Canadien-Bruins: à qui l'avantage?

À quatre reprises cette année, Patrice Bergeron et... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

À quatre reprises cette année, Patrice Bergeron et les Bruins ont fait face à David Desharnais et au Canadien. Le club montréalais a remporté trois des quatre affrontements.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Le Canadien de Montréal et les Bruins de Boston s'affrontent pour la 34e fois en séries éliminatoires.

Le CH a remporté 24 de ces 33 affrontements, mais Boston a gagné les deux derniers.

Mais ce qui s'est passé hier ne compte déjà plus, tellement les équipes de la LNH vivent de perpétuelles mutations. Prenez le balayage des Bruins en quatre matchs en 2009. Le Canadien était dirigé par Guy Carbonneau, et le noyau s'articulait autour de Saku Koivu, Alex Kovalev, Andrei Kostitsyn, Alex Tanguay, Roman Hamrlik et Mike Komisarek.

Le portrait a même changé depuis l'épique série de 2011, qui avait poussé Boston jusqu'à un septième match. Gallagher, Vanek, Bourque, Brière, Weise, Emelin, Prust, Bournival, Bouillon et Weaver n'y étaient pas. C'est presque la moitié du club.

Se fier aux résultats de la saison ne constitue pas non plus un indicateur très fiable, puisque la donne change complètement en séries. Ne vous laissez pas berner non plus par les trois victoires en quatre matchs du CH aux dépens des Bruins pendant la saison, d'autant plus que Peter Budaj a été employé dans trois de ces rencontres...

__________________________________________________

Tuukka Rask et Carey Price... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Tuukka Rask et Carey Price

Photo Bernard Brault, archives La Presse

GARDIENS

Carey Price a été bon en première ronde, sans plus. À quelques occasions, il a donné de mauvais buts qui ont permis au Lightning de reprendre espoir, mais il a toujours su se ressaisir au bon moment, comme en prolongation lors du premier match, après trois périodes ordinaires. Il a maintenu une bonne moyenne contre Tampa (2,33), mais son taux d'arrêts de ,904 n'a nettement pas été à la hauteur. Son défi sera de mieux protéger ses angles sur les tirs de l'extérieur. Il doit aussi s'attendre à se faire bousculer davantage par les gros attaquants des Bruins.

Tuukka Rask n'est pas Anders Lindback, le gardien du Lightning. Finaliste au trophée Vézina, il a de nouveau été splendide en première ronde contre Detroit, avec une moyenne de 1,16 et un taux d'arrêts de ,961. Rask est sans doute le meilleur gardien de la LNH à l'heure actuelle. Il n'a jamais été à son sommet contre le Canadien - à preuve ses 3 victoires en 15 rencontres -, mais ne festoyez pas trop vite, il a tout de même accordé seulement sept buts en quatre matchs au CH cet hiver...

LÉGER AVANTAGE POUR BOSTON

__________________________________________________

Johnny Boychuk et Zdeno Chara... (Photo Charles Krupa, AP) - image 3.0

Agrandir

Johnny Boychuk et Zdeno Chara

Photo Charles Krupa, AP

DÉFENSEURS

Les Bruins ont une défense plus expérimentée, plus rapide, plus intimidante que celle du Lightning. Il y a une belle profondeur avec Chara, Boychuk, Krug, Bartowski, Hamilton et Meszaros. L'échec avant du Canadien avait été très efficace contre Tampa, mais ça sera une autre histoire devant ce groupe de défenseurs. Krug est un défenseur rapide et sous-estimé qui, s'il ne joue pas 20 minutes par match, amène une autre dimension à son équipe par sa vitesse et sa dextérité. Boston a donné seulement quatre buts à cinq contre cinq aux Red Wings.

La défense du CH est solide elle aussi. La présence d'Alexei Emelin fait une grande différence. Il reste à voir si Michel Therrien modifiera sa formation en prévision de l'échec avant des Bruins, qui aiment frapper les défenseurs adverses. Contre le Lightning, Therrien avait misé sur Francis Bouillon et Mike Weaver, moins costauds mais plus rapides. Il faut néanmoins s'attendre au retour dans la formation du colosse Douglas Murray, et peut-être même de Jarred Tinordi, même si Francis Bouillon sera difficile à déloger.

ÉGALITÉ

__________________________________________________

Max Pacioretty, Thomas Vanek et David Desharnais... (Photo Kim Klement, USA Today) - image 4.0

Agrandir

Max Pacioretty, Thomas Vanek et David Desharnais

Photo Kim Klement, USA Today

ATTAQUANTS

Boston a compté 261 buts pendant la saison, pour le troisième rang dans la LNH. Les Bruins n'ont cependant pas beaucoup marqué en première ronde: seulement six buts en quatre matchs à cinq contre cinq. D'ailleurs, les défenseurs Torey Krug et Dougie Hamilton sont parmi les cinq premiers compteurs de l'équipe en première ronde.

Même si David Krejci et Reilly Smith ont obtenu seulement deux points chacun en première ronde et que Brad Marchand a été blanchi, Boston a deux premiers trios capables de compter. Milan Lucic, Jarome Iginla et Patrice Bergeron demeurent des attaquants de premier plan, surtout en séries.

Chez le Canadien, l'arrivée de Thomas Vanek a permis à Michel Therrien d'équilibrer ses trios. Le premier trio constitué de David Desharnais, Max Pacioretty et Vanek n'a pas produit comme en fin de saison, mais la mutation de Brendan Gallagher au sein du deuxième trio, ainsi que celle de Brian Gionta sur le troisième, a fourni une étincelle à chacun des trois trios. Le CH a vu 10 compteurs différents marquer ses 16 buts en première ronde. Tous ses attaquants ont obtenu au moins un point, et seuls Brandon Prust et Michaël Bournival n'en ont pas obtenu au moins deux. Les Bruins ont aussi vu 10 compteurs différents marquer leurs 16 buts en première ronde.

Le troisième trio du Canadien, composé de Lars Eller, Brian Gionta et Rene Bourque, est supérieur à celui des Bruins, constitué de Carl Soderberg, Loui Eriksson et Justin Florek (en remplacement de Chris Kelly, blessé).

ÉGALITÉ

__________________________________________________

EN SITUATIONS SPÉCIALES

En première ronde, le Canadien n'a toujours pas résolu ses problèmes en supériorité numérique. Il a terminé au 9e rang sur 16 équipes à ce chapitre. Les Bruins, au contraire, ont été fumants dans de telles situations, avec un taux de réussite astronomique de 37%. C'est plus d'un but à toutes les trois supériorités numériques!

Même succès en infériorité numérique du côté de Boston - un excellent taux d'efficacité de 90%, bon pour le troisième rang parmi les 16 équipes qualifiées. On ne peut en dire autant du CH, qui avait pourtant beaucoup de succès à cet égard en saison. Son taux a chuté à 71% contre le Lightning.

AVANTAGE BOSTON

__________________________________________________

Ginette Reno... (Photo André Pichette, La Presse) - image 6.0

Agrandir

Ginette Reno

Photo André Pichette, La Presse

HYMNES NATIONAUX

Sur une note plus amusante, analysons les forces en présence du côté de Boston et de Montréal! Le chanteur Rene Rancourt est l'homme de la situation depuis mille ans à Boston et sème l'enthousiasme parmi la foule du TD Bank à chaque présence. Ginette Reno a offert la performance des séries jusqu'ici, mais son cas est évalué sur une base quotidienne, non pas pour une raison mystérieuse, mais parce qu'elle est en tournée. Notre oeil de lynx au bureau, le collègue Olivier de Grosbois, note cependant que la grande dame ne donne pas de spectacle entre le 4 et le 9 mai, et que les matchs au Centre Bell devraient être présentés les 6 et 8 mai. De l'espoir pour le CH?

À SUIVRE...

__________________________________________________

PRÉDICTION: BOSTON EN SIX




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer