Le Canadien obtient Thomas Vanek à bon prix

En faisant l'acquisition de Thomas Vanek, le Canadien... (Photo Kathy Kmonicek, AP)

Agrandir

En faisant l'acquisition de Thomas Vanek, le Canadien a amélioré le niveau de talent dans l'équipe et ajouté un véritable attaquant «top 6» sans avoir touché à sa formation actuelle.

Photo Kathy Kmonicek, AP

Thomas Vanek était, de l'avis de plusieurs, le meilleur attaquant disponible à la date limite des transactions. Et c'est le Canadien qui a remporté le derby.

L'ailier des Islanders de New York, qui deviendra joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, est passé au Tricolore en retour de l'espoir Sebastian Collberg, mercredi. Si le CH participe aux séries, il cèdera également un choix de deuxième ronde, alors que les Islanders lui enverront un choix de cinquième tour.

> Mathias Brunet: Un coup de maître de Marc Bergevin

«Je suis très excité d'aller jouer dans la mecque du hockey, a confié Vanek lors d'une conférence téléphonique. J'ai joué pendant si longtemps à Buffalo et je suis allé si souvent au Centre Bell. C'est un endroit électrique, et je suis content d'aller jouer là-bas.»

«Je vois cet échange comme une marque de confiance de Marc Bergevin envers les joueurs», a souligné l'entraîneur Michel Therrien.

Ce coup d'éclat démontre en effet le sérieux de l'équipe, non seulement pour se tailler une place en séries éliminatoires, mais pour faire un bon bout de chemin par la suite. En effet, de la manière dont les choses se dessinent dans l'Association de l'Est, toutes les formations qui participeront aux séries auront une chance légitime d'atteindre au moins la finale d'association.

Un marché tranquille

Les rumeurs entourant la venue possible de Vanek à Montréal ont commencé à circuler tôt en matinée. Si sa destination a pu causer une surprise en fin de compte, c'est que, selon le directeur général des Islanders Garth Snow, le marché pour Vanek n'a jamais pris l'envol espéré.

«Nous avons accepté la meilleure offre qui nous a été soumise, a-t-il indiqué en conférence téléphonique. C'était très tranquille, et c'est ce que j'ai senti à l'échelle de la ligue. Ce n'était pas le même genre de date limite des transactions que par les années passées.»

Dans la ligue, plusieurs lui prêtent l'intention de se joindre au Wild du Minnesota l'été prochain. Le fait qu'il pourrait être difficile pour une équipe de le convaincre de signer un nouveau contrat a peut-être calmé l'appétit des autres formations.

«C'est sûr que j'entends parler de cela, mais de la façon dont cette journée un peu surréelle se termine, je suis content de faire partie du Canadien de Montréal et de pouvoir me concentrer sur le hockey», s'est contenté de répondre l'Autrichien de 30 ans.

En attendant, c'est le Tricolore qui en bénéficie. Il a amélioré le niveau de talent dans l'équipe et ajouté un véritable attaquant «top 6» sans avoir touché à sa formation actuelle.

«On a un bon groupe, un groupe agréable à coacher, et c'est bien qu'on n'ait pas eu à sacrifier de joueur pour l'acquérir, s'est réjoui Michel Therrien. On a cédé un jeune qu'on aimait, mais c'était le prix à payer. Vanek va venir combler une lacune.»

Sebastian Collberg, choix de deuxième ronde du Tricolore en 2012, s'est illustré en compétitions internationales juniors, mais n'a pas impressionné outre mesure dans la Ligue de Suède, ne récoltant que 3 buts et 9 points en 40 matchs avec Frölunda.

Dangereux près du filet

L'attaquant du Wild du Minnesota Jason Pominville, qui a joué plusieurs saisons avec Vanek à Buffalo, ne doute pas des aptitudes offensives de l'ailier de 6'2 et 205 lb.

«Autour du filet, que ce soit en avantage numérique ou à forces égales, Thomas est l'un des meilleurs de la ligue pour dévier des lancers ou faire des jeux en espace restreint», a expliqué Pominville à La Presse. C'est un droitier qui a pas mal toujours joué à gauche et dont les habiletés de passeur sont sous-estimées, à mon avis.»

L'attaquant autrichien est un marqueur qui fonctionne par séquences. Lorsqu'il est au sommet de sa forme, il devient l'un des joueurs les plus prolifiques de toute la ligue. Qu'on pense à la séquence de 13 buts et 25 points avec laquelle il avait amorcé la saison 2012-2013.

Cette saison, Vanek a inscrit 21 buts et amassé 53 points en 60 matchs, partagés entre les Islanders et les Sabres de Buffalo. Si ça se trouve, il a affiché plus de régularité cette année, puisqu'il n'a jamais plus de quatre matchs sans inscrire un point.

«Ç'a été une année difficile pour moi, car j'ai entrepris la saison à Buffalo, j'ai dû me concentrer ensuite sur les succès des Islanders avant de sentir, à l'approche de la date limite des transactions, qu'il y avait de bonnes chances que je déménage à nouveau», a reconnu Vanek, qui rejoindra l'équipe jeudi matin à Phoenix.

«Maintenant que c'est fait, je veux pouvoir me concentrer sur le hockey.»

Quant à Garth Snow, il ne manquera pas de se faire critiquer pour les deux transactions qu'il a faites autour de Vanek. Au final, le DG des Islanders aura cédé Matt Moulson et des choix de première et deuxième rondes en retour de Collberg et d'un deuxième choix conditionnel.

Son coup de dés d'octobre dernier ne le fait pas bien paraître.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer