La frustration est palpable chez le Canadien

Le Canadien n'a marqué que deux buts au... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Le Canadien n'a marqué que deux buts au cours du week-end.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

Après avoir connu sa première série de deux victoires en 2014 la semaine dernière, le Canadien a encaissé deux défaites en autant de matchs à l'occasion du week-end du Super Bowl et doit de nouveau chercher des solutions pour retrouver son efficacité offensive.

La frustration était palpable dans le vestiaire à l'issue de la défaite de 2-1 contre les Jets de Winnipeg, dimanche, qui scellait une fin de semaine au cours de laquelle le Canadien n'a marqué que deux buts.

«On tente encore de trouver nos repères, a reconnu le capitaine du Canadien Brian Gionta, auteur du seul filet dimanche contre les Jets. Pendant la majeure partie (du match dimanche), nous avons obtenu de bonnes chances de marquer et nous étions bien positionnés devant le filet adverse pour obtenir une deuxième et une troisième opportunité. Nous nous dirigeons dans la bonne direction, et je suis certain que ça va finir par débloquer.»

«L'attitude d'attaquer», si chère à l'entraîneur-chef Michel Therrien, ne s'est pas traduite par des buts au tableau indicateur, tant au sein des unités spéciales qu'à forces égales. Une importante source de frustration pour le Canadien, qui s'est notamment exprimée par les nombreux accrochages qui ont ponctué les matchs de la fin de semaine.

«C'est frustrant, très frustrant. (...) Nous devons trouver des façons de répondre. C'est difficile de gagner des matchs lorsqu'on ne marque qu'un seul but. Nous devons trouver des façons de marquer plus de buts», a répété le défenseur Josh Gorges.

L'avantage numérique du Canadien, sa marque de commerce en début de saison, n'est d'ailleurs plus l'ombre de lui-même. Il n'a toujours pas trouvé le fond du filet en sept supériorités numériques au mois de février. En ce sens, une tendance à la baisse est observable depuis le mois de décembre, alors que son taux d'efficacité a glissé à 14,0% pour le mois, avant de chuter à 12,2% en janvier. Le Tricolore occupe présentement le 16e rang de la LNH à ce chapitre pour l'ensemble de la saison, avec un taux de réussite de 18,3%.

«Les unités spéciales représentent une facette importante du processus pour obtenir des victoires, a souligné Gionta. On doit trouver une façon de résoudre le problème pour obtenir des buts opportuns et gagner du momentum. Ensuite, il faudra bâtir sur ce momentum et en profiter au bon moment.»

Même à forces égales, la Sainte-Flanelle ne parvient plus à se donner des chances de l'emporter. À ses sept derniers départs, Carey Price n'a bénéficié que d'une contribution offensive de 1,43 but en moyenne par match. La marge de manoeuvre devient très mince pour le gardien numéro 1 du Canadien, et c'est d'ailleurs l'une des raisons qui expliquent qu'il n'a qu'une seule victoire pendant cette séquence. De plus, ses coéquipiers n'ont trouvé le fond du filet qu'à 10 reprises pendant cette traversée du désert. Une situation frustrante pour le principal intéressé, qui a toutefois refusé de lancer la pierre à ses coéquipiers.

«C'est frustrant, mais on doit trouver une façon de passer au travers, a reconnu Price, qui a été confronté à 34 tirs ou plus à ses cinq derniers départs. Souvent, l'issue d'un match se joue sur la bataille des unités spéciales. C'est une importante facette du sport aujourd'hui, comme le jeu en défensive. Je crois que nos unités spéciales font de leur mieux en ce moment.»

Parmi les rares points encourageants, il faut souligner l'efficacité du nouveau trio formé de Daniel Brière, Tomas Plekanec et Gionta. Brière, qui a fait la navette entre le deuxième et le quatrième trio au cours de la dernière semaine, a généré de belles occasions au cours du week-end. En dépit d'un temps d'utilisation de seulement 8:41 samedi contre le Lightning de Tampa Bay, le Gatinois s'est permis d'inscrire son neuvième filet de la saison. Therrien l'a récompensé en haussant son temps de jeu à 15:06 le lendemain, en plus de lui donner l'opportunité d'évoluer sur la deuxième vague de l'avantage numérique.

C'est donc dans ce contexte que le Canadien tentera d'afficher plus de constance, à l'occasion de la dernière semaine d'activités du circuit Bettman avant la pause des Jeux olympiques de Sotchi. La tâche risque d'être ardue, surtout si on tient compte du fait qu'il affrontera des équipes qui traversent des séquences aux antipodes.

Bob Hartley et ses Flames de Calgary, qui voguent présentement sur une séquence de cinq victoires, seront au Centre Bell mardi, puis ce sera au tour des Canucks de Vancouver, qui connaissent une série de trois défaites, jeudi. Le CH complétera son calendrier pré-olympique en rendant visite aux Hurricanes de la Caroline, une équipe qui connaît des ennuis sur les unités spéciales - elle est 26e en avantage numérique et 27e en désavantage.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Raphael Diaz prend le chemin de Vancouver

    Hockey

    Raphael Diaz prend le chemin de Vancouver

    Le Canadien a choisi d'accommoder le défenseur Raphael Diaz en l'envoyant aux Canucks de Vancouver en retour de l'ailier droit Dale Weise. Laissé de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer