a sûrement dû essuyer les railleries de ses coéquipiers, au retour du Tricolore à l'entraînement à Brossard.

«Sachant combien "Subbie" est grippe-sou, il n'ira pas manger dans les restaurants pendant au moins le prochain mois», a lancé à la blague l'attaquant Brandon Prust.

Sérieusement, Prust a admis que l'entrée en vigueur du nouveau règlement 64 de la LNH a comme objectif de faire davantage mal à l'orgueil des joueurs qu'à leur porte-feuille.

«On essaie de faire mal paraître les gars. Ça fonctionne parce qu'il y a moins de pénalités pour plongeon ou réaction exagérée cette saison, a-t-il ajouté. La ligue fait du bon travail à ce chapitre.»

Subban a écopé d'une amende après avoir reçu un avertissement pour une première offense au cours du match du 6 janvier, à Tampa. Le deuxième incident a eu lieu pendant la rencontre du 29 janvier. S'il récidive, on le sanctionnera de nouveau.

La LNH avait exonéré Subban d'une première pénalité pour réaction exagérée écopée le 16 octobre, au cours d'un duel contre les Bruins de Boston. Subban avait reçu un coup de bâton à l'aine de Brad Marchand.

Il y a au moins deux autres joueurs du Canadien qui ont reçu des avertissements cette saison: Tomas Plekanec et Prust.

«Je ne crois pas que, comme équipe, nous avons la réputation de jouer la comédie, a opiné Prust. On nous a bien expliqué le nouveau règlement avant cette saison. Les gars savent qu'ils ont droit à un avertissement, mais qu'après c'est une amende. Personnellement, je fais attention parce que je ne veux pas écoper d'amende.»

Prust a dit que les joueurs tentent parfois de forcer la note dans une situation précise parce qu'ils savent que les arbitres ne signaleront pas l'infraction.

«Il nous faut parfois attirer l'attention des arbitres parce qu'ils ne font pas toujours les appels sur la glace. Ils nous contraignent à exagérer. C'est une réaction normale. Mais ça change petit à petit. J'estime que le phénomène est moins important cette saison.»

Dans le cas de Prust, il a reçu un avertissement à la suite de la pénalité pour réaction exagérée qu'il a obtenue au cours du match du 4 novembre contre les Blackhawks de Chicago.

«J'essayais de me défaire de Jonathan Toews qui m'empêchait de me rendre vers le défenseur que je devais surveiller en situation d'infériorité numérique, a-t-il expliqué. J'ai tournoyé sur moi-même parce que je savais que les arbitres ne séviraient pas à son endroit, et on a trouvé que j'en avais un peu trop mis.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer