Desharnais et Vanek font leur mea culpa

Zdeno Chara neutralise David Desharnais au cours du... (Photo AP)

Agrandir

Zdeno Chara neutralise David Desharnais au cours du premier match de la série Boston-Montréal.

Photo AP

Robert Laflamme
La Presse Canadienne
BOSTON

Faute avouée est à moitié pardonnée. Il est vrai qu'on reconnaît plus facilement ses torts au lendemain d'une victoire que d'une défaite. Mais au moins, les attaquants Thomas Vanek et David Desharnais, membres du premier trio du Canadien, ont fait leur mea culpa, vendredi.

«Nous savons tous trois que nous pouvons faire mieux, a affirmé Vanek, en assurant être en parfaite santé. Nous devons exercer une meilleure maîtrise de la rondelle. Dans le premier match contre les Bruins, nous avons passé la soirée à la pourchasser.

«La bonne nouvelle, c'est que nous avons quand même gagné le match.»

Vanek, Desharnais et Max Pacioretty ont fait le point ensemble lors du petit déjeuner à l'hôtel où loge l'équipe.

La veille, l'entraîneur Michel Therrien a passé un message d'insatisfaction à l'endroit de Vanek, en le reléguant au sein du quatrième trio pendant la majeure partie de la deuxième période. Il a eu beau dire par après que c'était une tactique de sa part, le chat est sorti du sac vendredi.

«Nous sommes très contents d'avoir Vanek dans notre équipe, a commencé par dire Therrien, vendredi. Il sait très bien qu'il doit élever son jeu de quelques crans et nous nous attendons à ce qu'il le fasse.»

L'Autrichien âgé de 30 ans, qui montre un dossier d'un but et deux passes en cinq rencontres des séries cette année, n'a pas besoin qu'on lui fasse de dessin. Quatrième attaquant le moins occupé de l'équipe, après les trois membres du quatrième trio (Daniel Brière, Dale Weise et Travis Moen), il a complété la soirée de jeudi sans aucun tir au but et avec un différentiel de moins-1 en défense.

«Je n'ai pas été trop surpris, a-t-il mentionné, en commentant sa rétrogradation de trio. Comme trio et comme équipe, nous n'avons presque rien créé, sinon rien, en première période. Les Bruins nous ont dominés, nous étions continuellement les deuxièmes sur la rondelle. Je comprends que l'entraîneur ait voulu brasser les dés.»

Desharnais a compris que le message de l'entraîneur ne s'adressait pas uniquement à son coéquipier, mais aux trois membres du trio. Depuis le début des séries, le premier trio est éclipsé par l'unité de Lars Eller, avec Brian Gionta et Rene Bourque.

«Ce n'était pas qu'un message envers lui, mais envers tout le trio, a relevé Desharnais. Nous sommes habitués que ça fonctionne bien pour nous. En séries, c'est plus difficile. Nous sommes surveillés plus étroitement par les meilleurs défenseurs de nos adversaires et chez les Bruins, le trio de (Patrice) Bergeron n'est pas commode à affronter. Dans ce temps-là, nous devons rester concentrés et ne pas céder à la frustration. Il faut persévérer et être prêt à saisir nos chances.»

Deuxième acte

Therrien a répété vendredi qu'il s'attend à une meilleure performance de toute l'équipe, et pas uniquement du premier trio, dans la deuxième rencontre qui sera présentée samedi midi (12h30) au TD Garden.

Le Tricolore a eu de la difficulté à contenir les Bruins, qui ont déployé énormément de vitesse à partir de la zone centrale.

«Nous reculions un peu trop au lieu d'être plus combatifs, comme nous l'avions fait contre le Lightning de Tampa Bay au premier tour, a noté Desharnais. C'est normal, les Bruins sont une meilleure équipe. Nous ferons des ajustements et nous serons meilleurs. Nous devons nous attendre à ce que les Bruins soient également meilleurs.»

Therrien a dit surtout s'attendre à ce que ses troupiers soient plus alertes psychologiquement.

«Ç'a été un peu ça qui a fait défaut. Mentalement, les joueurs doivent être prêts à compétitionner. Heureusement pour nous, Carey (Price) l'était, prêt, jeudi. On doit donner beaucoup de mérite aux Bruins parce qu'ils ont joué un excellent match. Mais comme équipe, nous allons monter notre jeu d'un cran.»

Les Bruins sont plus habitués que le CH à livrer des matchs en après-midi. Mais Therrien a dit que la situation ne pose aucun problème parce qu'on a adapté la préparation de l'équipe en conséquence, dans le contexte d'un match précédent qui s'est terminé en deuxième période de prolongation.

«Avec l'expérience, a expliqué Vanek, quand je me présente à l'aréna pour des matchs en matinée, je perds vite toute notion du temps, et je retrouve facilement ma routine habituelle d'avant-match.»




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer