Michel Therrien: «On a manqué d'essence»

Michel Therrien a répondu à seulement deux questions... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Michel Therrien a répondu à seulement deux questions au terme de la rencontre.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partager

Sur la planète LNH, c'est John Tortorella qui est le maître des réponses courtes et des points de presse de moins de deux minutes chez les entraîneurs. Mais jeudi soir, Michel Therrien a un peu imité le style du coach des Rangers, en répondant à seulement deux questions au terme de la rencontre et faisant tout ça en moins de cinq minutes. Comme le patron des Blue Shirts.

Quelques instants auparavant, un joueur du CH avait quitté le vestiaire en déplaçant bruyamment quelques objets dans le corridor à l'arrière.

De toute évidence, cette surprenante défaite face aux pauvres Islanders de New York, en plein Centre Bell en plus, a très mal passé.

«On était en plein contrôle dans la première moitié du match, mais on a perdu notre énergie par la suite, a expliqué Therrien. Leur jeu de puissance est l'un des meilleurs de la ligue; probablement que ça les a replacés dans le match... On a manqué d'essence.»

Voilà, merci, bonsoir, c'est tout ce que Therrien avait à dire. Il faut préciser, par contre, que les rares qui étaient dans le vestiaire des perdants n'avaient pas non plus trop le goût de jaser.

«Nous avons levé le pied tout simplement, a constaté le capitaine Brian Gionta. Nous n'étions pas capables de tuer une pénalité, ne serait-ce que pour sortir du pétrin les coéquipiers qui étaient au banc des punitions à ce moment-là. Nous n'étions pas à l'aise vers la fin du match, c'est clair.»

Le gardien Carey Price, qui a reçu 25 tirs, n'avait pas l'air d'un type particulièrement heureux avant de rentrer chez lui.

«C'est très difficile de perdre ce genre de match, a-t-il reconnu. Nous avions pourtant dominé le jeu lors de la première période. Puis, on dirait que le vent s'est mis à tourner...»

Price, comme un peu tout le monde, a remarqué que le jeu de puissance des Islanders n'est pas si vilain, mais il n'a pas voulu montrer du doigt les coéquipiers du CH pour tout ce temps passé au banc des punitions.

«Ce n'est pas une question de manque de discipline, je crois, mais nous avions du mal à quatre contre cinq tout simplement», a reconnu le gardien.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer