• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Eller: «On n'allait pas là pour se laisser faire...» 

Eller: «On n'allait pas là pour se laisser faire...»

Lars Eller a marqué deux fois contre les... (Photo Frank Gunn, La Presse Canadienne)

Agrandir

Lars Eller a marqué deux fois contre les Leafs.

Photo Frank Gunn, La Presse Canadienne

Partager

(Toronto) Il y avait dans ce vestiaire montréalais une sorte de confiance tranquille après la rencontre. Pas trop de bruit. Il y avait dans ce vestiaire que quelques gars, et pas de grosses déclarations. Même si le club venait de finir sa saison régulière de la meilleure des façons, en rossant l'ennemi juré.

Il y avait là des gars qui s'attendent à gagner.

Il y avait là Lars Eller, qui a encore une fois remercié le psychologue sportif du club pour ses trois points d'hier et pour sa renaissance, si l'on veut. «Il fallait que je retrouve ma confiance, parce que la confiance, au hockey, c'est tout ce qui compte... Ça va m'aider pour le reste de ma carrière.»

Eller a hâte de connaître l'identité du club qui va débarquer au Centre Bell mardi soir, à temps pour le premier match des séries. «Je pense que je vais regarder le match de dimanche soir (entre les Sénateurs d'Ottawa et les Bruins de Boston) avec intérêt»...

Peter Budaj, lui, a ri légèrement quand on lui a demandé s'il ne s'était pas un peu emmerdé devant son filet. Après tout, les Maple Leafs n'ont lancé qu'une seule fois en deuxième période, que 17 fois en tout.

«Les gars devant moi ont fait tout un travail, a-t-il commencé par répondre. Ils n'ont pas laissé beaucoup d'espace aux gars des Leafs, ils ont bloqué plusieurs tirs aussi...»

Mais ce n'est pas un peu difficile que d'arriver à garder sa concentration quand il ne se passe rien comme ça? «Pas vraiment... C'était seulement 2-1 ou 3-1 pour nous, et un autre but des Leafs aurait pu tout changer.»

Et puis non, les joueurs du Canadien n'ont pas passé trop de temps à jaser des grosses déclarations des Leafs, qui avaient passé les deux derniers jours à dire combien ils étaient les plus gros et les plus forts et tout et tout.

Au fait, la soirée de boxe que l'on aurait pu prévoir (les deux équipes ont commencé le match avec leurs trios numéro quatre sur la glace) n'a jamais eu lieu.

«On n'allait pas là pour tenter de partir la bagarre, a expliqué Eller. En même temps, on n'allait pas là non plus pour se laisser faire...»

Les séries peuvent maintenant commencer.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer